[89] Au fil de l'Yonne n°135 mars 2017
[89] Au fil de l'Yonne n°135 mars 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°135 de mars 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : ils croient en l'Yonne !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 13 L’ACTU DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL MODE D’EMPLOI. Le Département va effectuer la campagne d’inscription au printemps, mais la gestion des transports scolaires sera assurée par la Région à partir du 31 août. Transports scolaires  : une transition et des surprises… La loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) du 7 août 2015 a retiré la compétence transports au Département pour la transmettre à la Région (1). Une passation de pouvoir initialement prévue en deux temps. Le 1er janvier 2017 ont été transférées au Conseil régional de Bourgogne-Franche- Comté les 15 lignes régulières et les transports à la demande. Cependant, dans l’Yonne, les lignes régulières se comportant comme des transports scolaires, décision a été prise de permettre au Département de rester l’autorité organisatrice de la mobilité jusqu’au 31 août 2017, date à laquelle seront transférés à leur tour les transports scolaires. Le Conseil départemental va donc préparer la rentrée scolaire 2017-2018, que la Région sera ensuite chargée de mettre en œuvre. Aucun changement pour les familles  : le renouvellement automatique de l’inscription s’effectuera pour les élèves poursuivant leur scolarité sans modification de cursus ou de situation ; et les inscriptions et désinscriptions s’opéreront de la même façon, à compter du mois de juin (les informations seront communiquées en temps utile et consultables en ligne sur le site du Conseil départemental). La participation financière reste également identique  : 100 euros pour les primaires, 110 euros pour les collégiens, 130 euros Au fil de l’Yonne - mars 2017 # 135 pour les lycéens et apprentis, 85 euros pour les élèves internes et gratuité pour les élèves handicapés. « À partir du 1er septembre, les familles vont s’adresser aux mêmes personnes, mais LA RÉGION REVIENDRAIT SUR LA PROMESSE DE LA GRATUITÉ DES TRANSPORTS SCOLAIRES plus à la même autorité. Les services resteront les mêmes et la Région a décidé de conserver le plan de transport du Département en l’état, explique Magloire Siopathis, directeur général adjoint en charge du pôle Ressources humaines et Développement du territoire du Conseil départemental. Le transfert de personnel n’aura lieu qu’à partir du 1er novembre, dans une unité territoriale de transport qui restera à Auxerre. » À noter  : le Département participera financièrement aux travaux d’accessibilité initialement prévus dans son schéma. (1) Excepté les transports de personnes en situation de handicap. 18 038 élèves transportés sur le réseau départemental pour l'année 2016/2017  : 5 328 primaires, 7 135 collégiens, 5 468 lycéens et 107 post bac et apprentis. Plus d’infos EN CHIFFRES www.yonne.fr rubrique « Sports et Jeunesse » puis « Transports scolaires » Si l’on en croit Michel Neugnot, le 1er vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté, en charge des transports, la gratuité des transports scolaires, promesse de campagne de Marie-Guite Dufay, serait abandonnée. « Il y aura une participation demandée aux familles via le ticket modérateur » a-t-il indiqué le 30 janvier devant les élus de la Communauté d’agglomération de Vesoul (L’Est républicain du 1er février). « En fait, les familles vont payer des frais de dossier. C’est une somme payée annuellement, qui va permettre à l’élève d’être enregistré et de bénéficier d’un titre de transport. » À la question du coût pour les familles, la réponse, rapportée par L’Est républicain, a été pour le moins évasive  : « Je ne peux pas répondre à cette question pour le moment. » Seule précision  : cette participation se situera entre 6 et 10% du coût global payé par la Région, « condition si l’on souhaite récupérer la TVA sur les transports », a-t-il ajouté. Ce qui n’est pas sans poser des problèmes à certains départements qui ont négocié les transferts de charge TTC alors que la Région va récupérer la TVA… Michel Neugnot n’a pas eu de scrupules à avancer un argument que Marie-Guite Dufay rejetait pourtant pendant la campagne des Régionales  : « La gratuité reste de l’ordre de l’exception  : seule une vingtaine de départements sur 100 continuait à l’appliquer. »
Ouvrir les portes de l’emploi L’ACTU DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL SOLIDARITÉS. Les ateliers chantiers d’insertion développent des partenariats avec les entreprises de l’Yonne. Si leur nom officiel est « atelier chantier d’insertion », ils préfèrent le terme d’« entreprise associative au service du retour à l’emploi ». « Nous ne sommes pas des structures sociales mais des structures économiques avec une mission d’insertion pour permettre à nos salariés de repartir vers l’emploi, explique Érik Polrot, président de l’ACIP 89 (Association des chantiers d’insertion permanents de l’Yonne), directeur des Jardins de la croisière, à Sens. Nous sommes sous convention avec l’État et le Conseil départemental, et avons des obligations de résultats  : 50 à 70% de sorties dynamiques (1) selon les territoires. » Les chantiers d’insertion interviennent au service des entreprises, particuliers et collectivités (2), et ce, dans plusieurs domaines  : environnement (espaces verts, légumes bio, rivières et forêts, recyclage papier et vêtements, collecte et réemploi, voirie), bâtiment (petit patrimoine bâti, restauration, entretien), fabrication de jouets, de palettes, repassage, mobilité… Leurs salariés, des demandeurs d’emploi (hormis les permanents), sont positionnés par Pôle emploi, les services sociaux du Conseil départemental et Coallia pour les bénéficiaires du RSA (Revenu de solidarité active)… Ils sont embauchés en CDDI (contrat à durée déterminée d’insertion), généralement de 26 h par semaine pour 6 mois, renouvelable dans la limite de Les Jardins de la croisière à Sens. Journée portes ouvertes à l’occasion du Joli mois de l’Europe le 21 mai 2016. 24 mois. En parallèle, ils s’engagent à réaliser des démarches concrètes vers l’emploi, soutenus par les permanents des structures. Les ateliers chantiers d’insertion ont développé des partenariats forts avec les entreprises. Pour accroître leur chiffre d’affaires et rester à l’équilibre économique (face à la baisse généralisée des subventions), mais aussi pour proposer leurs salariés pour des périodes d’immersion (3) et les positionner sur des offres de recrutements. « Nous allons aussi faciliter les contrats d’intérim pour permettre à nos salariés de compléter leur CDDI, d’autant plus que l’intérim est souvent le premier pas vers l’entreprise », ajoute Érik Polrot. « Développer le lien avec les entreprises est l’axe 1 du Pacte territorial d’insertion 2015-2017, voté par les élus en 2014, souligne Antoine Bonacorsi, chargé de mission à la direction Prévention Insertion du Conseil départemental. Nous mobilisons des fonds dans le cadre de l’appel à projets FSE (Fonds social européen) pour pouvoir développer cet aspect-là. » Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com (1) Emploi, intérim ou formation qualifiante. (2) Qui font appel à elles également dans le cadre de leurs marchés publics en vertu de la clause sociale. (3) La personne reste alors salariée par la structure. EN CHIFFRES 470 demandeurs d’emploi embauchés et accompagnés par an 50% de bénéficiaires du RSA (Revenu de solidarité active) 40 salariés permanents 60% de sorties dynamiques (emploi ou formation qualifiante) 1,6 million d’euros de chiffre d’affaires (30% du budget des structures) 1 million d’euros de financement du Conseil départemental 11 CHANTIERS D’INSERTION DANS L’YONNE AFR du Créanton à Brienon-sur- Armançon  : 03 86 63 42 86 Amidon 89 à Auxerre  : 03 86 46 65 12 Barre Pénélope à Sens  : 03 86 83 00 01 Émeraude à Saint-Fargeau  : 03 86 74 19 50 Jardins de la croisière à Sens  : 03 86 64 93 18 Jardins du cœur à Auxerre  : 03 86 46 24 33 Le Chênelet à Toucy  : 03 86 74 38 38 Mobil’éco à Sens  : 03 86 83 03 58 Renouer environnement à Cheny - Pontigny  : 03 86 34 38 37 Sitaphy à Auxerre  : 03 86 42 96 84 Vitavie à Brienon-sur-Armançon  : 03 86 63 38 26 Au fil de l’Yonne - mars 2017 # 135



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :