[89] Au fil de l'Yonne n°132 novembre 2016
[89] Au fil de l'Yonne n°132 novembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°132 de novembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'Yonne fait face.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 TERRITOIRE 25 ÉCONOMIE Depuis 15 ans, les deux frères étudient la terre, la culture de céréales et de légumineuses pour faire évoluer leurs pratiques. Gaec Thibault Le bio en toute connaissance Marc Thibault se souvient des étés passés à aider sur l’exploitation familiale, avec son frère Franck. Après leurs études, ils décident de s’associer et fondent un Groupement agricole d’exploitation en commun (Gaec), en 1991. À l’époque, rien ne les distingue des techniques de cultures dites conventionnelles qui sont développées tout autour d’eux. Ou plutôt si, ils se distinguent déjà en pratiquant le « sanslabour, c'est-à-dire en travaillant la terre superficiellement, sans la matraquer. Il y a une expression qui dit  : on retourne la terre, on cache la misère. » Ils réduisent également les doses de produits phytosanitaires. Leur conversion au bio dans leurs cultures de céréales et de légumineuses va se faire dix ans plus tard. Les deux frères possèdent 230 hectares de terres, à Michery et dans les environs, dans le périmètre d’un captage d’eau. Un relevé montre alors un taux de nitrates de 52 mg tandis que le maximum est de 50. Pour eux, c’est un choc qui va décider de leur passage en bio. « Nous avons réussi à redescendre à 34 mg. Mais nous avons vu partout des captages fermer parce qu'au-dessus de la norme. » Marc Thibault s’inquiète  : « Le bio devrait être un choix de vie. J’ai peur que certains utilisateurs finissent par être obligés d’y passer pour ne pas être malades… » Une conversion très simple sur le terrain – « il suffit d’arrêter de répandre des produits ! » –, mais compliquée sur le papier  : « Ça nous a pris deux ans. Il faut se battre pour obtenir les aides promises. Quand on commence à comprendre comment ça fonctionne, les règles changent et il faut tout reprendre. » Là où en agriculture conventionnelle poussent essentiellement du blé, de l’orge et du colza, Marc et Franck Thibault suivent une rotation précise d’une douzaine de cultures différentes. Ils utilisent également l’association vertueuse de végétaux et le « couvert végétal », capable de lutter contre l’érosion des sols, certaines pollutions, la repousse de végétaux non désirés, ou de produire de l’engrais. Cultivés et transformés à la ferme Ils s’estiment gagnants économiquement  : « Il y a beaucoup de travail mais il est étalé tout au long de l’année. Nous avons beaucoup moins de dépenses en achat de produits ou de matériels donc un besoin de trésorerie qui n’est pas aussi important. En cas de mauvaise météo et donc de rendements faibles, nous serons moins impactés que des exploitations où il faut, quoiqu’il arrive, tout acheter et rembourser d’une année sur l’autre. » Il est pourtant un domaine dans lequel les producteurs bio sont très inquiets  : les semis. « Nous nous battons pour faire connaître les semences bio. En 2011, des coopératives ont créé l’Union bio semences. Nous devons partir des semences inscrites sur la liste officielle, mais nous réalisons la multiplication dans nos exploitations certifiées bio, ce qui permet ensuite de fournir les agriculteurs qui peuvent retrouver le contrôle sur leurs semences et leurs pratiques. C’est essentiel, que l’on parle de santé ou d’économie ! » Leur développement, les frères Thibault le voient dans la valeur ajoutée induite par la transformation de leurs produits. Après les farines, les pains, un projet d’atelier de pâtes au blé dur, ainsi que d’autres spécialités, pourrait voir le jour. Nathalie Chappaz natali.cha@free.fr Gaec Thibault, 31, rue des Anciens Combattants d’AFN, 89140 Michery. Tél.  : 06 15 75 70 26. E-mail  : franckthibault@wanadoo.fr Vente en circuits courts Les différentes céréales et légumineuses produites au Gaec Thibault sont transformées sur place en autant de farines, dans un moulin en bois. Soit une production annuelle de 10 tonnes de farine de blé et 3 tonnes d’autres farines, de l’épeautre à la lentille. La vente se fait à la ferme, en magasins bio, en Amap (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne) ou via le Drive fermier sénonais. Le Gaec fournit également des cantines de collèges de la région en lentilles, farines et pâtes. Au fil de l’Yonne - novembre 2016 # 132
Des courses amateurs organisées de façon très professionnelle ! 20 novembre Cross de l’Yonne républicaine 38e anniversaire ! 38 éditions qui font l’expérience, la qualité et le succès du cross de l’Yonne républicaine. L’année dernière, dans un contexte pourtant alourdi par les attentats du Bataclan (1), 2 400 personnes s’étaient retrouvées (et recueillies) sur les hauteurs des Piedalloues, à Auxerre. Les participants sont multiples  : sportifs soucieux de comparer leurs performances, randonneurs désirant partager un moment de convivialité, mais aussi spectateurs… Le tout encadré par les comités d’athlétisme et de randonnée pédestre, qui fournissent des bénévoles de même que les Restos du cœur et le quotidien régional. « Depuis 15 ans, nous oscillons entre 1 800 et 2 400 participants selon la météo, souligne Hugues de Lestapis, directeur général de l’Yonne républicaine et coureur lui-même. C’est la première épreuve de Le cross en détail cross de la saison et certains sportifs viennent de loin dans le cadre de leur préparation (2). Mais à 90% les participants sont des Icaunais fidèles, et nous sommes très fiers que cela dure depuis 38 ans. C’est une fête patrimoniale qui prône la santé, le lien intergénérationnel, le bénévolat… Et cette alchimie est très sympathique. » Pour dépasser son plafond de verre, le cross de l’Yonne républicaine se verrait bien proposer une épreuve supplémentaire à l’occasion de son 40 e anniversaire… (1) La course avait lieu le surlendemain, le 15 novembre. (2) En 2013 a même eu lieu un contrôle antidopage (négatif). Le 20 novembre, quartier les Piedalloues à Auxerre. Plus d’infos www.cfrunningtour.fr Le cross de l’Yonne républicaine est l’une des huit manifestations de course à pied co-organisées par le groupe Centre France (le Centre France running tour) et portées par ses quotidiens dans les villes d’Auxerre, Clermont-Ferrand, Nevers, Bourges, Limoges, Chartres et le Puy-en-Velay. « Nous sommes les seuls à proposer un cross, explique Hugues de Lestapis. Au Journal du Centre, dont je m’occupe aussi, c’est un semi-marathon en ville, à Bourges ce sont des foulées roses réservées aux femmes au profit de la lutte contre le cancer du sein… » Le cross de l’Yonne républicaine compte 7 courses des enfants aux vétérans, dont deux ouvertes aux sports adaptés et au challenge entreprises ; et 8 randonnées de 10 à 25 km au départ d’Auxerre, Branches, Beine, Monéteau, Pourrain, Saint-Georges-sur-Baulche, Villefargeau et Chablis. À ces épreuves s’ajoute le « 5 km pour tous Harmonie mutuelle », course caritative à allure libre au profit des Restos du cœur. Sur le site de la maison de quartier des Piedalloues se trouve également un village partenaires avec une dizaine de stands et un espace restauration. Jérémie Fulleringer



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :