[89] Au fil de l'Yonne n°112 novembre 2014
[89] Au fil de l'Yonne n°112 novembre 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°112 de novembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Yonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,0 Mo

  • Dans ce numéro : circulation hivernale... d'importants moyens mobilisés !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
06 6 07 6 LE GRAND FORMAT Circulation hivernale  : d’importants moyens mobilisés ! Viabilité hivernale. Activé de mi-novembre à mi-mars, un vaste dispositif permet au Conseil Général d’assurer la circulation sur les principaux axes du département, quelles que soient les conditions météorologiques. Chaque année, en même temps que les premiers froids, le Conseil Général active le dispositif de la viabilité hivernale. Il s’agit de permettre à tout usager des routes départementales de pouvoir continuer à circuler sur les principaux axes, quelles que soient les conditions météorologiques. Des moyens importants sont mis en œuvre, mobilisant une centaine de personnes au sein des six agences territoriales routières mais aussi des centres d’intervention hivernale d’Appoigny et de Sens. Si l’hiver dernier a été particulièrement doux, qu’en sera-t-il de celui qui s’annonce ? Déclencher une intervention La période de viabilité hivernale s’étend de mi-novembre à mi-mars, mais peut être Au fil de l’Yonne - novembre 2014 # 112 activée prématurément ou prolongée si nécessaire. Le chef d’opération de chaque agence territoriale routière (le chef d’agence) décide du déclenchement des patrouilles, qui sont effectuées sur des circuits prédéfinis tenant compte des points sensibles des territoires (ponts, traversées de bois, sections à forte pente, exposées au vent, voisines de rivières, etc.). Cette surveillance a pour but de collecter des informations de terrain qui, ajoutées à celles transmises par un site météo professionnel et cinq stations météo consultables à distance (Cerisiers, Piffonds, Merry-Sec, Paisson et Les Lavaults), déterminent la nécessité d’une intervention (salage, déneigement…). « Le Conseil Général vient d’acquérir deux camions 6 roues 15 tonnes de charge utile et deux saleuses pour augmenter ses capacités de traitement, indique Sylvain Seigneur, le directeur du pôle Aménagement du territoire. Un camion plus gros va plus loin sans avoir à recharger en sel ou en saumure, ce qui représente un gain de temps important. » Le matériel en chiffres 36 unités d’intervention composées d’un camion 10 ou 15 tonnes de charge utile, avec saleuse et rabot 6 petites unités composées d’un camion 10 tonnes avec saleuse tractée 13 chargeurs
Diffuser l’information Dès le démarrage de l’intervention, le chef d’opération informe le centre d’ingénierie de gestion du trafic ou le veilleur qualifié (qui reçoit également des informations ou demandes d’intervention en provenance de la Préfecture, du Centre régional d’information et de coordination routière Est, des forces de l’ordre et de secours) des évolutions de la situation jusqu’à la fin de l’événement. Il renseigne la carte « Yonne routes » des conditions de circulation en temps réel, accessible à tous 24h/24 sur le site du Conseil Général. Chacun peut également télécharger la carte des niveaux de service (routes traitées en priorité) afin de prévoir, voire ajuster son itinéraire. À noter également une « info trafic » régulièrement diffusée sur France bleu Auxerre. Un travail en partenariat Le Conseil Général peut faire appel à des moyens complémentaires  : 129 conventions ont été signées avec des agriculteurs et 29 communes sont autorisées à intervenir avec leurs propres engins sur certaines portions de routes départementales. Afin d’assurer une continuité de traitement au-delà des frontières du département jusqu’à la première agglomération, le Conseil Général a conventionné avec le Loiret, la Seine-et-Marne, la Côte d’Or et l’Aube. Lors de situations exceptionnelles, le Préfet, responsable de la sécurité civile, active une cellule de crise et décide des priorités. Pour cela, il s’entoure de représentants de différents services publics. Le Conseil Général délègue alors un cadre de décision en salle opérationnelle de la préfecture. Le grand Format Qui est qui ? Cadre de permanence  : coordonne et déploie des moyens importants afin de faire face à une situation particulièrement difficile. Il est amené à représenter le Conseil Général en Préfecture en cas de déclenchement d’une cellule de crise. Centre d’ingénierie de gestion du trafic  : chargé de l’organisation et de la gestion du service hivernal en liaison avec les six agences territoriales routières et les deux centres d’intervention hivernale d’Appoigny et de Sens. Veilleur qualifié d’astreinte  : prend le relais de cette gestion à partir de 18h, le dernier jour ouvré de la semaine, les weekends et jours fériés. Chef d’opération  : organise les patrouilles, déclenche les interventions, fait remonter les informations au centre d’ingénierie de gestion du trafic ou au veilleur qualifié et assure la mise à jour en temps réel de la carte Internet « Yonne Routes ». Patrouilleur  : surveille le réseau sur des circuits prédéfinis, alerte sur la formation et l’évolution de phénomènes, procède à des mesures aux points sensibles identifiés puis rend compte de l’efficacité des traitements. Équipe d’intervention  : traite les chaussées selon les directives du chef d’opération. Direction des services d’information  : assure une veille du bon fonctionnement informatique afin d’assurer la pérennité du site « Yonne routes ». Les automobilistes ont aussi leur rôle à jouer  : en cas de mauvaises conditions de circulation, il convient d’adapter son véhicule (pneus hiver) et sa conduite, de choisir son itinéraire en fonction de l’état des routes et de partir plus tôt, voire de différer son déplacement. Et ensuite d’ouvrir l’œil ! En direct sur France bleu En cas d’intempéries ou d’événements de circulation, deux « infos trafic » du lundi au vendredi à 7 h 40 et 17 h 07. À partir de 6 h 30 dans la matinale et toute la journée lors de phénomènes plus importants. Dès 6 h du matin par un envoyé spécial depuis le Centre d’ingénierie de gestion du trafic en cas de phénomènes majeurs. Une suspension ciblée des transports scolaires Le Conseil Général peut décider l’interruption des transports (500 circuits spéciaux, 24 lignes régulières) la veille au soir ou le matin avant 5 h 30 pour le départ des cars scolaires, et avant 15 h pour les retours ; tout en s’efforçant au maximum d’organiser les retours lorsque les trajets allers ont été réalisés. Ces décisions font l’objet d’une communication par presse, internet et suivi Facebook, et d’une alerte SMS aux familles pour les transports scolaires. Une sectorisation du département en cinq zones (A, B,C, D et E) a été opérée cette année afin de permettre, lors de conditions météorologiques défavorables, de suspendre les services de façon localisée. La zone d’appartenance de chaque élève est précisée sur sa carte de transport et dépend de la commune de son établissement scolaire.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :