[82] Tarn-et-Garonne mag n°68 oct/nov/déc 2009
[82] Tarn-et-Garonne mag n°68 oct/nov/déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de oct/nov/déc 2009

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Conseil Général deTarn-et-Garonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : le collège Manuel Azaña flambant neuf.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
T.G.V. Paris-Toulouse ou le Tarn-et-Garonne à grande vitesse Depuis la fin du débat public sur la Ligne à grande vitesse (L.G.V.) Toulouse-Bordeaux et Paris, en 2005, les collectivités locales, l’Etat et Réseau ferré de France (R.F.F.) ont pu considérablement faire avancer le projet. LaL.G.V. Toulouse-Paris est aujourd’hui sur les rails. Son ouverture, à l’horizon 2017, va changer les modes de déplacement entre Toulouse et Paris en rapprochant ces deux villes à environ trois heures l’une de l’autre. Gros plan sur un projet qui donnera à la région Midi-Pyrénées, à Toulouse et au Tarn-et-Garonne une nouvelle dynamique. Un projet d’infrastructure qui se déploie sur tout le Grand Sud-Ouest A l’heure actuelle, le T.G.V. entre Paris-Bordeaux et Toulouse, ne peut atteindre sa vitesse maximale qu’entre Paris et Tours. La mise en place d’une liaison T.G.V. jusqu'à Toulouse, nécessite donc au préalable de construire une nouvelle voie ferrée adaptée à la « grande vitesse ». Celle-ci sera connectée au réseau T.G.V. à Tours ; à partir de là, elle desservira Bordeaux et Toulouse. Une bifurcation vers le sud de l’Aquitaine (connexion aux réseaux internationaux vers l’Espagne) est aussi prévue. Cette nouvelle infrastructure ferroviaire qui desservira le sud-ouest de la France a d’ailleurs été intitulée G.P.S.O. pour Grand projet Sud-Ouest. En Tarn-et-Garonne : 77 kilomètres et une nouvelle gare dédiée au TGV La mise en place de laL.G.V. Toulouse-Paris va impacter de façon importante le département. Elle le traversera de part en part sur un peu plus de 77 km, d'une part, et le Tarn-et-Garonne sera le seul département de la région qui accueillera une nouvelle gare dédiée au T.G.V., d'autre part. Cette nouvelle gare, située au sud de Montauban, sera le seul point d’arrêt du T.G.V. de la région avec la gare de Toulouse- Matabiau. Objectif : ouverture du service en 2017 Les études relatives au positionnement exact de la nouvelle ligne ferroviaire et à l’emplacement de la gare ont été engagées par Réseau ferré de France depuis plusieurs mois. A l’heure actuelle, de nombreuses commissions et groupes de travail techniques s’affairent pour définir dans le détail les points de passage. Cette grande concertation, animée par Réseau ferré de France, est organisée par la préfecture de Tarn-et-Garonne qui associe au tour de table de nombreux acteurs territoriaux. L’ensemble des services du Conseil Général participe de façon active à cette réflexion et s'appuie entre autres sur l’étude Tarn-et-Garonne 2025 réalisée par son Agence de développement économique. Fin 2009, ces travaux de concertation doivent permettre d’aboutir à un tracé d’une largeur d’environ 1000 mètres. Réseau ferré de France aura alors environ 1 an pour préciser le tracé définitif qui aura une largeur de 500 mètres et qui servira de base aux démarches d’urbanisme. 12
Réseau ferré de France - Mai 2009 Le calendrier actuel des études prévoit un lancement possible des travaux de construction de la Ligne à grande vitesse dans le courant de l’année 2012 avec une ouverture du service vers l’année 2017. Bien entendu, ces travaux ne pourront débuter que si leur financement est acquis. De nombreuses discussions sont actuellement en cours sur ce point. 12,6 milliards d’euros d’investissements La mise en place du T.G.V. dans le grand Sud-Ouest a été évaluée courant 2006 à environ 12,6 milliards d’euros d’investissement. L’Etat, les collectivités locales, Réseau ferré de France et un partenaire privé (procédure de désignation en cours) discutent actuellement de la répartition de cet investissement. Il faut noter que le Conseil Général de Tarn-et-Garonne s’est d'ores et déjà engagé à participer au financement de ces travaux à hauteur de 25,2 millions d’euros. 13 Un projet d’avenir pour le Tarn-et-Garonne Avec la future plate-forme logistique départementale de Montbartier/Campsas/Labastide-Saint-Pierre (voir notre numéro précédent), la Ligne à grande vitesse et sa gare T.G.V. vont changer de façon considérable le sud du département. Ces deux infrastructures se situent, en effet, dans le même périmètre géographique du croisement autoroutier entre l’A20 et l’A62. Le Conseil Général accompagne de façon significative ces deux grands projets qui doivent garantir l’emploi et l’attractivité du territoire pour les années à venir. L’objectif est double : d’une part, accompagner le phénomène de métropolisation qui touche le sud du département et, d’autre part, garantir un développement homogène entre les secteurs urbains et ruraux.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :