[85] Journal de la Vendée n°203 mars 2015
[85] Journal de la Vendée n°203 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°203 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Vendée

  • Format : (290 x 410) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 6,1 Mo

  • Dans ce numéro : élections départementales... allez voter !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Le fait du mois SALON DE L’AGRICULTURE/LA VENDÉE PROMEUT L’INNOVATION La technologie au service de l’agriculture Du 21 février au 1er mars, le Salon International de l’Agriculture a attiré plusieurs centaines de milliers de visiteurs. Une occasion unique pour l’agriculture vendéenne de montrer ses richesses, ses atouts et son sens de l’innovation. Le concours d’origine vendéenne A.Green’Startup s’est ainsi exporté à Paris. Explications. iStock. « Participez à la grande mutation de l’agriculture ». C’est sous cette injonction que les idées vendéennes se sont exportées cette année au Salon de l’Agriculture. Du 20 au 21 février, s’est déroulée la seconde éditon (mais la première au niveau national) du concours A.Green’Startup. L’idée : monter en 48h une start-up qui apporte une solution à un problème posé dans le monde agricole, de manière à lier innovation et agriculture. Car les sources d’innovation sont infinies dans ce domaine et les projets fourmillent : utilisation de robots dans la viticulture, applications smartphone pour faciliter le désherbage, utilisation de drones pour survoler les cultures... Un concept né en Vendée La première édition du concours A.Green Startup, créé par la Chambre d’Agriculture de Vendée, s’est déroulée lors du Salon Tech’Elevage à La Roche-sur-Yon, à la fin de l’année dernière. « La révolution est en marche, explique Hervé Pillault, Secrétaire général de la Chambre d’Agriculture de Vendée, à l’origine du projet. Finie, l’image de l’agriculteur arriéré, terminé le stéréotype du « paysan » démodé, au placard toutes ces pensées négatives... Désormais, le monde agricole s’ouvre à de nouvelles possibilités, à de nouveaux horizons, et va au-delà des avancées technologiques. Toujours avec un seul but : préserver la terre et choyer les animaux ». Ainsi, pendant deux jours, plusieurs équipes d’étudiants ou de chefs d’entreprises aux compétences variées (au minimum six personnes venues d’horizons différents : agriculture, communication, ingénierie, informatique, gestion etc...), se sont affrontées pour présenter un projet innovant devant un jury de professionnels. LA VENDÉE AU SALON C’est principalement sur le stand du Mouton Vendéen que notre département a dévoilé son savoir-faire en matière agricole. Toute la semaine, des animations ont permis au grand public de découvrir les productions vendéennes, les labels de qualité et les entreprises du département. Aux côtés de la Chambre d’Agriculture, les différents partenaires (Association Vendéenne des Agneaux Fermiers Label, Vendée Qualité, Confédération Générale de l’Agriculture, Terre de Viande, Chevrettes de France et Soignon, Vend’éleveurs) ont proposé des dégustations, des cours de cuisine, des jeux... De très nombreux éleveurs étaient également présents ainsi que des producteurs vendéens (préfou, caramel au beurre salé, bière Mélusine, vins, fruits...). L’AGRICULTURE VENDÉENNE EN BREF LES LAURÉATS DE LA PREMIÈRE ÉDITION 1er Prix : Vision’Air L’équipe propose de créer un concept qui facilite l’accès des agriculteurs aux drones. Des drones avec lesquels ils peuvent contrôler, via le ciel, leurs champs mais aussi cartographier leurs cultures. Le Crédit Agricole Atlantique Vendée leur offre trois mois de bail au village de l’innovation à Paris. 2 e Prix : Le Pré d’à côté Le projet consiste à créer une application qui permet de géolocaliser les producteurs qui pratiquent la vente directe. Et ceci afin de permettre aux consommateurs de les trouver plus facilement. Le Centre de Ressources en Innovation, Oryon, met en avant le projet auprès des autres entreprises innovantes du territoire vendéen. iStock. 8 400 exploitants agricoles 25% des exploitants agricoles sont des femmes La Vendée est le premier département producteur de viande bovine et de viande de lapin La Vendée est le premier département céréalier des Pays de la Loire La Vendée est le premier département en nombre de produits sous signe de qualité En Vendée, 30% des salariés de l’industrie travaillent dans l’agroalimentaire Le prix coup de cœur : Agri’call Le concept consiste à créer une application contrôlée par la voix pour optimiser le temps de travail et favoriser l’entraide entre les professionnels agricoles. La Cavac accompagne le projet. Tribunes des Groupes de l’Assemblée Départementale Union pour la Majorité Départementale La défense du Département, c’est maintenant ! Dans moins d’un mois, les Vendéens éliront leurs représentants au nouveau Conseil départemental. C’est un moment important, décisif même au regard des défis que doit continuer à relever la Vendée dans les prochaines années : défis économiques avec la crise, défis sociaux avec l’évolution démographique de notre département, défis culturels également car la Vendée doit continuer à s’appuyer sur son identité pour se rassembler et pour avancer. Ces défis, le nouveau Conseil départemental ne pourra les relever que s’il dispose des compétences pour agir au service des Vendéens. Actuellement, le projet de loi sur les futures compétences des collectivités est examiné par l’Assemblée Nationale. La majorité départementale demande aux Députés, et notamment aux Députés Vendéens de la majorité, de défendre vraiment le Département en conservant les modifications introduites par le Sénat dans le texte de loi : possibilité pour le Conseil départemental d’avoir une action économique forte, de réaliser de grandes infrastructures notamment dans le domaine routier ; maintien de la clause de cohésion territoriale qui vient d’être créée par la Haute Assemblée et qui permettra notamment au Département de soutenir les projets des communes rurales. Depuis près d’un an, les Départements sont, malgré eux, les figurants principaux d’un mauvais film aux allures de comédie politique : en 8 mois, vacances comprises, le Gouvernement a changé 5 fois de position sur l’avenir du Département ! Mais cette comédie politique vire aujourd’hui à la tragédie démocratique : dans un mois, les électeurs voteront pour les élections départementales et ils ne connaissent toujours pas les compétences départementales ! Ce flou ne peut plus durer. Les Départements en ont assez d’être les otages des revirements et même des reniements gouvernementaux. Il est temps pour la Majorité présidentielle de décider. Il est temps pour les députés socialistes vendéens de défendre la Vendée sur ce texte majeur qui engage son avenir. La défense du Département, c’est maintenant ! Le Groupe des élus socialistes et républicains Le 22 et 29 mars prochain : on vote ! Cette nouvelle année 2015 engage beaucoup de changements pour nos concitoyens et l’intervention publique locale. Le projet de loi NOTRe sur la ré- organisation territoriale, va redistribuer les compétences et les collaborations entre collectivités. Le Conseil général est l’acteur majeur de l’action sociale, de l’insertion et des solidarités. Son rôle de chef de file en matière sociale n’a cessé de s’amplifier depuis les premières lois de décentralisation aux dernières réformes. L’action sociale ce n’est pas « l’assistanat » comme le prétend la majorité, c’est avant tout permettre à chacun d’évoluer sereinement dans notre société et palier aux risques inhérents à celle-ci. Dans un contexte de crise sociale et de diminution des ressources publiques, la politique du département est à revisiter de fonds en comble. Ce contexte appel donc à plus de solidarité et d’initiatives pour les années à venir. Le débat sur les orientations budgétaires s’ouvre actuellement au conseil général. Le ton est donné : Alors que nous nous attendions à une sanctuarisation pour 2015, ce sera moins de subventions pour les associations et les organismes publics. Cela va directement impacter nos services publics de proximité et la vie de nos associations, pourtant essentiels au renforcement et au maintien de la cohésion sociale. Il y a certes la baisse des dotations aux collectivités. Rappelons que la droite prévoit toujours un triplement de la baisse des dotations. Rappelons également que la fiscalité dans notre département, et en particulier la taxe foncière, a très nettement augmenté ces dernières années passant de 353 millions d’ € en 2012 à plus de 370 en 2014. Les moyens existent toujours, il faut simplement faire les bons choix. La baisse des dotations est un fait, l’évolution inévitable des compétences aussi. Nous attendons donc de la majorité qu’elle adopte une attitude responsable et positive et s’engage réellement afin de sortir notre département de la crise pour que la Vendée demeure un département où il fait bon vivre. L’enjeu des élections départementales sera crucial pour reconquérir la cohésion sociale et l’égalité entre les territoires mais aussi et surtout engager notre département dans une nouvelle dynamique. 8 Vendée/le journal de mars 2015
Au Quotidien CENTRE MÉDICO-SOCIAL/UN NOUVEAU CMS À LA ROCHE-SUR-YON SOLIDARITÉ : L’ATOUT PROXIMITÉ Mi-février, un Centre médicosocial (CMS) flambant neuf a été inauguré au Val de Forges, à La Roche-sur-Yon. Un symbole fort qui prouve l’engagement du Conseil général auprès des Vendéens les plus fragiles. Au total, les 31 CMS de Vendée permettent d’accompagner plus de 26 000 familles par an. Explications. Ce lundi matin de février, les 27 agents du CMS Val de Forges à La Roche-sur-Yon, s’activent pour recevoir les nombreuses personnes qui bénéficient d’un accompagnement : jeunes mamans, femmes enceintes, bénéficiaires du RSA... Pour les accueillir et les aider, une a DES MILLIERS DE FAMILLES ACCOMPAGNÉES palette de professionnels est à leur écoute : conseillers en insertion, psychologues, puéricultrices, médecins, éducateurs... « Sur les 900 m² de ce bâtiment, comme dans tous les CMS de Vendée une grande partie de l’action sociale du Conseil général est représentée », explique Bruno Retailleau, président du Conseil général. Accompagner les bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active Ainsi, au sein du pôle insertion, huit agents accompagnent des centaines de personnes (1 200 familles en 2014) sur des actions diverses : aides aux démarches administratives, accompagnement financier, suivi du parcours vers l’emploi des bénéficiaires du RSA, accès aux soins, aide au logement... Des conseils aux jeunes parents Comme dans tous les CMS de Vendée, des agents de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) accueillent les jeunes parents. iStock. En 2014 : - plus de 26 000 familles en difficulté d’insertion - 800 enfants ont bénéficié d’un accompagnement à domicile par les éducateurs, 1 200 enfants ont été suivis à la demande du juge pour enfants et 1 200 jeunes ont été confiés l’aide Sociale à l’Enfance. Du côté du pôle Protection Maternelle et Infantile (PMI), un médecin, une sage-femme et deux puéricultrices assurent le suivi des nourrissons et jeunes enfants, des femmes enceintes ainsi que des assistantes maternelles. « Lors de nos permanences ou de nos visites à domicile, nous fournissons de nombreux conseils aux parents pour la bonne santé de leur enfant, notamment dans les domaines de l’hygiène, des soins, de l’éveil, de l’alimentation ou encore du mode de garde », indique Sophie, puéricultrice. Au plus près des Vendéens Enfin, les sept agents de l’Aide Sociale à l’Enfance suivent les enfants placés. En 2014, sur ce secteur, 75 enfants ont bénéficié d’un accompagnement par un éducateur à domicile, 94 enfants ont été suivis à la demande du juge des enfants et 149 jeunes ont été pris en charge par les agents après placements judiciaires. « Les Centres Médico-Sociaux sont situés volontairement au plus près des Vendéens car la proximité est essentielle pour proposer un accompagnement individualisé et de qualité », ajoute Gérard Villette, président de la commission Solidarité et Famille au Conseil général. C’est pourquoi des travaux sont aujourd’hui engagés dans les CMS des Herbiers, de Challans et de Moutiers-les-Mauxfaits pour renforcer l’accompagnement partout sur le département. MALADIE DE HUNGTINGTON/MAISON D’ACCUEIL SPÉCIALISÉ À MORTAGNE-SUR-SÈVRE UNE PREMIÈRE EN FRANCE Depuis fin 2014, une MAS (Maison d’Accueil Spécialisé) accueille des malades de Hungtington à Mortagne. Une première en France. Début février, la Résidence du Parc, constituée par la Maison de vie de La Rabatelière ainsi que trois logements en maintien à domicile, a été inaugurée. Une réponse aux évolutions démographiques et notamment au vieillissement de la population. Aujourd’hui, une vingtaine de résidents, pour la plupart originaires du canton, sont accueillis au sein de studios d’une surface de 30 m². Tout est fait pour que les résidents se sentent « comme à la maison ». De nombreuses activités sont proposées et des échanges ont lieu avec les enfants qui profitent du restaurant scolaire au sein du même ensemble architectural. En parallèle de cette Maison, trois logements pour le maintien La maladie de Hungtington est neurodégénérative et héréditaire. Elle entraîne notamment une altération sévère des capacités physiques et intellectuelles. Extrêmement éprouvante pour le patient et ses proches, elle concerne 7 000 personnes en France. Cette maladie dite orpheline touche 150 personnes actuellement dans notre région, dont de jeunes adultes. PERSONNES ÂGÉES/NOUVELLE MAISON DE VIE UNE RÉPONSE AU VIEILLISSEMENT à domicile sont également sortis de terre. Construite par Vendée Habitat, la La Maison de vie est constituée par 24 studios de 30 m². iStock. « En 2007, l’association Hungtington France cherchait un porteur de projet, explique Christian Möller, directeur de la résidence Saint-Alexandre jouxtant la MAS. Nous avons tout de suite répondu présents. Nous accueillions déjà des malades en long séjour dans la résidence mais il leur fallait cette structure spécialisée ». En lien avec le CHU d’Angers, l’hôpital de Cholet et le Conseil général de la Vendée, cette première unité de France peut accueillir vingt-quatre patients. « Le partenariat avec le CHU angevin, poursuit-il, permet aux patients de bénéficier d’un accompagnement personnalisé et d’un suivi thérapeutique. » C’est la première fois en France qu’un établissement travaille aussi étroitement avec une équipe de chercheurs. Renseignements : christian.moller@hopitalmortagne.com Résidence est le fruit d’un partenariat avec la commune, le Conseil général, l’ADMR et la Carsat. MINEURS ÉTRANGERS ISOLÉS/CIRCULAIRE ANNULÉE LA VICTOIRE DU BON SENS Le Conseil d’État a annulé la circulaire de Christiane Taubira sur les Mineurs Etrangers Isolés. Début février, le Conseil d’Etat a annulé la circulaire sur les Mineurs Etrangers Isolés émise en 2013 par Christiane Taubira, ministre de la Justice. Une victoire du bon sens pour le Conseil général qui avait formulé un recours contre cette circulaire. Depuis quelques mois, suite à la circulaire de la Ministre de la Justice sur les Mineurs Etrangers Isolés, la Vendée était confrontée à une situation intenable. Le Conseil général a ainsi dû prendre en charge 92 Mineurs Étrangers Isolés, soit plus de 10 fois plus qu’auparavant. Une répartition mécanique Or, en annulant cette circulaire, le Conseil d’État a jugé que le placement des mineurs devait respecter l’intérêt de l’enfant (prévu par le Droit International) ainsi que la capacité d’accueil des différents départements. Tout le contraire des dispositions de la circulaire Taubira qui répartissait mécaniquement les Mineurs Étrangers Isolés entre tous les départements, sur la base d’un seul critère démographique (nombre de jeunes de moins de 19 ans dans un département). Une exigence de lutte contre l’immigration illégale « Cette circulaire était scandaleuse financièrement car le Conseil général de la Vendée a vu le coût de cette prise en charge exploser (en passant de 60 000 euros à 1,8 million d’euros) et ses solutions d’accueil ont été vite saturées, explique Bruno Retailleau, président du Conseil général. Mais cette circulaire était aussi scandaleuse politiquement puisque l’État se défausse de sa responsabilité sur les Conseils généraux. Je demande donc le remboursement par l’État des frais engagés. Des frais qui relèvent de la solidarité nationale et non de la solidarité départementale. Mais, j’appelle aussi à la création de structures adaptées et enfin au renforcement de la lutte contre l’immigration illégale et contre les filières clandestines qui instrumentalisent la détresse de ces jeunes pour alimenter leurs trafics juteux ». Vendée/le journal de mars 2015 9 v L’actualité de Vendée en direct sur www.vendee.fr D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :