[83] Var Mag' n°211 mars 2015
[83] Var Mag' n°211 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°211 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Var

  • Format : (205 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : insertion professionnelle, du nouveau !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
i À LA UNE 18 millions d'euros : c'est l'enveloppe FSE que le Département s'est vue confier par l'État pour la période 2014-2020 (voir ci-contre). Pourquoi le Conseil général ? "Parce que notre collectivité est le chef de file des politiques d'insertion dans le Var. Nous y avons consacré plus de 180 millions d'euros en 2014. Gérer le FSE est donc légitime. Mais c'est un choix politique que tous les départements n'ont pas fait. Aider les Varois à retrouver un emploi, à se former, à acquérir des savoir-faire spécifiques, et avoir plus de moyens pour y parvenir reste notre priorité absolue. Plus encore en période de crise ", fait valoir le président Lanfranchi. "Notre légitimité s'appuie aussi sur notre engagement humain. Nos équipes sont sur le terrain au service des usagers. Elles travaillent main dans la main avec tous les opérateurs de l'insertion dans le Var". Le 15 septembre 2014, le Conseil général a ainsi lancé un premier appel à projets en ciblant les personnes les plus éloignées de l'emploi. "C'est une formule qui donne de bons résultats car les structures se mettent volontairement en concurrence", souligne le président. "Elle pousse les porteurs de projet à réfléchir à des solutions pertinentes pour améliorer l'accompagnement des personnes". Les 14 projets retenus, lancés en janvier, partagent une approche commune : appréhender leurs difficultés de façon globale. 8 - mars 2015 - VarMag’211..M Qu'est-ce que le FSE ? Qu'est-ce que le FSE ? Le fonds social européen (FSE) est l'Europe un des outils financiers de l'Union européenne pour promouvoir la cohésion économique et sociale et l'emploi. Son montant et sa stratégie sont négociés pour 7 ans par avec le F5 € les États membres, la Commission et le Parlement européens. Pour la période 2014-2020, le FSE s’élève en France à plus de 5,9 milliards d' €. L'État et les Régions partagent sa gestion. Le Conseil général est un organisme intermédiaire de gestion. L'État a délégué au Département du Var l'axe 3, "lutter contre la pauvreté et promouvoir l'inclusion". } Le FSE, mode d'emploi dans le Var MN Le FSE, mode d'emploi dans le Var Ë Le Conseil général lance les appels à projets FSE, instruit les demandes, passe les conventions avec les porteurs de projet, assure le suivi de la mise en œuvre des opérations. Le FSE n'avançant aucun fonds, c'est le Conseil général qui fait cette avance aux opérateurs pour qu'ils puissent démarrer leur projet. Ë Les personnes visées par le dispositif sont des personnes en âge d'intégrer le marché du travail et confrontées à des difficultés pouvant compromettre un retour à l'emploi durable : problèmes de logement, de santé, de mobilité, de qualification... Elles sont adressées aux opérateurs, selon leur situation, par des organismes référents (Cedis...), le Pôle emploi, ou les travailleurs sociaux du Département.
7 000 Varois vont bénéficier, en 2 ans, de l'accompagnement mis en place par les 14 opérations sélectionnées. Seniors : changer le regard Seniors : changer le regard Àplus de 50 ans, quand on est sans emploi, on met vite l'échec professionnel sur le compte de l'âge. C'est pour ce "public plus nombreux qu'avant", que Retravailler Provence a mis en place une action spécifique sur les territoires Provence verte, Cœur du Var et Haut Var Verdon. "On travaille beaucoup sur l'image, en groupe, par session de 15 personnes", explique Catherine Goldlust la responsable de l'association basée à Brignoles. Parce qu'il n'existait pas d'outil, l'association a réalisé un film dans lequel un comédien simule un entretien professionnel. D'abord avec une attitude fermée, voûté, habillé sans attention. Ensuite souriant, ouvert, vêtu avec des couleurs. "Ils comprennent de suite qu'en changeant de posture, de discours, d'habits, tout devient plus positif. Que ce n'est pas forcément l'âge qui est en cause. On travaille aussi avec les employeurs. Les secteurs d'activités les plus porteurs ici sont l'agriculture, le service à la personne, le bâtiment. C'est vrai qu'on ne rémunère pas quelqu'un de 50 ans comme un jeune de 20 ans. Mais il a de l'expérience, il est souvent dégagé des contraintes familiales, donc plus disponible. On tient aussi compte de l'usure de la personne". En cas de reconversion, les employeurs jouent volontiers le jeu de la mise en situation professionnelle. Les personnes peuvent tester durant quelques jours leur intérêt pour le métier et leur capacité à le pratiquer. Une démarche similaire vise les femmes seules avec des enfants, "qui souffrent, dans nos territoires ruraux, plus qu'ailleurs, d'isolement. Ici, sans voiture, pas de travail", constate Catherine Goldlust. L'association s'appuie sur tout un réseau pour faire tomber les freins. "Ça fonctionne bien. L'association Garrigues par exemple, aide à résoudre les problème de mobilité en prêtant ponctuellement un véhicule, ou en accompagnant la personne lors de l'achat d'une voiture pour vérifier son état". Ateliers de relooking, de self défense, de cuisine petit budget, négociation avec les crèches, travail sur la séparation avec l'enfant... Tout est fait pour passer d'une situation où l'on subit à une situation où l'on agit. Et de conclure, "On les cocoone, mais on les secoue". "Convaincre les entreprises" Cesame objectif emploi intervient depuis 25 ans en faveur de l'insertion professionnelle sur l'aire toulonnaise. L'opération proposée suite à l'appel à projets vise spécifiquement les bénéficiaires du Rsa de Toulon. "La plus-value de notre projet, c'est une démarche renforcée vis à vis des entreprises à qui nous proposons de nouveaux services gratuits", explique Laurence Sanial, la directrice de l'association. "Par exemple, nous pouvons aider l'entreprise à identifier précisément les postes dont elle peut avoir besoin, ou organiser des rencontres de groupe où l'entreprise repère les profils qui l'intéressent. Nous mettons des salles à leur disposition. Et étant psychologue du travail, je peux les assister lors du recrutement. Nous travaillons aussi sur la représentation qu'ont les entreprises des allocataires du Rsa. Aujourd'hui, tout le monde peut connaître un accident de la vie". Le repérage des secteurs créateurs d'emploi sur le territoire est important. "Nous sommes très attentifs à la confiance des entreprises. Nous ne leur vendons pas des contrats aidés, mais bien les compétences de personnes que nous connaissons bien", rappelle Anna Cipière responsable du pôle entreprises de l'association. Une confiance que Les ambulances Côte d'Azur partagent à "100% ", confirme son interlocuteur Gilles Bruzzo. La société compte plus d'une centaine d'ambulanciers et embauche régulièrement des personnes adressées par Cesame. "Cesame nous adresse des gens motivés. On gagne beaucoup de temps." mars 2015 - VarMag’211 - 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :