[89] Au fil de l'Yonne n°130 septembre 2016
[89] Au fil de l'Yonne n°130 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°130 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : le département prêt pour la rentrée des collégiens !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 TERRITOIRE 25 sport Profession sport Yonne. Les éducateurs sportifs de l’association animent des ateliers dans les maisons de retraite. Maintenir l’autonomie «On sert très fort et on relâche. On le fait encore dix fois et on change de main. Qui est-ce qui a compté ? » Une balle en mousse en main, une quinzaine de résidents de l'Ehpad (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) La Croix des Vignes à Toucy suit avec attention les consignes de Fanny Andry, secondée dans l'exercice par l'animatrice de l'établissement Amélie Damotte. Éducatrice sportive de Profession sport Yonne, la jeune femme anime là chaque semaine pendant une heure cet atelier du dispositif Activ'santé 89. « Nous intervenons dans 23 établissements du département, ce qui représente plus de 27h par semaine (dont six cours spécifiquement Alzheimer), explique Cédric Gauffrenet, en charge du volet sport santé à Profession sport Yonne. L'activité physique (et non sportive) en Ehpad se Profession SPORT Yonne développe de plus en plus et maintenant les établissements l'inscrivent dans leur programme. L'objectif principal est le maintien de l'autonomie, mais en même temps nous apportons une activité et un lien social avec l'extérieur. En général les personnes âgées aiment venir : soit pour participer, soit si elles ne peuvent pas faire les ateliers pour observer ou discuter. » Préserver la mobilité Hervé Nadot, le directeur de l'établissement (également directeur de l'Ehpad de Nantou), acquiesce : « Cet atelier fait partie de l'accompagnement mais nous n'obligeons personne ; cependant chacun accepte volontiers de se prêter à cette petite séance récréative. Ces ateliers sont importants pour les résidents car ils les aident à préserver leur mobilité, ce qui est l'un des aspects essentiels de la vie de tous les jours. » Pour L'association compte 32 éducateurs sportifs diplômés d'État, qui possèdent soit un brevet d'État, soit un BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport), ce qui leur permet d'encadrer à la fois la baby gym et l'activité physique des personnes en établissement. Profession sport Yonne est une association support pour les dispositifs Activ'santé 89 et Équilibre avec la Mutualité française. Ses éducateurs sportifs participent aussi à des opérations comme Yonne tour sport auprès des jeunes. Tél : 03 86 52 53 10 - Sur internet : profession-sport-yonne.fr Au fil de l’Yonne - septembre 2016 # 130 des personnes âgées les activités et pour le lien, il invite aussi les pensionnaires à participer à Yonne sport seniors, manifestation organisée par le Conseil départemental : « Cette journée leur permet de rencontrer des résidents d'autres établissements… » Sourires et encouragements Fanny Andry oriente maintenant les exercices vers un parcours de motricité. Les personnes doivent marcher dans des cercles de couleur, enjamber des barres de différentes hauteurs et suivre une cordelette. « Regardez bien où vous mettez les pieds ! On les pose doucement et on se redresse. Allez, on lève le genou ! » Les yeux rivés au sol, les personnes se succèdent, contentes d'elles lorsqu'elles parviennent à franchir les obstacles, solidement encadrées par les deux femmes. « Nous travaillons en équipe avec l'établissement, souligne Cédric Gauffrenet. Nous ne connaissons pas les pathologies ; c'est le personnel qui relaie ces informations. » L'atelier s’achève dans la bonne humeur. « Les personnes âgées forment un public très attachant, et nous sentons vraiment que nous leur apportons quelque chose... » Nathalie Hadrbolec contact@nathalie-hadrbolec.com
Leptospirose. Une étude de terrain a été menée dans 30 départements, dont l’Yonne, pour étudier les cas d’animaux infectés par les bactéries de cette maladie. Mieux comprendre la transmission Le rapport annuel du Centre national de référence de la leptospirose (CNRL) a recensé une forte augmentation des cas d’hospitalisation dus à cette maladie bactérienne, en France métropolitaine, en 2014. Avec 628 cas, contre 385 en 2013, et dans les 300 les années précédentes. Les symptômes de l’infection sont plus généralement un « syndrome grippal sévère ». Et dans les cas plus graves nécessitant une hospitalisation, surviennent des complications rénales, pulmonaires, ou méningées. Les cas mortels enregistrés sont d’environ 1 %. Les recherches montrent que 300 espèces de bactéries sont responsables de la leptospirose, principalement sur les territoires où l’eau est présente ; même une simple flaque d’eau, à une température d’au moins 4°, peut les abriter. Chez les mammifères, les bactéries se concentrent dans les reins et se retrouvent dans leurs urines. La transmission de la maladie se fait par contact direct avec les urines des animaux malades, ou par les eaux douces souillées par ces urines. Des études ont déjà précisé que les rats étaient les plus porteurs et considérés comme une espèce « réservoir » des souches de bactéries les plus pathogènes pour l’homme. Un projet a été lancé par l’Entente de lutte interdépartementale contre les zoonoses (ELIZ), le Laboratoire des leptospiroses de l’école vétérinaire de Lyon, la Fédération nationale de la chasse, et l’Association des directeurs de laboratoires vétérinaires. Son objectif principal, indique Benoît Combes, directeur de l’ELIZ, est de « comprendre quelles espèces de mammifères portaient et pouvaient excréter quelles souches de leptospires dans la nature ». Pour ce faire, les fédérations de chasseurs des 30 départements ayant participé ont collecté 3 738 reins, du cerf au sanglier, à la marmotte, dont 201 étaient positifs à la leptospirose. Des animaux qui n’ont pas été tués spécifiquement pour l’étude CADRE DE VIE mais issus de la chasse et du piégeage, ou retrouvés morts sur le bord des routes. Ces reins proviennent de 28 espèces différentes au total. La prévalence (soit en épidémiologie le nombre d’individus atteints par la maladie) la plus importante a concerné le hérisson, puis le castor et ensuite la belette. Les lièvres et les lapins en revanche ne sont pas porteurs, et très peu parmi les ongulés. La fédération des chasseurs et le laboratoire vétérinaire du département de l’Yonne participent à l’étude sur cette maladie depuis 2013. Il y a eu 94 reins collectés dans l’Yonne et analysés pour être inclus dans le résultat global de l’étude. Deux cas positifs à la maladie ont été détectés, sur un blaireau et un putois. Aucun animal des trois espèces détectées les plus porteuses au niveau national n’a été testé dans l’Yonne. D’autres études vont suivre, assure Benoît Combes. Il s’agira de découvrir si d’autres espèces que le rat doivent également être considérées comme des espèces « réservoirs ». Plus d’infos http://www.e-l-i-z.com/home/ La création de l’entreprise des meubles Chassery date de la fin du XVIII e siècle. Nous disposons d’un show room où nos principales collections sont mises en ambiance, vous pourrez ainsi apprécier nos meubles contemporains, campagnards, nos salons cuir, nos objets de décoration, literie, etc. Ouvert du lundi au samedi de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h Présent sur la FOIRE D’AUXERRE (AUXERREXPO) du 14 au 18 septembre 2016 D. 67 - ROUTE DE JOIGNY - 89300 CHAMVRES Tél. 03.86.63.30.85 meubles.chassery@orange.fr www.meubles-chassery.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :