[82] Tarn-et-Garonne mag n°69 jan à jui 2010
[82] Tarn-et-Garonne mag n°69 jan à jui 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de jan à jui 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Conseil Général deTarn-et-Garonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : dossier spécial sur la réforme fiscale et réforme des collectivités territoriales.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
La réforme des collectivités territoriales : ce qu'il faut savoir Les 4 projets de lois, tout en réformant en profondeur l’architecture institutionnelle locale et en maintenant l’existence de la Région et du Département, prévoient : Le remplacement des conseillers généraux et des conseillers régionaux par un nouveau type d’élu local : le conseiller territorial. Ces nouveaux élus auront une « double casquette » puisqu'ils siégeront dans l’instance délibérante du Département et dans celle de la Région. Ils seront élus dans des cantons redécoupés par un scrutin uninominal à un tour, pour 80% d'entre eux, 20% des sièges étant répartis à la proportionnelle. La fin des mandats des conseillers généraux et régionaux est révisée afin de s'arrêter conjointement en 2014 et élire les conseillers territoriaux dans la foulée. Il est paradoxal, aujourd’hui, de voir légaliser le cumultant décrié des mandats. Quant à la parité, elle est jetée aux oubliettes. Le renforcement et la simplification de l’intercommunalité, avec pour objectif de voir l’ensemble du territoire couvert par des structures intercommunales à l’horizon de 2014. Un nouveau dispositif permettra une fusion plus simple des communes. Le mariage forcé des communes est institutionnalisé. La création d’une nouvelle structure pour les zones urbaines atteignant 500 000 habitants, appelée la « métropole ». Elle se substituera, sur son territoire, aux collectivités préexistantes (communes, communautés de communes et Conseil Général). La spécialisation des compétences pour la Région et le Département. C'est la suppression de la clause générale de compétence. Seule la commune conservera la compétence générale. La Région et le Département se verront attribuer par la loi des compétences obligatoires comme avant, mais cette fois elles ne pourront pas être exercées par les autres collectivités. La rationalisation des mécanismes de cofinancements (ou financements croisés) avec une obligation pour le maître d'ouvrage de supporter une part significative du coût de ses investissements. Les petites communes rurales seront notamment très touchées par cette disposition, car ce sont surtout elles, qui avec leurs faibles ressources, ont des difficultés à financer des projets importants (pont, voirie, extensions de bâtiments communaux...). La rationalisation des financements croisés, pourtant à l’origine de grands projets... (suite page 17) 12
Le Tarn-et-Garonne en occitan L'occitan fait partie intégrante de l'histoire et du patrimoine du Tarn-et-Garonne. C'est la langue de notre ancienne littérature mais aussi une langue encore vivante, parlée par beaucoup et transmise de génération en génération. Notre attachement à l'occitan, et plus largement à la culture occitane, se traduit aussi par son enseignement dans les écoles. Etymologie, prononciation... découvrez votre département en occitan. Comment lire les noms en occitan ? Le système utilisé est celui de l’orthographe classique de l’occitan, héritière de celle des Troubadours du Moyen Age et rénovée au début du XX e siècle par Antonin Perbosc et Louis Alibert. Cette orthographe présente Antonin Perbosc quelques points particuliers, qui entraînent une prononciation différente de celle du français, avec un accent tonique fort sur une syllabe : a(s) final = o(s) Ascas se dit [askos] e = é Biule se dit [bioulé] o = ou Cumont se dit [kumount] ò = o ouvert Còrdas se dit [kordos] au = aou Caussada se dit [kaoussado] èu = èou Bèumont se dit [bèoumount] ai = ay Espalais se dit [èspalays] g devante, i = ts (dans le nord) Ginals se dit [tsinals] g final = ts Bèlpèg se dit [bèlpèts] j = ts Sant Jòrdi se dit [santsordi] v = b Varenas se dit [barénos] nh = gn lh = ill, li Finhan se dit [figna] Valelhas se dit [balélios] 13 A.D.T.G. Les noms de lieux témoins et vestiges de notre histoire linguistique Les noms de lieux conservent le souvenir des diverses langues qui se sont succédé dans le département de Tarn-et-Garonne. Les plus anciennes, que l’on qualifie de pré-celtiques, étaient utilisées il y a plus de 2500 ans ; l’arrivée des Celtes, ou Gaulois, s’est traduite par un changement à la fois dans la langue et l’occupation de l’espace. La conquête de la Gaule par les Romains a entraîné le remplacement du gaulois par le latin, très vite transformé au point de devenir dans notre région la langue occitane, dans ses variantes diverses (carcinol, toulousain, rouergat, gascon lomagnol). La christianisation de l’ancien Empire romain a laissé un riche héritage dans la toponymie locale. Les Germains ont ensuite apporté leur contribution à cette toponymie sans imposer leur langue à la population. Il faut bien sûr distinguer l’origine étymologique de l’époque de création : un nom d’origine pré-celtique peut très bien avoir été créé à la fin du Moyen Age. Les recherches qui ont été faites (cf. Toponymie du Tarn-et- Garonne de P.Burgan et A. Lafon - 2009) ont montré que les noms de commune de Tarn-et-Garonne sont apparus, pour la plupart, à l’époque où l’occitan était la langue d’usage, et, pour quelques-uns, auparavant ; le français, arrivé trop tard, n’est donc pas présent dans le nom de nos villes et villages et n’a fait que provoquer des modifications, mineures dans la graphie... et importantes dans la prononciation. (suite page 16)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :