[82] Tarn-et-Garonne mag n°74 sep à déc 2011
[82] Tarn-et-Garonne mag n°74 sep à déc 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de sep à déc 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Conseil Général deTarn-et-Garonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : environnement... les espaces naturels sensibles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Festival de notes pour tous Le Conseil Général, soucieux de permettre l’accès aux festivités du département au plus grand nombre, a offert aux Tarn-et-Garonnais deux soirées pleines d’entrain. Avec la volonté de donner leur chance à de nouveaux talents. Pour la sixième année consécutive, le Festival Alors... Chante ! a démarré sa semaine par un concert gratuit, initialement prévu dans le Parc Montauriol. L’affiche proposée le 30 mai, deux jeunes artistes pleins de talent, augurait un concert actuel empli de modernité, de créativité et de poésie. Nous n’avons pas été déçus ! En première partie, Benjamin Paulin ou L’homme moderne de la tête aux pieds, nous a transporté dans son univers décalé et quelque peu électrisant. Habité par sa musique, ses Mélodies pop-jazz au Parc Montauriol Alors... Chante ! avec une Nouvelle Star C’est dans le cadre magnifique du Parc Montauriol que le Conseil Général a accueilli un jeune artiste très prometteur en clôture du Festival Jazz à Montauban et en Tarn-et-Garonne. Lundi 18 juillet dernier, malgré une météo très incertaine, le public a répondu une fois de plus à l’appel pour la dixième année consécutive. Comment cette soirée aurait-elle pu ne pas être réussie ? Un parc somptueux, une scène avec en toile de fond un superbe château, un ciel d’une teinte particulièrement intrigante et surtout une tête d’affiche prodigieuse. Wouter Hamel, en véritable maître de cérémonie, a dévoilé son incroyable talent pour le plus grand plaisir de tous les amateurs de musique, les aficionados de jazz et tous les autres. à 34 ans, l’un des seuls artistes actuels à mêler mélodies pop et notes de jazz, a récompensé un public qui, pour la majorité, le découvrait. Deux heures d’un show énergique pendant lesquelles il a su transmettre sa bonne humeur. Ce concert cloturaît le Festival de Jazz tout en lumière ainsi que les festivités organisées au Conseil Général. Rendez-vous l’année prochaine ! textes aux mots bien calibrés, Benjamin a ouvert la soirée sur un ton plutôt décontracté, proche de son public. Inspiré par Gainsbourg ou Jacques Dutronc, le crooner a dérouté ceux qui ne le connaissaient pas encore. Puis vint le tour de Camélia Jordana de nous enivrer. Tantôt mélancoliques, tantôt légères, ses chansons étaient à chaque fois interprétées à la perfection. Révélée par son premier opus Non, non, non (écouter Barbara), idole d’un jeune public venu nombreux, elle a su conquérir ceux et celles qui, en écoutant ses textes, ont découvert une jeune fille habitée par la fantaisie et le génie. Cette soirée, déplacée à la salle Eurythmie pour des raisons météorologiques, a enchanté toutes les personnes qui s’étaient déplacées à l’invitation du Conseil Général. Espérons que l’année prochaine le soleil réponde lui aussi présent ! Le 18 juillet, les producteurs tarn-et-garonnais étaient également de la partie pour proposer au public des mets salés et sucrés : fromages de terroir, fruits de saison, jus de fruits artisanaux, bières et vins du département... De quoi rassasier les papilles qui se sont réveillées pendant le concert ! 22
150 ème anniversaire de la naissance d’un « sculpteur de… poèmes » : Émile-Antoine Bourdelle Né à Montauban le 30 octobre 1861, Émile-Antoine Bourdelle (1861-1929) est le fils d’un menuisierébéniste. C’est dans l’atelier paternel qu’il sculpte ses premières créations. à 23 ans, il intègre l’école des Beaux-Arts de Paris et installe son atelier à Montparnasse, quartier qu’il ne quittera plus. Son premier grand monument est dédié à son département natal : « Hommage aux morts, aux combattants et serviteurs du Tarn-et-Garonne » (1870-1871). En 1893, il entre dans l’atelier d’Auguste Rodin. Il travaillera 15 ans chez cet incroyable sculpteur qui deviendra son ami. Bourdelle réalise des centaines d’œuvres mais c’est son Héraclès archer qui va le révéler en 1910. Cette sculpture vibrante sera d’ailleurs reprise par une célèbre marque de cahiers. à Montauban, dans la salle à son nom du musée Ingres, son œuvre phare et bien d’autres sont exposées. Manifestations hommages à l’artiste Association créée en 2005 et soutenue par le Conseil Général, le Cercle des amis de Bourdelle a fait du mois d’octobre « le mois Bourdelle » en référence à sa date de naissance et de décès. Cette année, ce mois sera d’autant plus intense que nous célébrerons le 150 e anniversaire de l’artiste. Ainsi, le hall de l’Hôtel du Département accueillera du 3 au 26 octobre prochain une exposition prestige organisée par le Cercle des amis de Bourdelle et l’Espace Bourdelle. Cette manifestation fera écho aux approches protéiformes de l’œuvre de Bourdelle, bien entendu fortement marquée par la sculpture. Elle sera le temps fort d’un programme culturel plus large intitulé « Bourdelle en son pays » (voir Agenda p.25). 23 Bourdelle est connu dans le monde entier pour ses sculptures. Ces dernières ne doivent pas faire oublier pour autant qu’il était un artiste aux multiples facettes : il a peint, dessiné, écrit des poèmes, joué du violon... Attaché à sa terre natale, sa « petite patrie », Bourdelle est toujours resté en contact avec ses amis avec qui il communiquait en occitan. « Que je le veuille ou non, si j’écris et si je parle un français hasardeux d’autodidacte, je sculpte en langue d’Oc » confie-t-il à son ami Antonin Perbosc. Le 1er octobre 1929, il meurt et repose au cimetière du Montparnasse à Paris. « Eclaireur de l’avenir » selon Rodin, Bourdelle a été le premier à ouvrir des voies que d’autres sculpteurs élargiront par la suite : Lipchitz, Moore, Calder... Perbosc, l’ami occitan Cette année, nous fêtons également le 150 ème anniversaire de naissance d’Antonin Perbosc (1861-1944), ami du sculpteur né le 25 octobre 1861. Au fil de sa vie, instituteur, bibliothécaire puis poète, Perbosc réforma la langue occitane. Il est à l’origine du concept d’Occitanie. Nés à quelques jours de distance il y a 150 ans, Émile-Antoine Bourdelle et Antonin Perbosc connurent une amitié fraternelle marquée par leur attachement à cette terre occitane qui façonna leur tempérament et leur talent respectif (voir Agenda p.25). Trésors du Tarn-et-Garonne Philippe Ploquin et Françoise Peuriot publieront au mois de novembre 2011 un très beau livre sur notre département. Abondamment illustré de splendides photographies, « Tarn-et-Garonne, Trésors des terroirs » recense, sur plus de 300 pages, nos joyaux patrimoniaux et gastronomiques, d’hier et d’aujourd’hui. Une somme unique : « Jamais, en effet, le Tarn-et-Garonne n’avait été envisagé de la sorte, sous l’angle de ce bonheur nature qui imprègne nos causses, nos vallées et nos coteaux, passe par les ruelles de nos bastides et s’attarde dans l’âme rurale encore bien vivante » remarque Jean-Michel Baylet dans la préface. Un ouvrage indispensable pour tous les amoureux du Tarn-et-Garonne, des bonnes tables et des belles choses. « Tarn-et-Garonne, Trésors des terroirs » de Philippe Ploquin et Françoise Peuriot, Edition CED, 302 p., 45 euros (prix de lancement) www.tarn-et-garonne-tresors-des-terroirs.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :