[82] Tarn-et-Garonne mag n°92 jan/fév/mar 2018
[82] Tarn-et-Garonne mag n°92 jan/fév/mar 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°92 de jan/fév/mar 2018

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Conseil Général deTarn-et-Garonne

  • Format : (190 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : les projets se concrétisent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
2 fourgons pompe tonne ; 1 camion citerne feux de forêts ; 1 véhicule léger cynophilie ; 1 véhicule toutes utilités avec son lot animalier ; 1 remorque poste médical avancé ; 1 motopompe remorquable ; 1 embarcation ; 1 VTP ; 4 VL), un équipement qui résulte de l'addition des moyens des deux anciennes casernes. Finalement, on peut considérer que ce centre de secours, dont le prix de revient avoisine les 3 millions d'euros, offre à la fois de meilleures conditions de travail aux sapeurs-pompiers, sans communes mesures par rapport à ce qu'ils connaissaient précédemment (ce qui fera d'ailleurs sans doute naître des vocations parmi les jeunes, filles et garçons, du secteur) mais qu'il leur offre en plus des capacités d'action supérieures et donc une meilleure efficacité. Cet équipement correspond donc parfaitement aux besoins des sapeurspompiers et de la population. Une vraie réussite ! Le Capitaine de l'équipe Pour un nouveau centre de secours, il fallait bien sûr un nouveau chef. Et c'est donc le capitaine Charles- Henri Perrocheau qui est devenu le premier « patron » de cette nouvelle caserne de Castelsarrasin-Moissac. En poste à Montauban depuis 2010, il est sapeur-pompier professionnel depuis 1991, date à laquelle il est entré à la brigade de sapeurs-pompiers de Paris en tant que sapeur. Ensuite, il a réussi tous les examens et les concours nécessaires pour gravir les échelons un à un afin d'obtenir son poste d'aujourd'hui qui est en quelque sorte un aboutissement, même si on lui souhaite toute la réussite pour l'examen de commandant qu'il passera bientôt. Une carrière déjà bien remplie où les grades et les affectations se sont multipliés puisqu'il a été successivement en poste à Nantes, aux Herbiers et à La Rochelle. Si le capitaine Perrocheau n'a pas été associé à la construction du bâtiment, qui était l'affaire des architectes et du service spécialisé au sein du service départemental d'incendie et de secours (SDIS), il a en revanche été le maitre d'œuvre de la mise en place humaine et fonctionnelle. le Département # 9 # Nommé à son nouveau poste en fin d'année 2016, il a pu, dès le mois de mars 2017, commencer à travailler avec les 130 sapeurs-pompiers qui allaient intégrer ce nouveau centre de secours afin qu'ils soient les acteurs de leur changement. C'est ensemble qu'ils ont défini le mode de fonctionnement dans le but de trouver la meilleure formule pour le collectif ; et dans le cas des pompiers, le collectif s'étend au-delà d'eux-mêmes puisqu'il englobe aussi la population dont ils seront les anges gardiens. L'affaire n'était pas simple puisqu'il fallait tout à la fois fusionner deux centres de secours existants, faire cohabiter des pompiers professionnels et volontaires et changer des habitudes en instaurant des gardes postées. Un triple pari qui était une première en France et qui semble d'ores et déjà réussi. Ils ont donc travaillé en amont pour mettre en place une « caserne durable », qui permette aux pompiers d'être et de rester en bonne santé, qui reste en bon état, bien entretenue, et qui donne envie de venir y travailler et d'y passer du temps. Avant même d'être ensemble, ils ont commencé à former une équipe. Le Capitaine Charles-Henri Perrocheau Cette notion d'équipe, le capitaine Perrocheau y est très attaché, car il sait que c'est de l'union que naît la force, que la diversité est une richesse et que chacun de ses « pompiers » est porteur des mêmes valeurs collectives et de cette volonté de partager et de servir qui est l'apanage des soldats du feu. Une aussi belle caserne méritait un grand chef, on peut sans aucun doute dire qu'elle l'a trouvé.
TARN-ET-GARONNE GRAND ANGLE Le haut-débit, c'est maintenant ! Le 22 septembre dernier, Cayriech est devenu la capitale tarn-et-garonnaise du numérique à l'occasion de l'inauguration du premier nœud de raccordement abonnés (NRA) du réseau d’initiative publique (RIP) de montée en débit du réseau cuivre (internet ADSL) du département. Un nom un peu barbare pour décrire le dispositif technique qui va permettre, d’ici à mi-2018, l’amélioration des débits internet pour près de 15 000 foyers de 132 communes du département. Ce projet de montée en débit prévoit le déploiement progressif de 78 NRA-MED (nœud de raccordement d’abonnés - montée en débit) et le raccordement en fibre optique de 3 NRA existants tout en s’inscrivant dans la construction du FttH à terme. La création de ces nouveaux NRA-MED va permettre d’améliorer rapidement et considérablement le débit des foyers les plus mal desservis en ADSL. Les habitants pourront ainsi bénéficier de nouveaux services comme l’ADSL 2+, le VDSL 2 et la TV numérique. Tous les opérateurs ont la possibilité d’installer leurs équipements dans les armoires de montée en débit. Une forte ambition autour du numérique Le déploiement des nouveaux équipements a démarré en mai 2017 et, conformément au calendrier initial, 17 armoires sont déjà posées sur un total de 78 prévues. Les premières ouvertures commerciales sont intervenues à la fin du mois de septembre et se feront ensuite progressivement sur tout ou partie des 132 communes concernées d’ici à l’été 2018. À l'issue de l'inauguration, à laquelle assistait la directrice exécutive d'Orange France, Fabienne Dulac, ainsi que le président du syndicat mixte Tarn-et-Garonne numérique Jean- Philippe Bésiers, le Président Christian Astruc ne cachait ni sa satisfaction, ni son ambition  : « La réalisation de la première phase du projet Tarn-et-Garonne numérique constitue une étape majeure dans l’aménagement numérique du département. En confiant à Orange la mise en œuvre de ce programme public de montée en débit sur le réseau cuivre, cela va permettre d’offrir progressivement # 10 # Fabienne Dulac, directrice exécutive d'Orange France. à de nombreux Tarn-et-Garonnais qui en étaient jusque-là privés, de très bonnes conditions d’accès au haut et très haut débit internet, et de préparer l’avenir avec le déploiement de plusieurs centaines de kilomètres de fibre optique, en zones rurales. C’est la première étape de réalisation de l’ambition que s’était fixée le Département du Tarn-et-Garonne dès 2012 et que nous avons révisée à la hausse avec les élus des intercommunalités et de Tarn-et-Garonne numérique en 2016 ». La ibre optique pour tous demain ? Le Tarn-et-Garonne compte environ 140 000 prises correspondant aux foyers, entreprises, sites publics, etc., raccordés à un réseau de télécommunication. Parmi elles, le Département



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :