[81] Atouts Tarn n°95 mai/jun 2013
[81] Atouts Tarn n°95 mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°95 de mai/jun 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Tarn

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 9,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur l'agriculture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
tribune libre Tribune libre des groupes représentés au Conseil général Conformément à la loi relative à la Démocratie de Proximité adoptée le 27 février 2002, Atouts Tarnouvre ses colonnes à l’expression des groupes politiques représentés au Conseil général. Majorité départementale Le budget a été construit sans hausse de la fiscalité Le budget 2013 que nous venons de voter les 21 et 22 mars derniers a dû s’adapter au contexte économique et social très difficile. Un contexte qui s’explique par la crise financière mais aussi en grande partie par les politiques menées par le précédent Gouvernement ces dernières années. L’héritage est lourd et pèse fortement sur les finances locales. En 5 ans notre Pays a connu un million de chômeurs supplémentaires, 350 000 emplois industriels ont été supprimés et la dette publique a explosé de plus de 600 milliards d’euros… Malgré la situation financière préoccupante, ce budget, conformément à nos engagements, est maîtrisé et permettra de ne pas augmenter la pression fiscale sur les contribuables du Tarn. Le taux de la taxe foncière (seul impôt direct qui relève maintenant du département) n’augmentera pas. La situation nous a imposé de maîtriser les dépenses de fonctionnement pour continuer à investir (83 millions d’euros). C’est notre manière de soutenir l’économie tarnaise, car Minorité départementale 30/atoutstarnn°95 les routes et l’internet à très haut débit, par exemple, aident les entreprises à s’installer tout en ayant une incidence sur la qualité de vie des Tarnais(es). Pour autant, ces investissements ne se font pas au détriment des autres missions qui nous sont confiées et que nous menons dans certains domaines de façon volontariste : - La solidarité les habitants de notre Département avec l’action sociale. - La solidarité à l’égard des projets communaux et intercommunaux. En période de crise, les départements endossent un rôle irremplaçable d’amortisseur social. Toutefois, il faut noter que malgré le fonds d’urgence décidé par le Gouvernement, les départements restent sous tension. Il est indispensable qu’ils obtiennent aujourd’hui une compensation juste et pérenne de l’État pour les dépenses des allocations individuelles de solidarité (revenu de solidarité active, allocation personnalisée d’autonomie et prestation de compensation du handicap). C’est tout l’enjeu de la motion que nous avons adoptée à l’unanimité en février dernier pour demander au Gouvernement : - d’assurer une juste et réelle compensation financière des compétences transférées par l’Etat depuis 2004. Un préalable à tout nouveau transfert de compétences à la veille de la réforme de la réforme de la dépendance. - de réfléchir à des mécanismes de redistribution destinés à réduire les écarts de richesse, et donc les inégalités, entre les différentes collectivités territoriales. Malgré les contraintes, le budget 2013 est un acte fort pour bien vivre le présent et préparer l’avenir dans le Tarn. La Majorité départementale À propos du Budget primitif 2013 - Extraits de l’intervention de Michel Monsarrat Au fil des ans et une fois encore s’égrène la présentation inquiète, frileuse, presque punitive des budgets primitifs. Nous voici me semble-t-il plus que jamais devant ce « châtiment » annuel, une redoutable « invagination » de la conscience politique. En comparant les budgets 2011-2012 et 2013, il m’est apparu que nous entrions de plain-pied dans une ère nouvelle, celle de la gouvernance socialiste. Finie la Belle Epoque où l’on pouvait infiniment « dire du mal », accuser le Gouvernement précédent des pires ardoises qui concernaient, on le sait, les transferts de charges dont vous dites qu’ils étaient non ou mal compensés, les aides et subventions en tous genres à votre goût notoirement insuffisantes, les rapports insalubres avec un Etat de droite que vous jugiez méprisant et méprisable. Aujourd’hui les prévisions budgétaires sont floues, l’économie nationale et locale n’obéit pas réellement aux ordres et aux imprécations de nos ministres. La réalité réelle s’impose face aux politiques virtuelles qu’on veut leur opposer. Fini le bon temps de ces infâmes prévisions budgétaires qui se sont toutes finalement terminées avec de confortables excédents. L’Etat « de droite » dans sa munificence vous faisait l’honneur d’une aumône par ci (12 millions d’euros en 2011), d’une péréquation par là. Et finalement, finalement, il nous fallut bien du talent pour vivre heureux sans être riches … Car c’est ainsi tout allait bien pour vous jusqu’à ce mauvais jour de l’an dernier où le socialisme triomphait. Faut-il vous réconforter en vous disant que la dette départementale s’aggrave, que la charge de la dette n’a jamais été aussi lourde malgré des taux extrêmement bas, mais que finalement ce n’est rien, car nous paierons encore et toujours, malgré tout, ses intérêts. Faut-il vous rassurer en vous disant que Cap Découverte, que l’hôtel Reynes ou que la SPL « D’un point à l’autre » ne seraient plus que d’hypothétiques mirages dont les contribuables tarnais n’ont rien à faire ? Que peut-on dire de plus ? Vous assurer que des temps meilleurs reviendront où vous puiserez comme nous votre bonheur dans l’encre sympathique de l’opposition Nationale ou Départementale. Alors, Monsieur le Président, en attendant ces changements toujours possibles, je vous remercie de nous donner encore et encore à déplorer comme vous le feriez à ma place, l’insuffisance de ce budget 2013, sa courte vue, le peu de cas que vous fîtes des excédents budgétaires de l’époque ancienne qui auraient fort bien pu vous éviter d’alourdir la dette et tant de choses encore sur les budgets de fonctionnement, les effectifs, certains budgets annexes et sur l’essence même de la politique. Les budgets de crise sont les meilleurs car ils font théoriquement appel à la rigueur et à l’imagination ; deux vertus qui honorent et révèlent les hommes politiques. Finalement et malgré tout, je ne voterai pas ce budget mais je nous encourage, mes chers collègues, à garder l’espoir. Par Michel Monsarrat/canton de Castres Nord Pour les Conseillers Généraux du groupe « TarnAvenir en Midi-Pyrénées » Mail groupe : contact.elu@cg81.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :