[82] Tarn-et-Garonne mag n°89 jan/fév/mar 2017
[82] Tarn-et-Garonne mag n°89 jan/fév/mar 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°89 de jan/fév/mar 2017

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Conseil Général deTarn-et-Garonne

  • Format : (190 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : petite enfance, accompagner et protéger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
proportion d'environ 25%, ce qui démontre tout l'intérêt de ce service. D'autant plus qu'on retrouve la même proportion pour le suivi des bébés ; en 2015, il y a eu 2 681 naissances dans le département et 775 d'entre elles ont profité d'une consultation de PMI. On peut d'ailleurs citer quelques chiffres qui donnent une idée de l'activité globale et de son importance  : en 2015, ce sont 828 consultations (au sein des différents pôles sociaux du département) qui ont eu lieu, qui ont permis de rencontrer 2 630 consultants, dont 1 249 nouveaux bébés, dont 775 nés dans l'année. Au cours de ces consultations, 6 520 examens ont été pratiqués et 4 555 vaccins ont été effectués. D'autre part, les infirmières puéricultrices ont effectué 4 206 visites à domicile pour des enfants de moins de 6 ans, dont 919 pour des bébés de moins de 1 mois. On peut signaler que dans plusieurs pôles sociaux des animations sont mises en place dans le but d'aider encore un peu plus les parents. Ainsi, à Montauban, à Caussade et à Moissac il y a des éducatrices de jeunes enfants dans les salles d'attente, et sur d'autres sites des ateliers de massage pour bébés favorisant le rapprochement parent/enfant sont en train de se développer. le Département # 7 # Des missions variées La PMI intervient au sein des écoles maternelles pour réaliser un bilan de santé des enfants entre 3 et 4 ans, et là ce sont 90% des enfants qui sont vus. Il s'agit d'un bilan de santé global qui concerne la vision, l'audition, des éventuels problèmes de langage ou psycho-moteurs. Ces bilans s'avèrent très utiles puisqu'ils débouchent sur des consultations spécialisées pour 23% des enfants et notamment ophtalmologiques pour 10% d'entre eux. En 2015, ce sont 2 949 enfants qui ont été vus dans ce cadre là. Et cela permet de faire remonter des statistiques au Ministère de la santé pour établir les politiques à venir en matière de prévention pour les enfants. Autre mission importante de la PMI, la délivrance des agréments (et leur contrôle) pour les assistantes maternelles et les assistants familiaux (familles d'accueil pour les mineurs). En ce qui concerne les premières, il y a également une formation obligatoire de 120 heures qui est financée par le Département. Et concernant l'accueil des jeunes enfants, c'est également le Département qui, par l'intermédiaire de la PMI, donne l'autorisation d'ouverture des crèches et des microcrèches et en assure le contrôle. 1 153 places sont disponibles en crèche dans le département et 4 600 places chez 1 350 assistantes maternelles de Tarn-et-Garonne. On le voit, le champ d'activité de la PMI est vaste et multiple, et ses missions sont parfois méconnues. C'est d'ailleurs pour remédier à cette méconnaissance que les PMI des 13 départements de la région Occitanie vont se réunir pour la première fois le 19 janvier prochain à Montpellier dans le cadre d'une journée scientifique ouverte à l'ensemble des partenaires. Cette démarche traduit une volonté de ces services départementaux de travailler ensemble mais aussi de se faire mieux connaître, et d'ainsi pouvoir être utile à encore plus de familles, de femmes et d'enfants.
à la une TARN-ET-GARONNE Rencontre avec Maryse Baulu « On n'est pas dans le social par hasard ! » Maryse Baulu, présidente de la commission « solidarité, santé, action sociale, handicap et logement » Lorsqu'en avril 2015 la nouvelle majorité a pris les commandes du Conseil départemental, il n'a pas fallu chercher bien longtemps le nom de celui ou celle qui prendrait la présidence de la commission en charge de la solidarité ; la candidature de Maryse Baulu est apparue comme une évidence pour l'ensemble de ses collègues, tant son implication et sa compétence en matière sociale étaient connues de tous. Une évidence pour Maryse Baulu elle-même qui avait la volonté de se confronter à ces sujets d'importance au sein de la collectivité, dont la solidarité est une des missions premières. Déjà en charge de l'action sociale à la mairie de Moissac, où elle est une adjointe importante du maire et vice-président du Conseil départemental Jean-Michel Henryot, Maryse Baulu connaissait bien tous les domaines d'action du Département dans ce secteur. Son métier de médecin gynécologue lui a également permis tout au long de sa carrière d'entretenir son goût pour les contacts humains et de rester en permanence connectée aux besoins et aux problèmes que rencontrent nos concitoyens. Mais, comme le dit Mme Baulu « on n'est pas dans le social par hasard » et c'est bien parce qu'il y a une appétence pour ces sujets qu'on s'y consacre largement et qu'on y met beaucoup d'énergie pour trouver des solutions qui ne sont pas toujours « La PMI marche très bien et elle rend de plus en plus de services. » # 8 # évidentes. Car, c'est assez rare pour être signalé, Maryse Baulu a mis en partie sa carrière entre parenthèses afin de pouvoir être vraiment disponible pour les fonctions qu'elle occupe au Conseil départemental. En arrivant à la tête de la commission « solidarité, santé, action sociale, handicap et logement », Maryse Baulu a découvert des services qui fonctionnaient très bien et des agents, à tous les niveaux, passionnés par leur mission. Elle n'a donc pas voulu transformer ou chambouler les choses mais simplement les faire évoluer avec notamment comme objectif la prise en compte particulière de chaque cas pour la distribution des aides, mais aussi la volonté de donner à chacun les moyens de se prendre en charge et d'améliorer sa situation. Concernant la PMI, Maryse Baulu est très enthousiaste  : « La PMI marche très bien et elle rend de plus en plus de services. Dans notre département en particulier, des médecins et des infirmières se déplacent à travers tout le territoire pour aller à la rencontre des patients, c'est très utile. » La présidente de la commission a conscience de l'évolution de la le Département



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :