[85] Journal de la Vendée n°177 janvier 2013
[85] Journal de la Vendée n°177 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°177 de janvier 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Vendée

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : crise, nouvelle stratégie économique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Active ENTREPRISES/SALON NAUTIQUE DE PARIS LA VENDÉE, FIGURE DE PROUE DU NAUTISME FRANÇAIS Aux côtés des leaders de l’industrie nautique vendéenne tels que Jeanneau et Beneteau, plusieurs chantiers navals, entreprises d’accastillage et d’équipement ont profité du salon nautique de Paris pour présenter leur savoir-faire et leurs innovations aux visiteurs, professionnels et particuliers, venus nombreux. Dans les allées du salon, les entreprises vendéennes présentent leurs savoir-faire. Pôle de l’industrie, du sport et du tourisme nautique, le département de la Vendée avait toute sa place au salon nautique de Paris qui s’est tenu jusqu’au 16 décembre. Pôle du nautisme industriel « La Vendée est le département du nautisme. On y dénombre quatre-vingt-dix entreprises liées au nautisme, soit environ quatre mille emplois. Ce secteur, est touché par la crise, mais les entreprises restent solides. Elles sont la vitrine du modernisme vendéen et de nos savoir-faire, souligne Bruno Retailleau, président du Conseil général. Plusieurs de ces entreprises étaient présentes au salon nautique. Pôle du tourisme nautique La Vendée est aussi pôle du nautisme touristique. Chaque année des millions de visiteurs viennent en Vendée et le littoral est l’un des moteurs de ce secteur qui emploie 36 000 personnes. Pôle du sport nautique Everest des mers, le Vendée Globe, reste la plus grande vitrine mondiale du savoir-faire vendéen en matière de sport nautique. Les skippers, héros des temps modernes font rêver les millions de personnes qui suivent chaque jour à travers le monde les péripéties de la course. « Cette édition du Vendée Globe est l’édition de tous les records. Les navigateurs vont aussi vite que s’ils étaient sur des multicoques des années 90 », s’est enthousiasmé Bruno Retailleau. « En Vendée, on dénombre 90 entreprises de nautisme ». Ils ont dit : « T-Top conçoit et développe les équipements de protection des bateaux contre le soleil et les embruns. 25 personnes travaillent pour l’entreprise installée à La Chapelle-Achard depuis 2005. L’export À suivre sur www.vendee.fr Les chantiers Jeanneau et Beneteau ont profité du Salon nautique de Paris pour présenter de nombreux nouveaux modèles. représente 50% des ventes », explique Pierre Frangeul, du Bureau d’étude. « Nous proposons une nouvelle gamme d’Ovni, des bateaux plus ouverts sur l’extérieur. Ils offrent un nouveau style de navigation. Nous avons travaillé à faciliter les liaisons entre extérieur et intérieur du bateau », explique Bernard Roucher, directeur du chantier naval Alubat. « Seldén France est installé au Poiré-sur-Vie depuis 2007. Les ateliers vendéens façonnent les mâts de l’entreprise et notamment pour les chantiers locaux comme Beneteau ou Jeanneau. Lorsque nous sommes arrivés en 2007, nous étions tout juste six employés. Aujourd’hui, nous sommes 26 », explique Sophie Scaer, responsable SAV Seldén France. « Nous sortons 500 produits par an. Quatre-vingt quinze personnes travaillent dans nos ateliers où sont conçus et façonnés aussi bien les toiles que les mécanismes de nos protections extérieures, adaptées à chaque bateau. Nous faisons de l’industriel sur-mesure. », explique Pascal Cardi, pdg de NV équipements. FORMATION/MARIONNEAU FORMATIONS ET FUNEPLUS INNOVENT LA PREMIÈRE ÉCOLE DES TECHNIQUES DE CIMETIÈRE La première école des techniques de cimetière de France forme déjà sept personnes à Belleville-sur-Vie. Première en France, l’École des Techniques de Cimetière vient d’ouvrir à Belleville-sur-Vie. Déjà sept personnes y suivent la formation. Mis en place par les formations Marionneau en collaboration avec l’entreprise Funeplus, les premiers cours ont débuté à l’automne. L’objectif est de former 40 à 50 personnes par an. Exercices grandeur nature Un cimetière fictif, permet aux élèves de s’entraîner aux techniques en grandeur nature. « En France il n’existe aucune école pour former les personnes qui travaillent dans les cimetières. Or, il y a des techniques à connaître, pour creuser, ouvrir, fermer, réparer des tombes. Dans les anciens cimetières les engins peuvent rarement passer entre les tombes sans les abîmer. Parfois, il faut savoir tout faire à la main », explique Loïck Rodde, président fondateur de Funeplus. À Belleville, un cimetière fictif permet un entraînement grandeur nature. La formation comprend aussi des modules théoriques sur la réglementation funéraire et la sécurité au travail. L’objectif final étant d’améliorer le service auprès des personnes en deuil. « Chaque module est validé par un diplôme reconnu et nous travaillons à ce que l’ensemble de la formation donne droit à un diplôme spécifique, ajoute Jacques Marionneau, co-directeur de Marionneau Formations. De plus, les stagiaires peuvent suivre les modules qui les intéressent, dans l’ordre qui leur convient ». Renseignements : 02 51 34 13 55 ROUTE/CONTOURNEMENT DE VOUILLÉ-LES-MARAIS UN ATOUT POUR LE MARAIS Après plusieurs mois de travaux, le contournement de Vouilléles-Marais constitue un véritable atout pour le marais poitevin. Début décembre le contournement de Vouillé-les-Marais a été inauguré en présence des élus du Département. Entre la RD 25A et la RD 25, le contournement améliore le réseau routier qui traverse tout le Marais Poitevin d’Est en Ouest. Cette opération répond à la volonté du Conseil général d’apporter un nouveau souffle à la commune de Vouillé-les-Marais et plus généralement à l’ensemble du sud de la Vendée. Ce contournement permet aux usagers d’éviter la traversée des bourgs de Vouillé-les-Marais et de Chaillé-les-Marais. Ces derniers pourront ainsi retrouver un peu de calme et de sécurité. Les pics de fréquentation de cette Le contournement routier apporte plus de sécurité aux bourgs de Chaillé et Vouilléles-Marais. route peuvent monter jusqu’à 2 500 véhicules par jour pendant la période estivale, la fréquentation est d’en moyenne 1 600 véhicules par jour. Les poids lourds représentant 10% du trafic. Pour ces derniers, la traversée des deux bourgs pouvait présenter des difficultés techniques. Ce nouveau contournement a fait l’objet de nombreux aménagements, comme la création de deux giratoires, l’aménagement d’un carrefour en croix, l’enherbement des accotements ou encore la réalisation de caniveaux évasés. ÉCONOMIE/UN HÔTEL À LA VERRIE TROIS ÉTOILES SUR LE VENDÉOPOLE L’hôtel de La Verrie ouvrira avant la prochaine saison estivale. Un hôtel de 39 chambres doté d’un espace séminaire et d’un espace bien-être. Tel est le beau projet porté par Joël Marchais sur le Vendéopôle de La Verrie. Début décembre, la première pierre symbolique de cet hôtel appelé La Verriaire a été posée. L’ouverture est prévue pour le printemps 2013. Un atout pour l’économie « C’est un projet qui permet de répondre aux attentes de la clientèle touristique avec la présence de chambres familiales, explique Bruno Retailleau, président du Conseil général. Mais cet hôtel sera également un atout pour les entreprises de notre bassin d’emploi, déjà l’un des plus dynamiques de France ». Accompagné par Vendée Expansion et Vendée tourisme, le projet devrait créer une dizaine d’emplois. AGRICULTURE/SEMAINE DE L’ARBRE 150 000 ARBRES PLANTÉS EN 2012 Fin novembre dernier, le Conseil général, en partenariat avec la Chambre d’agriculture de Vendée a organisé la 23 e édition de « la Semaine de l’arbre ». L’occasion de mettre un coup de projecteur sur les actions de plantations partout en Vendée. En 2012, près de 150 000 arbres ou arbustes ont été plantés à travers le département. Un chiffre impressionnant qui prouve l’implication du Conseil général pour valoriser nos paysages et les rendre plus riches. Pour la nouvelle édition de « la semaine de l’arbre », 58 collectivités locales et 86 agriculteurs se sont engagés à planter 31 kilomètres de haies et 30 hectares de bosquets. Au sein même des parcelles agricoles, 19 hectares d’agroforestie vont également être plantés. 15 700 plants grâce aux Contrats Paysages Ruraux Si de nombreuses plantations se font au bord des routes (70 000 plants en 2012), beaucoup sont faites à la suite de la signature de Contrats Paysages Ruraux entre les communes vendéennes et le Conseil général. Près de 16 000 plants ont ainsi été plantés cette année dans ce cadre. Jean-Paul Rongeard, maire de La Verrie, plante un arbre lors de la signature du Contrat Paysage Rural. 2 Vendée/le journal de janvier 2013
ÉCONOMIE/IMPLANTATION DU TRANSPORTEUR MTA SUR LE VENDÉOPÔLE DE BOURNEZEAU LA VENDÉE CONFIRME SON ATTRACTIVITÉ Et de cinq ! En 2012, une cinquième entreprise accompagnée par Vendée Expansion a choisi de s’implanter en Vendée. Le groupe MTA (Messageries et Transports de l’Atlantique) installe une agence sur le Vendéopôle de Bournezeau. En 2012, malgré un contexte économique morose, la Vendée a continué à attirer de nouvelles entreprises. Fin novembre, c’est le transporteur MTA qui a annoncé l’implantation d’une nouvelle agence sur le Vendéopôle de Bournezeau. Et cette société familiale créée en 1972 sur Nantes n’a pas choisi la Vendée par hasard. « La Vendée est un département qui se développe, avec un bon tissu industriel, explique Jean- Marc Tison, directeur général. Nous remarquons que malgré la crise, ce département conserve une bonne vitalité. On pense donc que c’est un territoire d’avenir pour nous qui livrons toutes sortes de marchandises : papeteries, huiles, emballages... » Une quinzaine d’emplois d’ici trois ans Autre argument de poids : la qualité des infrastructures d’accueil. Le Vendéopôle « Vendée Centre » de Bournezeau, idéalement placé, est parfaitement desservi par la route. Le transporteur MTA a notamment choisi se s’implanter sur le Vendéopôle de Bournezeau parce qu’il est idéalement situé, à proximité des grands axes routiers. À travers cette implantation, le groupe MTA sera plus proche de ses clients actuels et futurs. La zone accueillera donc une agence de 1000 mètres carrés avec 10 à 15 quais de chargement. La structure vendéenne emploiera une quinzaine de personnes d’ici trois ans. Cette implantation réussie est notamment le résultat d’un travail de prospection mené par Vendée « Malgré la crise, la Vendée reste un territoire d’avenir » Expansion. « Nos Vendéopôles permettent aux entreprises locales de rester en Vendée et de se développer, mais aussi d’accueillir des entreprises extérieures qui souhaitent s’implanter sur le département, explique Wilfrid Montassier, président de Vendée Expansion. Nous avons suivi l’entreprise MTA en essayant de répondre le plus exactement possible à ses besoins. Une fois le choix du terrain effectué, le service Aménagement de Vendée Expansion a pris le relais pour préparer le dossier de vente ». Une même attention à l’environnement Avec cette nouvelle implantation, le Vendéopôle « Vendée Centre » sera rempli à 77%. Une bonne nouvelle pour le Syndicat mixte qui gère le Vendéopôle en portant un soin tout particulier à l’environnement. Ainsi, l’entretien des espaces verts se veut respectueux de la biodiversité du site. Une démarche environnementale qui n’est pas pour déplaire à la société MTA qui est signataire de la charte Objectif CO2. L’entreprise de transport s’engage ainsi à réduire ses émissions de CO2. LES IMPLANTATIONS D’ENTREPRISE EN 2012 ● Plateforme logistique Système U à Fontenay-le-Comte, 270 emplois ● Recyc’Matelas à Mortagne-sur- Sèvre, 20 emplois ● Sonamia à St Hilaire-de-Loulay, 70 emplois ● Oceanet sur le Pays des Olonnes, 5 emplois ● MTA à Bournezeau, 15 emplois MOBILIER/FABULEM UNE ENTREPRISE HERBRETAISE RENOUVELLE LE MEUBLE Couleurs variées, formes multiples, le lem de Fabulem renouvelle les intérieurs. Installée aux Herbiers depuis quelques mois, l’entreprise Fabulem, à travers son lem, propose de renouveler l’idée du meuble. Réduire le meuble à son plus petit dénominateur commun : le lem. Puis, par un système d’attaches, constituer avec ces différents lems des tables, des tabourets ou des bibliothèques. « L’idée de départ vient de mon mari Emmanuel, explique Marie Cognet. Il a la conviction que la notion du meuble doit être renouvelée. Les gens déménagent beaucoup plus facilement. Mais ils veulent pouvoir garder leurs meubles. Des meubles qui doivent être plus résistants ». Un lem aux couleurs variées Parti de ce constat, le créateur d’idées a trouvé le lem. Un élément rectangulaire fabriqué en bois polymer aux couleurs variées et équipé d’un système d’assemblage très précis. Il permet de monter facilement et rapidement les éléments entre eux et de les transformer au gré des envies, des déménagements ou des besoins en table, en banc ou en étagères... « Nous avons travaillé plusieurs années avec des laboratoires pour trouver le matériau et la structure les plus adéquats pour ces meubles d’un genre nouveau », ajoute Marie Cognet. Grâce au bois polymer, un élément d’étagère peur supporter l’équivalent d’une charge de 40 kg alors qu’un lem pèse 1,7kg. Un lem abîmé peut-être remplacé par un autre sans avoir à mettre l’ensemble du meuble à la déchetterie. L’entreprise, installée aux Herbiers, vient juste de lancer la commercialisation de ses produits. « Nos clients sont aussi bien des particuliers que des entreprises et des commerçants. Les lems sont en effet très pratiques pour moduler les vitrines des magasins au fil des saisons tout en gardant le même matériel, conclut Marie Cognet. Notre objectif est de nous faire bien connaître sur le marché de l’ouest et à Paris avant d’aller plus loin ». Renseignements : http://www.fabulem.com/JEUNESSE/CG DES JEUNES NOUVELLE ÉQUIPE, NOUVEAUX PROJETS La société Leduc-Lubot s’est installée depuis la fin du mois de novembre dans les 18 000 m² des anciens entrepôts Thoinard à Saint-Martin-de Fraigneau. Créée à Fontenay-le-Comte en 1837, la société Leduc-Lubot commençait à se sentir à l’étroit Composé de 60 collégiens de 5 e et de 4 e, le nouveau Conseil général des jeunes a été élu ces dernières semaines. Mi-décembre, la jeune assemblée s’est réunie pour la première fois en séance plénière dans l’hémicycle. L’occasion d’élire le Président de l’Assemblée. Et c’est Grégoire Pessus, du collège Saint-Gilles, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, qui a remporté l’élection. La vice-présidente est Zoé Besnard, du collège public André Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte. Les deux collégiens, très heureux de représenter les jeunes vendéens au Département, sont élus pour deux ans. Le temps de mettre en place des actions autour de cinq thèmes : Challenge intercollèges, Ma vie au collège, l’inter-génération, la sécurité routière et les nouvelles technologies de communication. Les conseillers généraux Marcel Gauducheau et Michel Allemand, aux côtés de Grégoire Pessus, pdt du Conseil général des jeunes et Zoé Besnard, vice-pdte. ENTREPRISE/ST-MARTIN-DE-FRAIGNEAU LEDUC-LUBOT S’AGRANDIT Les dirigeants de Leduc-Lubot, Bruno Retailleau et les élus locaux inaugurent les nouveaux locaux de l’entreprise. dans les 10 000 m² du site fontenaisien de l’entreprise, route de Sérigné. C’est pour cette raison, que l’entreprise s’est installée dernièrement dans les 18 000 m² des entrepôts laissés vacants par la société de transport Thoinard à Saint-Martin-de-Fraigneau. Spécialiste du négoce de gros en semences et produits de traitement (agrofournitures), la société Leduc-Lubot, se classe en numéro deux national dans le secteur des semences fourragères. L’entreprise, fournit une grande partie des stocks des jardineries, de l’Ouest de la France et de la région parisienne. La société a profité de l’inauguration des nouveaux locaux pour accueillir officiellement son nouveau directeur, Étienne Rondeau qui succède à Alain Chiron, qui dirigeait Leduc-Lubot depuis douze années. EN BREF DEUX VENDÉENNES HONORÉES Jacqueline Roy et Aurore Prudent-Roiland lors de la cérémonie à l’hôtel du Département. En novembre, la Médaille d’or de la Ligue Universelle du Bien Public a été remise à Jacqueline Roy et Aurore Prudent-Roiland. Cette reconnaissance vient honorer leur engagement pour le bien commun. Pour Jacqueline Roy, c’est à travers son ancrage local que la conseillère générale du canton de Palluau cultive son engagement au service des autres. Jacqueline Roy est également présidente de la Protection civile de Vendée. Aurore Prudent-Roiland s’est, elle, investie aux Philippines. En 1996, elle crée l’association « Les Oursins - enfants des trottoirs » pour protéger les enfants victimes de la prostitution et de la pédophilie. NOUVEAUX PROJETS À BREM ET NOIRMOUTIER En décembre, Brem-sur-Mer et Noirmoutier-en-l’île ont signé un contrat Environnement littoral avec le Conseil général. À la clé de ces contrats deuxième génération : des aides pour préserver et mettre en valeur le littoral vendéen. À Bremsur-Mer, ce nouveau contrat va aider à la réhabilitation d’une maison de maître dans le parc de la ville afin d’y installer un restaurant gastronomique. L’aménagement paysager du parc et de la place de la mairie sont également prévus. À Noirmoutieren-l’île, l’aide du Conseil général permettra la reconstruction de l’estacade du Bois de la Chaise, l’aménagement de la rue piétonne et de la place de la mairie, la pose de signalétique aux entrées de plage et l’installation d’équipements d’énergies renouvelables au camping municipal de la Pointe de L’Herbaudière. UNE FIGURE DU TOURISME André Rolland aux côtés de Joël Sarlot, président du Comité départemental du tourisme et Marie-Jo Chatevaire, conseillère générale de Fontenay-le-Comte. Figure de l’hôtellerie vendéenne depuis plus de trente ans, André Rolland a reçu la médaille d’argent du tourisme en novembre dernier. Devenu propriétaire de l’hôtel le Rabelais, à Fontenay-le-Comte, en 1976, il s’est investi pendant de nombreuses années pour promouvoir le tourisme en Vendée. Il a su transmettre à ses enfants le goût de l’accueil et du service. En effet, il a également acquis le Fontarabie, toujours à Fontenay-le-Comte et l’hôtel Aloé aux Herbiers, établissements aujourd’hui dirigés par ses filles. Vendée/le journal de janvier 2013 3 L’actualité de Vendée en direct sur www.vendee.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :