[85] Journal de la Vendée n°256 août 2019
[85] Journal de la Vendée n°256 août 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°256 de août 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Vendée

  • Format : (290 x 410) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 6,1 Mo

  • Dans ce numéro : la Vendée littorale se révèle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Dossier Le Littoral vendéen se révèle La Vendée et ses 250 km de côtes protégées dont 140 km de plages sont un patrimoine naturel inestimable qu’il faut entretenir, préserver et valoriser. Et si vous profitiez de l’air iodé du littoral ? Yves Auvinet, Président du Conseil départemental Point de vue « Notre volonté est de relever les défis d’une stratégie maritime » En tant que Vendéen, que représente pour vous le littoral dans notre département ? Entre terre et mer, enracinée par l’histoire et ouverte sur le large par sa géographie, la Vendée jouit de cet atout qu’est sa façade atlantique. Riche de la part maritime de son identité, notre dé partement bénéficie avant tout de ce qui fait la force de la Vendée  : ses Hommes et leurs engagements, son économie dynamique et diversifiée, avec ses 276 kilomètres de côtes et ses 13 ports départementaux qui génèrent une forte attractivité touristique, mais également des activités de pêche, de conchyliculture et de saliculture réputées, sans oublier les filières qui sont aujourd’hui à la pointe de la technologie. Quelles actions mène le Département de la Vendée en faveur du littoral ? Nous avons voté l’année dernière notre Plan Vendée Ambition Maritime, auquel nous consacrons plus de 96 millions d’euros. Ce plan se décline en trois axes  : L’innovation, parce que la mer et les territoires littoraux sont des espaces propices aux expérimentations. Afin d’en optimiser le potentiel, il importe de soutenir les projets d’avenir et le développement de la recherche dans le domaine maritime. Le développement et l’aménagement du territoire, parce qu’en raison de leur attractivité, les territoires littoraux sont soumis à de fortes pressions, démographiques notamment. Préserver cet environnement exceptionnel, s’engager pour un développement harmonieux et durable, apparaît comme un enjeu majeur pour l’avenir de la Vendée. L’identité maritime, parce que la mer et le littoral sont au cœur de notre histoire et de notre dynamisme. La conforter et valoriser la richesse de notre patrimoine naturel, culturel ou historique est un devoir. Nous devons profiter du plein potentiel offert par les richesses de notre vaste territoire littoral. In fine, notre volonté est bien de relever les principaux défis d’une stratégie maritime. Le soleil qui irradie les belles plages vendéennes, le sable chaud, la voile… Cette image de carte postale est connue bien audelà de notre territoire. Pourtant le littoral vendéen est bien plus que ça. Ses côtes protégées sont un trésor qu’il faut découvrir, arpenter et surtout un patrimoine naturel à préserver car c’est l’âme de la Vendée. « Notre dé par tement a une identité maritime forte du fait notamment de son littoral qui porte son ADN », rappelle Yves Auvinet, le président du Département. En Vendée, les côtes sont préservées La côte sauvage vendéenne est un endroit préservé qu’il faut pérenniser  : elle représente 80% du littoral vendéen et propose un patrimoine naturel sans équivalent. À vous d’apprécier ce privilège à sa juste valeur en parcourant le littoral vendéen. Première résolution. Opter pour les modes de transport doux. D’ailleurs si vous voulez profiter du paysage, mieux vaut être à pied ou juché sur un vélo. La Vendée propose plus de 200 km de sentiers de randonnée littorale accessibles à ON A TESTÉ POUR VOUS LA PISTE DE BREM-SUR-MER La Vendée à vélo, c’est un passage obligé pour (re)découvrir son territoire. Et ça tombe bien, sur le littoral, vous disposez d’un terrain de jeu idéal. Nous avons essayé la nouvelle piste cyclable de Brem-sur-Mer. Longue d’1,1 km et large de 2,5m, cet axe entièrement sécurisé rejoint Les Sables-d’Olonne ou la Plage des Granges. Protégés des voitures, portés par le vent et à l’ombre des pins, nous profitons de la piste et son enrobé beige peu abrasif pour nous dégourdir les jambes. Les voitures sont consignées sur leur route. Nous sommes seuls ou presque. Un virage à gauche puis c’est le pont qui surplombe l’Auzance, la rivière en direction de l’Océan atlantique. Nous profitons de la vue panoramique sur les marais 250 tous, seul, entre amis ou en famille. 216 km de terrain de jeu Le littoral est un terrain de jeu propice à vélo, en famille ou entre amis. La piste cyclable du littoral s’étend sur 216 km dont 150 en site propre et relie Bouin au nord à l’Aiguillon-sur-Mer en passant par Saint-Jean-de-Monts, Brétignollessur-Mer ou Talmont-Saint-Hilaire. Envie de vous évader davantage ? Directions les îles Noirmoutier et Yeu, deux sites préservés et praticables facilement à vélo. Pas moins de 18 pistes cyclables sont répertoriées sur le littoral vendéen. De 4 à 24 km, de 30 minutes à 2 h de randonnée, sur piste goudronnée, sur le sable ou sur un chemin, le littoral à vélo est une expérience à vivre. 19 aires d’accueil réservées aux cyclistes La Vendée est une terre de vélo et une destination très prisée des pays nordiques qui privilégient le tourisme à vélo. Le Département salants. Nous observons le décor. Un estuaire, des marais, une végétation luxuriante. On repart à bicyclette sur la piste goudronnée puis sur le chemin. Forêt ou plage ? À vous de choisir Une halte devant la carte de la Vendée à vélo pour se repérer. Deux possibilités s’offrent à nous  : poursuivre tout droit à l’abri de la forêt en direction des Sables sur le chemin de la montée chaumoise ou s’exposer au vent et atteindre la plage des Granges. L’appel du littoral nous oriente vers la mer. Notre vélo nous mène jusqu’aux dunes. Arrêt obligatoire pour admirer la vue et descente de vélo pour finir ce périple à pied. C’est la fin du chemin, pas le bout du voyage. va poursuivre ses efforts conséquents dans l’aménagement des pistes cyclables (2,2 M € par an en moyenne) en créant de nouvelles pistes sur le littoral déjà programmées à Saint-Révérend, Beauvoir-sur-Mer, Saint-Hilairede-Riez, Velluire et Talmont-Saint- Hilaire. Il va également impulser la création de 19 aires d’accueil réservées aux cyclistes le long du sentier cyclable littoral. Ces sites équipés de table de pique-nique, station de gonflage, abri ou point d’eau, seront des points d’étapes indispensables aux randonneurs à deux roues. Marcheurs, le GR8 vous tend les bras ! Si vous préférez marcher, partez à l’assaut du circuit rouge et blanc qui longe l’océan du nord au sud de la Vendée. Le sentier national de grande randonnée GR8 vous offre 221 km. Un parcours plat et balisé et accessible à tous. Le temps km de côtes 216 km à pa protégées à vélo o 100 espaces naturels d’une journée ou d’un séjour, découvrez une myriade de paysages variés  : des pêcheries au marais, des dunes à la forêt, de la côte rocheuse aux immenses plages de sable fin… Un circuit surprenant avec des points de vue incomparables sur la nature environnante qui vous révélera le littoral vendéen. Plus d’infos sur vendee-tourisme.com Vendée/le journal d’août 2019
PHÉNOMÈNAL LE GOIS Il y a des trésors qui se méritent plus que d’autres. La Pointe du Payré fait partie de ceux-là. Ce site naturel exceptionnel situé à Jard-sur-Mer n’est accessible qu’aux courageux. Votre véhicule (auto, moto ou vélo) vous emmènera jusqu’au parking du Payré. Le reste de l’aventure devra se poursuivre à pied  : 3,6 km de sentier vous attendent. « Il faut compter 35 à 40 minutes aller et autant au retour mais l’endroit vaut l’effort ! », raconte un groupe de touristes. D’autant que le sentier ombragé et le sable aux pieds vous transportent dans une autre dimension. Autre solution, à marée basse, vous pourrez y accéder par la plage du Veillon à Talmont-Saint-Hilaire « la plus belle de la Vendée », selon un sauveteur de la SNSM. Toujours en marchant. La nature vendéenne est belle, appréciez-la à sa juste valeur. Le Havre du Payré s’étend sur 2 800 hectares de l’estuaire du Payré au Sud, du château de Talmont au Nord, du bois du Veillon à l’Ouest et de l’abbaye du Lieu Dieu à l’Est à Jard-sur-Mer. Il est éligible au label « Grand site de France » en raison de ses richesses naturelles remarquables  : marais, massifs forestiers, dunes, estuaire, grandes cultures… Quand la mer le découvre, les pêcheurs à pied en profitent pour ramasser des coquillages. C’est le cas des deux amateurs de coquillages sur notre photo qui rapportent de quoi agrémenter le dîner. Route historique, unique en Europe, le passage du Gois permet de rejoindre l’Île de Noirmoutier (4 km), quand la marée le permet. Cette route départementale mythique fait le bonheur des cyclistes, des joggeurs, des marcheurs et des pêcheurs. Site classé d’intérêt national et patrimonial en 2017, le Passage du Gois et ses abords immédiats (île de Crosnière et le polder Sébastopol) est un endroit préservé pour apprécier le littoral vendéen. Des balises -refuges tourelles éviteront aux étourdis de se retrouver trempés voire mal embarqués lorsque la mer recouvrira le passage. Avant toute sortie, pensez à vérifier les heures de passage de la marée. Ça peut aider… Le Gois est un milieu naturel très riche de par sa faune et sa flore avec de nombreuses espèces protégées  : mouettes, sternes, oies, bernaches, gravelots, petits échassiers, avocettes, courlis, aigrettes, coquillages… Le Département souhaite le classer au patrimoine mondial de l’Unesco afin de protéger et valoriser ce paysage d’exception. NATURE ET DÉCOUVERTE À LA POINTE DU PAYRÉ Site remarquable Le petit plus pour aller plus loin  : Vendeevelo.frrcourir u à pied 18 pistes « Littoral » Cécile BARREAU Présidente de la Commission Territoires & Collectivités du Département de la Vendée Quel rôle joue le Département pour préserver le littoral vendéen ? Le Département est le premier acteur de la préservation des espaces naturels et de la biodiversité de notre littoral vendéen. Il intervient de manière concrète en faveur de l’acquisition, de l’aménagement et de la gestion des espaces naturels sensibles les plus remarquables du littoral  : dunes, forêts, landes et marais, sont autant de milieux sur lesquels le Département s’investit, de manière concrète… Grâce à la mise LONGEVILLE-SUR-MER UNE FORÊT, UN ESPACE PROTÉGÉ Lorsque l’on arrive à Longevillesur-Mer on voit le panneau ville de surf. Mais c’est surtout un territoire forestier. La forêt semée au xix e siècle pour protéger les terres de l’ensablement, s’étend désormais sur 600 hectares. Le Département de la Vendée gère et valorise 55 hectares d’espaces naturels sensibles sur le domaine de cette forêt avec deux objectifs à l’esprit  : concilier la fréquentation touristique, l’usage des riverains et la préservation d’un environnement fragile. Faune et flore remarquables La forêt forme une étroite bande boisée séparant l’océan de l’intérieur des terres. L’ensemble forme un milieu exceptionnel qui abrite de nombreuses espèces végétales et animales, dont certaines rares et protégées. Si vous vous y promenez, vous pourrez observer 3 QUESTIONS À… en œuvre de son Plan Ambition Maritime, le Département soutient par ailleurs les initiatives locales en faveur de la biodiversité et de la restauration d’espaces naturels dégradés. Combien de sites préservés avons-nous sur le littoral et que représentent-ils ? Le Département protège actuellement 20 sites naturels parmi les plus remarquables du littoral vendéen, de Noirmoutier à la Tranche-sur-Mer, en passant par l’île d’Yeu… Au total, ce sont plus de 670 ha, acquis, aménagés et gérés par le Département, qui sont rendus accessibles li brement et gratuitement pour tous. De nombreuses animations y sont en des oiseaux emblématiques  : en forêt  : le Milan noir, le faucon hobereau, le Circaète Jean-le-Blanc, et sur les dunes et hauts de plage  : le Gravelot à collier interrompu, le Cochevis huppé et le Pipit rousseline. La Côté flore, l’œillet des dunes et le Silène de Thore colonisent les dunes, tandis qu’on trouve en forêt l’Orchis hommependu et le Céphalanthère à longues feuilles. Un espace valorisé à préserver Reconnaissance de ce capital environnemental, la forêt se trouve en grande partie dans le site Natura 2 000 du Marais Poitevin. Afin de préserver et valoriser cet espace remarquable, le Département a ainsi créé en 1992 une zone de préemption au titre des Espaces naturels sensibles, sur une superficie totale de 668 ha. Depuis 2014, il met en œuvre de nombreuses actions  : coupe de pins maritimes en vue de leur régénération naturelle, sécurisation de propriété d’habitations, installations de signalisation, de tables de pique-nique… Un espace naturel protégé qu’il nous appartient de préserver. « Le Département protège actuellement 20 sites naturels parmi les plus remarquables du littoral vendéen » outre proposées chaque année pour sensibiliser le public à la préservation de nos paysages et de notre biodiversité. Quelles actions concrètes seront mises en place en 2019 ? En 2019, le Département poursuit ses acquisitions d’espaces naturels sensibles. Il va par exemple acquérir les anciennes colonies de vacances de la ville de la Roche-sur-Yon, à Jard-sur-Mer pour rendre le site à la nature. Cette opération s’inscrit dans l’Opération Grand Site engagée par le Département sur Le Havre du Payré. Nous allons par ailleurs restaurer l’ancienne corne de brume située sur la pointe du But à l’île d’Yeu. Vendée/le journal d’août 2019 7 L’actualité de Vendée en direct sur www.vendee.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :