[86] Vivre en Vienne n°114 juin 2017
[86] Vivre en Vienne n°114 juin 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°114 de juin 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Vienne

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : vibrez avec les heures vagabondes !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
SOCIAL 8 Des familles se mobilisent pour les mineurs étrangers Le Département expérimente la possibilité de faire appel à la solidarité citoyenne de bénévoles pour s’occuper des mineurs non accompagnés, dans le cadre réglementaire de sa mission de protection de l’enfance. > Lise et Stéphane Nadler accueillent depuis quelques semaines le jeune Ciré-Mady. Sa voix est douce et hésitante, le regard timide... Avec pudeur, Ciré-Mady, 16 ans, revient sur son exode de plusieurs mois entre Afrique et Europe. Parti de Guinée, le périple du jeune adolescent le conduit en camion sur les routes du Mali, du Burkina Faso, du Niger, puis de la Libye. Après plusieurs semaines d’incertitude dans un pays en proie à la guerre civile et à la cupidité des passeurs, il embarque et finit par rallier l’Italie. Le reste de son voyage se fera à pied. De longues heures de marche en compagnie de camarades d’infortune, pour finalement atteindre Nice, puis Poitiers. Originaires pour la plupart d’Afrique, ces adolescents ont fui la pauvreté, la persécution ou la traite d’êtres humains. Cette errance périlleuse vers "l’eldorado" européen concerne chaque année plusieurs milliers de jeunes Africains en France et plus de deux cent cinquante dans la Vienne en 2016. Offrir un socle familial durable Acte solidaire… Dans le cadre de sa mission de protection de l’enfance, le Département prend en charge l’hébergement (famille d’accueil, foyers de jeunes travailleurs, Maison de Salvert, DAMIE 86…), les soins et la scolarisation (collège, lycée, CFA pour apprentissage…) des mineurs non accompagnés (MNA)*. Pour les accueillir dans les meilleures conditions possibles et répondre à l’afflux constant de cette population fragile, la Vienne, premier département de l’ex-région Poitou-Charentes à mettre en La Vienne, le magazine œuvre cette solution innovante, expérimente depuis quelques semaines l’accueil bénévole. Aujourd’hui, une dizaine de familles volontaires hébergent douze adolescents, essentiellement des garçons, dans un environnement serein, convivial et sécurisant. Neuf autres devraient rapidement intégrer le dispositif, avec la volonté de viser une cinquantaine de bénévoles en 2018. "Pour répondre à l’urgence de la situation, le Département agit en consacrant cette année un budget de six millions d’euros aux MNA et en augmentant sa capacité d’accueil, avec la création de soixante-dix places supplémentaires dans les différents établissements répartis sur son territoire », précise Rose-Marie Bertaud, Vice-Présidente en charge de l’action sociale, l’enfance et la famille. * après évaluation de leur minorité +Info Devenir accueillant bénévole  : la marche à suivre - Adresser une demande écrite au Pôle Mineurs Non Accompagnés, Département de la Vienne, Place Aristide Briand 86008 Poitiers cedex ou par mail  : benevolat-mna@departement86.fr - Participer à une réunion d’information animée par le Pôle Mineur Non Accompagnés - Avoir un entretien individuel avec la Responsable du Pôle et une éducatrice - Faire visiter son logement (disposer d’un espace personnel suffisant avec une chambre pour chaque enfant accueilli) - Avoir un casier judiciaire vierge pour toutes les personnes vivant au domicile
Remettre le pied à l’étrier… Le Département de la Vienne utilise la commande publique comme levier de retour à l’emploi de personnes rencontrant des difficultés socioprofessionnelles. Retour progressif à la vie active… Depuis plusieurs semaines, trois salariés et un encadrant de l’Adecl (association dynamique d’entraide du canton de Lussac-les-Châteaux) s’appliquent à redonner une seconde jeunesse au Centre d’Exploitation du Département, à Montmorillon. Retenu pour effectuer les travaux de peinture, le quatuor ne détonne pas au milieu des autres professionnels, tant le geste s’avère précis et le rendu final irréprochable. Murs, plafonds, menuiseries, seul le chantier de la façade extérieure, pour des raisons techniques, a été réalisé en cotraitance avec la Société d’Application de Procédés pour l’Amélioration de la Construction (SAPAC) de Migné-Auxances. "Engagée depuis près de trente ans dans cette démarche solidaire et pédagogique, notre association s’attache à ouvrir les portes du monde du travail aux bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA), aux chômeurs longue durée et aux jeunes", expose Dominique Touraine, Directeur de l’Adecl. Les personnes travaillant en chantier d’insertion autour des trois grands domaines de compétences de cette structure (aménagement du cadre de vie, serres et jardins, dépôts ventes), disposent d’un véritable contrat de travail à durée déterminée allant de 4 à 24 mois. En 2017, sur les quarante-sept salariés que compte l’association, trente-six bénéficient d’un Contrat Unique d’Insertion (CUI) en poste d’insertion. Le Département s’engage… Lutter contre l’exclusion des personnes. Le retour à l’emploi est considéré comme un moyen de combattre efficacement la précarité. Pour y parvenir, le Département intègre, depuis 2007, une clause d’insertion sociale pour garantir dans ses marchés publics un pourcentage d’heures de travail réservé à des bénéficiaires du RSA, à des demandeurs d’emploi de longue durée, à des jeunes sans qualification ou à des travailleurs handicapés. "En 2016, plus de 13 000 heures d’insertion ont été réalisées et permis à soixante-seize personnes, dont 42% de bénéficiaires du RSA, de trouver un emploi dans une cinquantaine d’entreprises, majoritairement situées dans la Vienne", souligne Benoît Coquelet, Vice-Président en charge de l’Insertion. En répondant à l’appel d’offres, l’entreprise retenue s’engage sur un volume d’heures d’insertion. Pour remplir cette obligation, elle peut avoir recours à la sous-traitance avec une agence de travail temporaire, à une association spécialisée dans l’insertion ou encore proposer un contrat le temps de la durée du chantier. De quoi redonner confiance à ces hommes et ces femmes pour un retour progressif vers la formation ou l’emploi. +Info 22 chantiers d’insertion dans la Vienne 1 M € d’aides aux postes (recrutement de BRSA)/706 000 € d’aide de fonctionnement 1 personne dédiée aux clauses d’insertion La Vienne, le magazine 9 INSERTION



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :