[82] Tarn-et-Garonne mag n°76 jun à sep 2012
[82] Tarn-et-Garonne mag n°76 jun à sep 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°76 de jun à sep 2012

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Conseil Général deTarn-et-Garonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2012... toujours plus solidaire !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
TÉTAIINET-GRIHNEmag développement durable r Ir"'CONSEIL GENERAL ide TARN-ET-GARONNE « id www.cg82.fr schéma OoparFprq9nt, al des rItoMités ket » > La mobilité au centre des débats Avec plus de 4000 nouveaux arrivants par an, le Tarn-et-Garonne connait une croissance démographique très forte. Cette tendance lourde va se poursuivre dans les années à venir et produit déjà de nouvelles attentes en matière de transport et de mobilité. Afin de répondre à ces attentes et d'anticiper sur les besoins à venir, le Conseil Général souhaite structurer et organiser son action par le biais d'un Schéma Départemental des Mobilités. Cette démarche vise à identifier et recenser les besoins, les attentes et les freins liés à la mobilité de l'ensemble d'entre-nous, pour y apporter des réponses adaptées et durables. Le Conseil Général de Tarn-et-Garonne est gestionnaire des routes du département, mais également du réseau de cars départemental sur lesquels la croissance démographique impacte fortement et dont le Schéma des Mobilités devra dresser les perpectives. L’élaboration d’un Schéma Départemental des Mobilités pour identifier les actions à mener Mieux coordonner les services de transports pour faciliter les correspondances, encourager la pratique du covoiturage pour les actifs au quotidien, faciliter le rabattement des publics fragiles vers les bourgs centres et leurs services, sécuriser la pratique du vélo ou encore agir en matière de mobilité pour l’insertion sont autant de pistes d’actions sur lesquelles va se pencher le Conseil Général à l'occasion du Schéma Départemental des Mobilités. Les objectifs sont multiples : définir précisément les mesures à opérer pour répondre aux attentes des Tarn-et-Garonnais en matière de mobilité, telles qu'exprimées dans « Tarn-et-Garonne 2025 », anticiper les impacts de la croissance démographique (saturation des réseaux, besoins nouveaux...) et des grands projets du territoire (Grand Sud Logisitique, LGV...). Les seuls experts de la mobilité, c’est vous ! En plus des élus locaux et des techniciens qui définissent et mettent en œuvre les projets des territoires, en matière de mobilité, le Conseil Général a décidé de donner la parole aux usagers que nous sommes tous au quotidien. Se rendre à son travail, visiter un proche, aller au stade, à l’école ou effectuer une course sont autant d’actions qui génèrent des déplacements et font de chacun d’entre-nous celui ou celle qui sait mieux que quiconque ce qui les faciliterait, les rendrait plus confortables, plus sécurisés, moins chers. C’est à cette fin que le Conseil Général met à votre disposition un formulaire d’enquête pour que chacun puisse prendre la parole (contact : Agence de Développement Économique - 100, Boulevard Hubert Gouze - 82000 Montauban - Tél. : 05.63.20.10.20). Vous pouvez également choisir de vous exprimer via le site du Conseil Général (www.cg82.fr). 18
Le Laboratoire vétérinaire départemental et la qualité de l'eau laboratoirf‘ FÉ.TRIIFI-ET-GARIHEmag Parce que l'eau est un bien précieux, le Laboratoire vétérinaire départemental, en collaboration avec le S.A.T.E.S.E., autre service relevant également du Conseil Général, contribue depuis plus de quinze ans à l’amélioration de la qualité des eaux des rivières de notre département afin de lutter contre les pollutions. Plus récemment, son domaine d'intervention s'est étendu à la potabilité de l'eau. Il est aussi compétent pour accompagner les établissements recevant du public dans leur obligation de recherche de la légionelle. Des eaux sous surveillance Depuis 2011, le Laboratoire vétérinaire départemental a développé de nouvelles compétences liées au prélèvement et à l'analyse bactériologique et physicochimique des eaux destinées à la consommation humaine. Il peut intervenir pour les auto-contrôles : des professionnels de la restauration et de l'agroalimentaire lors de la préparation des denrées alimentaires, pour l'eau de consommation, le rinçage des fruits… des éleveurs des entreprises intervenant sur les réseaux de distribution d’eau des gestionnaires de réseau de production et de distribution d’eau des entités responsables des eaux de loisirs naturelles Les particuliers qui boivent l’eau de leur puits peuvent aussi contacter le Laboratoire vétérinaire départemental. Doté d'outils techniques de pointe, ce dernier analyse la teneur en nitrates, ammonium... et recherche les entérocoques, les Escherichia coli et autres bactéries qui pourraient avoir une incidence sur la santé. Le Laboratoire vétérinaire départemental et la qualité de l'eau, c'est : 8 techniciens et 2 ingénieurs présents sur le terrain, plus de 6 000 analyses microbiologiques et physico-chimiques réalisées chaque année plus de 400 établissements suivis, de nombreux agréments accordés par les ministères de la Santé et de l'Environnement et accréditations, gage de sa compétence, un organisme proposant de nombreuses formations pour aider les professionnels. Vos contacts : Mr Fabien Calafat responsable du service analyse des eaux - fabien.calafat@cg82.fr Mme Marlène Canetti responsable du conseil et suivi clientèle - marlene.canetti@cg82.fr 19 Traque à la légionelle Depuis six ans, le Laboratoire vétérinaire départemental traque sans relâche une bactérie, connue sous le nom de légionelle, qui s'installe dans les réseaux d'eau chaude sanitaire. Elle peut contaminer, par inhalation de micro-gouttelettes d'eau, les utilisateurs de douches et entraîner la légionellose qui provoque des affections pulmonaires graves. Depuis le 1er janvier 2012, les établissements recevant du public tels que les hôpitaux, les cliniques, les maisons de retraite, les établissements sociaux, les internats, les campings, les hôtels et les installations sportives ont obligation de rechercher la présence de légionelle et de mettre en place un carnet sanitaire regroupant la surveillance et l'entretien de leur réseau. Le Laboratoire vétérinaire départemental accompagne les responsables des installations pour se mettre en conformité. Les établissements déjà engagés dans cette démarche avec le Laboratoire vétérinaire départemental sont repérables par l'apposition d'un autocollant, ré-attribué tous les ans.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :