[82] Tarn-et-Garonne mag n°88 oct/nov/déc 2016
[82] Tarn-et-Garonne mag n°88 oct/nov/déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°88 de oct/nov/déc 2016

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Conseil Général deTarn-et-Garonne

  • Format : (190 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : un atout majeur pour le département.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
TARN-ET-GARONNE chacun sa voix Le Conseil départemental de Tarn-et-Garonne, dans le cadre de la loi sur la démocratie de proximité, donne la parole aux différents groupes de l’Assemblée départementale. Ces groupes politiques s’expriment librement. Les textes n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs. Plus que deux mois ! Voilà plus d’un an que la loi NOTRe a revu les compétences des collectivités applicables au 1er janvier 2017. À compter de cette date, le département ne sera plus compétent que sur le social. Le personnel de l’ADE (Agence de Développement économique) s’inquiète donc à juste titre sur son avenir. Il est hors de question d’accepter que les intérêts des salariés soient bradés en violation du droit du travail, qui impose en cas de changement d’employeur, le transfert de leurs droits acquis. De la même manière, d’ici 2 mois  : - il faudra bien trancher le sort de la SEMATEG, et donc de son personnel - le Conseil départemental devra se prononcer sur sa participation à l’étude proposée par ASF (Autoroutes du Sud de la France) sur la création d’une sortie d’autoroute sur l’A62 à Montech pour la future gare LGV, la zone Grand Sud Logistique et l’ouest du département. Sans oublier  : - le déploiement du numérique confié au SDAN qui a été pourtant doté d’une enveloppe conséquente - le sort des migrants de Calais hébergés, soi-disant pour 3 mois seulement, à la gendarmerie de Bruniquel, propriété du département - l’avancée du projet de l’après Sivens... Il est temps qu’au-delà des joutes politiques, les élus sachent se rassembler pour porter ces projets d’intérêt général. Groupe des non-inscrits Mathieu Albugues, Brigitte Barèges, Monique Ferrero. Nous souhaitons  : - Faire goûter aux collégiens le « made in Tarn-et-Garonne » Les cuisiniers des collèges, agents du conseil départemental, préparent chaque année 1,2 million de repas avec des produits achetés essentiellement via des centrales industrielles ; l’utilisation de produits « 100% Tarn-et-Garonne » est encore trop rare. Une expérimentation, extrêmement appréciée, a été lancée au collège Ingres l’an passé. Les élèves ont savouré un bœuf bourguignon 100% Tarn-et-Garonne, ainsi que du fromage et des fruits et légumes du 82. Il faut généraliser ce principe. C’est légalement possible et ceci serait un soutien à nos agriculteurs (à hauteur de 200 000 euros par an). - Assurer un vrai dialogue social Les agents du conseil départemental sont une vraie force. Ils sont au cœur de votre vie quotidienne. Ils méritent un vrai dialogue social or, à ce jour, les propositions de modification des conditions de travail sont abordées, en dehors de la présence d’élus, ce qui n’est ni satisfaisant ni respectueux. Nous demandons au Président d’intégrer les élus aux discussions. - Sécuriser les collèges C’est une priorité. Nous veillerons à ce que les budgets soient rapidement débloqués pour que tous les collèges du département soient équipés en alarme anti-intrusion. Groupe des Socialistes Catherine Bourdoncle-Larnaudie, Ghislain Descazeaux, Liliane Morvan, Dominique Sardeing-Rodriguez. le Département # 27 # C’est avec satisfaction que le Groupe des Radicaux Républicains et Apparentés constate que les politiques volontaristes mises en place par l’ancienne majorité portent aujourd’hui leurs fruits. Qu’il s’agisse de la politique de désendettement engagée en 2013 qui nous amène à noter qu’au titre des données 2015 des départements, notre ratio de dette par habitant a baissé. Qu’il s’agisse de notre ratio d’épargne nette 2015. Aujourd’hui, si nos inquiétudes ne se portent pas sur la situation financière du département, reconnue saine tant par la Chambre Régionale des Comptes que par le Cabinet d’Audit, elles se portent par contre avec acuité sur  : - la détérioration du climat social au sein des personnels - la stagnation, voire la régression des investissements. La suppression de 4 M € de crédits et les retards apportés dans le lancement d’opérations programmées par l’ancienne majorité ont eu pour conséquence une baisse de près de - 22,8% du ratio d’investissement direct par habitant entre 2015 et 2014. En cette période favorable pour les investissements, il est incompréhensible que des projets déjà votés, restent dans « les cartons » avec les conséquences négatives sur le carnet de commandes des entreprises et, partant, sur l’emploi. Groupe des Radicaux Républicains et Apparentés Jean-Michel Baylet, Jean-Luc Deprince, José Gonzalez, Christianne Le Corre, Marie-Claude Nègre, Denis Roger, Michel Weill. Dialogue social et durée du temps de travail Déjà en 2014, la chambre régionale des comptes a dénoncé le caractère abusif des 8 journées de congés supplémentaires sans fondement légal des 1250 agents du Conseil général. Prisonnier d’un conservatisme trentenaire, il appartiendra au mandat suivant d’affronter ces réformes trop difficiles. Et c’est bien ainsi, fidèlement à notre volonté de gestion légale, juste et équitable à tous les Tarn-et-Garonnais, que la nouvelle majorité, consciente des baisses importantes des dotations de l’état et des nouveaux enjeux territoriaux, a engagé son projet début 2016. Certes, tout changement et diminution d’avantages, même indus, provoquent une légitime anxiété qu’une concurrence politique aura toujours souci d’amplifier et d’aggraver. Mais l’intérêt général ne consiste-t-il pas à donner plus de service public à la population ? Heureusement, les organisations syndicales et le président Christian Astruc ont su créer les conditions d’un dialogue. Les rencontres, les écoutes, la confiance établie ont rendu possible l’ambition de construire et d’améliorer ensemble les prestations à la population dans le respect des conditions de travail des agents. Des 6 jours exceptionnels, la raison s’accorde à en supprimer 4. C’est un effort pour les agents, un devoir pour la collectivité et un succès pour le dialogue social. Groupe « Mobilisés pour le Tarn-et-Garonne » Christian Astruc, Maryse Baulu, Jérôme Beq, Jean-Claude Bertelli, Jean-Philippe Bésiers, Véronique Cabos, Véronique Colombié, Francine Debiais, Gérard Hébrard, Jean-Michel Henryot, Colette Jalaise, Pierre Mardegan, Marie-José Mauriège, Véronique Riols, Frédérique Turella-Bayol, Léopold Viguié.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :