[82] Tarn-et-Garonne mag n°74 sep à déc 2011
[82] Tarn-et-Garonne mag n°74 sep à déc 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de sep à déc 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Conseil Général deTarn-et-Garonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : environnement... les espaces naturels sensibles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Voirie Circuler facilement, dans de bonnes conditions de sécurité, en toute saison, sur tout le territoire : voilà les attentes des usagers. Qu'il s'agisse des routes ou des ouvrages d'art, c'est la Direction de la voirie et de l'aménagement et ses antennes décentralisées qui y répondent. Confort et sécurité des usagers La Direction de la voirie et de l’aménagement du Conseil Général a pour missions d’entretenir et exploiter le réseau routier départemental, l’aménager, le développer, participer à sa gestion et à sa conservation mais aussi informer les usagers. Ce service est en charge des 2 514 kilomètres de routes départementales et des 1 029 ouvrages d’art - ponts, tunnels... - que compte le Tarn-et-Garonne. 6 subdivisions départementales et 17 antennes d’exploitation assurent la gestion de ce patrimoine dans un souci de service public de proximité. Avec un volume de 21,8 millions d’euros, la voirie demeure le poste budgétaire le plus conséquent de la section d’investissement. Les tâches des subdivisions départementales concernent l’entretien et l’assainissement des chaussées, des accotements et des talus, des plantations, des aires et points d’arrêt, des ouvrages d’art. Sur la route, il faut aussi guider. La pose, l’entretien des panneaux de signalisation et des marquages au sol relèvent également des missions des hommes de la voirie. S’y ajoutent des actions au long cours ou plus ponctuelles : interventions sur accident, assistance aux entreprises, interventions suite aux intempéries, surveillance du réseau. L’hiver exige, pour les services de la voirie, une vigilance accrue et des actions spécifiques pour faire face aux intempéries, essentiellement les risques de verglas. Les alertes météorologiques peuvent imposer des opérations de salage, de déneigement, la pose de panneaux. Là encore, l’information aux usagers est essentielle : un numéro vert dédié – 0 800 390 677 - ainsi que le site internet www.cg82.fr donnent un état régulièrement actualisé des conditions de circulation. 16
Vers un entretien raisonné des bords de route et des espaces publics Le Conseil Général, en partenariat avec l'Agence de l'eau Adour Garonne, mène auprès des collectivités des actions pour encourager la réduction de l'emploi des désherbants chimiques. Ainsi, en 2010, 14 communes et une communauté de communes ont bénéficié notamment de diagnostics de leurs pratiques avec propositions d'améliorations et possibilité de soutien financier pour l'achat de matériel alternatif permettant de réduire ou supprimer l'utilisation des pesticides. En 2011, cette démarche est à nouveau proposée à 17 communes ainsi qu'à une communauté de communes. Le Département a adopté en 2007 un guide d'utilisation raisonnée des herbicides. Dans un an, l'objectif est de parvenir à « zéro phytosanitaire » sur les routes départementales. L'herbe rase et les arbres dénudés, c'est du passé ! Depuis une dizaine d'année, les agents départementaux sont engagés dans une politique d'entretien raisonnée des bords de routes. Avec plus de 2 000 hectares de dépendances vertes et 14 000 arbres, les abords de voies départementales contribuent à la qualité des paysages et à l'intégration des ouvrages dans leur environnement. Ce sont aussi des endroits où la flore et la faune doivent être préservées. Comment concilier sécurité routière et respect de la biodiversité ? L'optimisation du fauchage, une approche plus sensible Le pont de Verdun-sur-Garonne Les premiers travaux de génie civil sur le pont suspendu de Verdun-sur-Garonne viennent de s’achever. Les massifs d’ancrages dans lesquels les câbles de la suspension viendront se fixer sont achevés. On n’en distingue plus que la partie émergente. Les culées sont aussi terminées sur les deux rives, au détail près des finitions qui généraient la mise en place du tablier et des pylônes. Près de 2 500 m 3 de béton et 350 tonnes d’aciers ont été utilisés pour assurer l’assise du futur pont. Les remblais en rive droite ont aussi été réalisés pour permettre l’assemblage des tronçons de tablier, qui sont acheminés et soudés sur place pour construire la charpente du futur tablier. Le lançage de la première partie de l’ouvrage a été réalisé le 26 juillet dernier. Cette opération spectaculaire consiste à pousser la partie du tablier reconstitué sur des appuis provisoires qui ont été préalablement implantés en rivière et sur la berge. Cela libère ainsi de la place pour souder les autres tronçons qui seront à leur tour poussés sur les appuis. Une fois le tablier en place, les pylônes et la suspension seront mis en œuvre et on suspendra le tablier à la structure définitive avant de retirer les appuis provisoires. La deuxième partie du tablier devrait ainsi être fabriquée dans le courant du mois de septembre 2011. En 2013 circuleront les premiers véhicules sur le pont flambant neuf. 17 de la gestion des talus et délaissés, l'accompagnement par la formation des agents et des actions de communication grand public, ou encore l'observation des pratiques de gestion et d'entretien sont des règles à établir. Quant aux arbres, leur nombre et leur beauté constituent de toute évidence une richesse mais parfois, à défaut de bon entretien, une menace pour la sécurité des usagers. Le Conseil Général a donc mis en œuvre un schéma directeur de gestion des plantations d'alignement en bordure de route départementale qui repose en particulier sur un recensement précis du patrimoine, une gestion plus sensible et la planification pluriannuelle des opérations d'entretien. Au-delà, une surveillance périodique des arbres de bord de route est nécessaire afin de prévenir les risques de chute. Elle repose sur la formation de « référents arbres », au sein de chaque subdivision territoriale, dont les données recueillis sur le terrain sont analysées par la Direction de la voirie et de l'aménagement du Conseil Général. Les arbres présentant un risque sont alors soumis à l'avis d'un expert extérieur avant toute opération de coupe. Cette approche moins radicale de l'entretien laisse désormais sa place au patrimoine écologique.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :