[86] Vivre en Vienne n°75 septembre 2013
[86] Vivre en Vienne n°75 septembre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°75 de septembre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Vienne

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : le futur des collégiens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
> Le château à Château-Larcher. > La tour Charlemagne à Charroux. Contact Association Régionale des Petites Cités de Caractère en Poitou-Charentes 05 49 50 26 51 arpcc@crtpch.com pro.poitou-charentesvacances.com art-de-vivre-poitoucharentes.com Association loi 1901 SIRET 501 414 874 APE 9499Z Vivre en Vienne - septembre 2013 - 75 Typiques, charmantes, envoûtantes… et témoins séculaires de l’Histoire du département, nos Communes regorgent d’un patrimoine ancestral, dont la richesse singulière a forgé le caractère de nos villes et de nos villages. Souvent méconnu du grand public et des touristes, ce « petit » patrimoine, peu exposé souffre du manque de moyens financiers des Communes pour retrouver son lustre d’antan, ainsi que de l'éloignement des sites touristiques locaux. Afin de compenser ce double handicap, la marque Petites Cités de Caractère fait son apparition dans la Vienne, avec pour ambition de redorer le blason des petites Communes en leur conférant une notoriété touristique à part entière, à travers la valorisation de leur bâti. Un enjeu touristique et économique La marque Petites Cités de Caractère est née en 1975 en Bretagne. Elle est aujourd’hui constituée en réseau, et est initiée dans la Vienne à travers l’Association Régionale Petites Cités de Caractère en Poitou- Charentes (ARPCC). Elle a pour but de dynamiser les Communes rurales riches en patrimoine et en histoire sur différents plans. Tout d’abord, l’objectif de l’ARPCC repose sur la volonté de sauvegarder, valoriser et animer le patrimoine rural par le développement touristique et culturel. Il est question pour les bourgs de développer un projet viable sur le long terme pour faire perdurer son ensemble architectural. De fait, les Petites Cités de Caractère auront à proposer une offre patrimoniale et culturelle, qui fournit à la Commune un véritable pouvoir d’attraction > Le château de Monts-sur-Guesnes. Le patrimoine de la Vienne affiche son caractère A l’instar de départements du Grand Ouest, la Vienne inaugure la labellisation des Petites Cités de Caractère. Cette initiative qui servira un double objectif, de nature touristique et économique, est destinée à valoriser le patrimoine et des services de qualité. touristique. « La labellisation des petites cités représente donc un enjeu économique non négligeable pour les Communes, mais aussi pour le Département », se réjouit Dominique Réant, Vice-Président du Conseil Général chargé du Tourisme. Un engagement de qualité Pour pouvoir prétendre à l’obtention de la marque Petites Cités de Caractère, les Communes doivent répondre à des critères de sélection stricts. La marque est réservée aux Communes de moins de 5 000 habitants détenant un patrimoine suffisamment dense, homogène et caractéristique d’une activité commerciale, religieuse ou militaire passée. Par la suite, les cités sont tenues de respecter des engagements en matière d’entretien du patrimoine public et privé, d’embellissement des espaces publics, d’organisation de manifestations culturelles mettant en avant le patrimoine. Enfin, les Communes homologuées doivent détenir des infrastructures d’accueil pour le public, par exemple un Office de Tourisme, un commerce multi-services et des hébergements labellisés. L’homologation repose sur la motivation de la Commune et de ses habitants. Dans cette optique, le Conseil Général soutient financièrement les Communes souhaitant adhérer à la marque, notamment en matière de travaux de réhabilitation. A ce jour, trois Communes de la Vienne ont présenté leur candidature auprès de l’AR- PCC : Charroux, Château-Larcher et Montssur-Guesnes. Verdict en fin d’année après le passage de la Commission d’Homologation.
ADMR, 60 ans et pas une ride ! La Fédération des Associations d'Aide à Domicile en Milieu Rural (ADMR) vient de fêter ses 60 ans. Comme au premier jour, la Fédération Départementale affiche une grande vitalité. Attentive à l’évolution de la famille, de la naissance à la vieillesse, elle se renouvelle toujours pour assurer la qualité de ses services. A sa création, l’ADMR s’est préoccupée des besoins d’aide aux familles, et dans les années 60, le mouvement s’est étendu à l’aide aux personnes âgées, malades ou handicapées vivant plutôt dans le milieu rural. Cela coïncidait, entre autres, à une modification du schéma familial, car les personnes âgées n’étaient plus accueillies, d’un point de vue matériel, de la même façon dans les foyers. Le développement important est venu avec la mise en place de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA). Quand la société évolue, l’ADMR s’adapte… En effet, dans les changements apparus dans les dernières décennies, on a vu apparaître une croissance des prestations vers la santé. La Fédération gère d’ailleurs un Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD), et depuis 2009 des équipes spécialisées Alzheimer interviennent dans le département. « Notre objectif principal est d'anticiper les changements survenant dans les familles. Par exemple, nous assistons en ce moment à l’augmentation du nombre des familles monoparentales », précise Jacquis Pinneau, Président de la Fédération Départementale de l'ADMR. Ces mutations modifient les besoins et donc les offres de services à venir. Des métiers de service en voie de professionnalisation L’ADMR vise une reconnaissance des métiers qui la représentent. Les salariés de la Fédération peuvent jouir d’ailleurs d’une formation qualifiante au cours de leur expérience. Le premier réseau français se fait donc créateur de métiers en permettant une reconnaissance de ce travail d’aide à la personne à domicile. Et si, en 2012, l’ADMR a amorcé un virage social en s’orientant vers une convention collective de la branche aide à domicile, c’est pour garantir des sécurités supplémentaires, tant pour les clientsusagers que pour les salariés. La force de l’ADMR repose sur son « triangle d’or », c’est-à-dire sur un équilibre entre le bénévole, le salarié et le client-usager. Les bénévoles avec les salariés des associations locales forment une base d’intervention d’une grande utilité sociale. « Les bénévoles ont une certaine idée de la citoyenneté, ils sont au service de la population et leur rôle dans le lien social est essentiel », ajoute Bruno Belin, Président de la Commission des Solidarités au Conseil Général. Des services apportés depuis 60 ans dans le respect des valeurs portées par l’ADMR : autonomie, domicile, famille et santé. Le mouvement de l’ADMR s’étend aussi vers les zones urbaines Les perspectives de l’année 2013 s’ouvrent sur le projet d’implanter l’association sur Poitiers intramuros, avec la participation d’une soixantaine d’associations périphériques concernées par le service à la personne à domicile, dans le cadre de la Convention, afin de toujours répondre aux besoins des personnes. Chiffres clés L'ADMR dans la Vienne en 2012, c'est : • 45 associations locales• 1 400 emplois locaux• 550 bénévoles• 10 000 personnes aidées• Plus d'1 million d'heures d'intervention à domicile dont un service de soins infirmiers +Infos Fédération ADMR 18 rue Nungesser à Biard Tél. : 05 49 30 35 45 info.fede86@admr.org admr.org Vivre en Vienne - septembre 2013 - 75 17 ASSOCIATIONS SOCIAL



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :