[81] Atouts Tarn n°94 mar/avr 2013
[81] Atouts Tarn n°94 mar/avr 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de mar/avr 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Tarn

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,1 Mo

  • Dans ce numéro : le plan climat, énergie territorial.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
portraits Louvre à Paris. J’avais dix-sept ans. » Ce fut ensuite Toulouse, Lyon, Strasbourg puis Nice. « C’est là que j’ai découvert qu’il existait un compagnonnage pour les bijoutiers. » Luc intègre donc les compagnons mais revient s’installer à Castres où son père souhaitait lever le pied dans la bijouterie familiale. Il partagera donc son temps entre le sud du Tarnet Montauban où il intègre la Maison des Compagnons. Le temps de produire son chef-d’œuvre L’Univers, un collier représentant les planètes et le système solaire. « Tant professionnellement que sportivement Luc Atgé aime repousser ses propres limites » Luc ATGÉ - JOAILLIER Le défi permanent Luc Atgé a été primé au concours des métiers d’art du Conseil général grâce à la fabrication d’un bracelet 20 ans de mariage de sa conception. Ce bracelet articulé est réalisé en or 750/1 000 composé de 5 tableaux représentant la vie d’une famille. Le centre étant le couple, un coté est féminin, l’autre masculin. Ce bracelet pèse 54,54 grammes et a demandé 350 heures de travail pour sa réalisation. Lauréat du prix des métiers d’art du Conseil général en 2012, Luc Atgé est un homme de défis. Sportif accompli, pratiquant une discipline exigeante qui lui apporte l’épanouissement et la sérénité nécessaires à son métier, le joaillier castrais s’est fixé un autre défi, celui de devenir Meilleur Ouvrier de France. Il a grandi, là, dans l’atelier jouxtant la joaillierie de son père, rue Villegoudou à Castres. « Ma première maison » dira Luc Atgé. Fils de joaillier, il deviendra joaillier lui aussi même si « rien n’était écrit ». « J’ai fait mes études à Castres, puis mon apprentissage chez mon père », raconte l’intéressé. La suite est une succession de voyages, de séjours, de détours, mais avec toujours la sous-préfecture du Tarncomme point d’ancrage. « Je voulais travailler et voyager, ne pas rester à l’école. J’ai commencé mon CAP en étant apprenti ici mais je l’ai obtenu à l’école de la rue du Vingt ans plus tard, Luc Atgé est devenu un respectable commerçant castrais, qui fabrique de ses mains la quasi-totalité des bijoux qu’il vend, mais il resté un homme de défi. Son nom de compagnon n’était-il pas Tarnais le volontaire ? Tant professionnellement que sportivement Luc Atgé aime repousser ses propres limites. Il a souvent fait la une des gazettes locales pour ses participations à des épreuves de très haut niveau. Luc Atgé a ainsi participé deux fois au Marathon des sables (épreuve par étape de plus de 240 kilomètres dans le sud marocain), à la Diagonale des fous (traversée de l’Ile de la Réunion de part en part, soit près de 160 kilomètres avec environ 10 000 mètres de dénivelé positif), l’ultra trail du Mont Blanc ou quelques autres douceurs comme le trail des Templiers... « Je retrouve là l’amour de la nature et de la montagne que m’a inculqué mon père. J’ai souvenir de la micheline que l’on prenait de Castres jusqu’à Mazamet pour aller skier au Pic de Nore avec toute une bande. Mais courir est aussi un besoin pour moi qui suis assis toute la journée à l’établi, concentré sur de petites choses. Il me faut le grand air pour extérioriser. Partir en montagne ou partir dans les bois est quelque chose d’essentiel. » Tellement qu’il n’hésite pas à se lever aux aurores pour assouvir cette passion. C’est aussi par défi qu’il a participé (et été récompensé) au concours des métiers d’art du Conseil général. Il est désormais mûr pour un autre challenge, celui du meilleur ouvrier de France. « D’avoir participé au concours des métiers d’art m’a donné envie de me lancer pour le concours des MOF. Je m’y étais déjà inscrit mais je n’étais pas prêt. Il y avait toujours un frein à ma participation. Je vais m’atteler sans pression, avec recul et sérénité. » n 16 rue Villegoudou, 81100 CASTRES 05 63 35 40 44 24/atoutstarnn°93
Jean-Raphaël GUILLAUMIE LUTHIER Accords majeurs Autodidacte, formé sur le tard à la pratique de la lutherie, Jean-Raphaël Guillaumie est aujourd’hui un luthier reconnu, installé à Marsal en bordure du Tarn. Mais la fabrication de guitares n’est pas la seule activité de cet artisan qui a beaucoup de cordes à son arc. Perfectly good guitar* chantait John Hiatt. C’est aussi ce que doivent penser les stagiaires de Jean-Raphaël Guillaumie, luthier de son état, en fabriquant patiemment leur instrument en suivant les conseil avisés de l’artisan d’art. Jean-Raphaël Guillaumie a posé ses valises à Marsal, sans doute attiré par la quiétude des lieux, en bordure du Tarn. Dans une autre vie, il fut tout jeune cavalier de concours complet de niveau national, moniteur d’équitation un peu partout en France, mais déjà musicien amateur. C’est d’ailleurs dans la musique qu’il trouve sa voie. Sachant qu’il ne serait jamais un guitar-hero, c’est vers le son qu’il se tourne. Une formation à la School of Audio Engineering et le voilà assistant ingénieur du son. « Une belle expérience, mais ce n’était pas ce que je voulais faire jusqu’à la fin de mes jours. » Il devient donc vendeur de guitares. « Ce métier a été l’élément déclencheur, j’étais à l’aise, la guitare était ma passion. De fil en aiguille j’ai été amené à effectuer de petites réparations. J’ai donc commencé à bricoler, c’est le mot, des guitares, à les arranger et petit à petit je me suis mis à customiser mes propres instruments et de fil en aiguille je me suis vraiment trouvé une passion là-dedans. » « Le cœur de mon métier c’est la fabrication et la réparation de guitares » Une passion qui va vite devenir un métier car les clients affluent. Jean-Raphaël se met alors en tête de fabriquer des guitares acoustiques. « J’ai fait beaucoup d’auto-formation, j’ai travaillé chez un luthier de l’Hérault qui m’a beaucoup appris. J’ai créé mon entreprise au mois de mai 2011. Mon activité est partie sur les chapeaux de roue. J’ai profité de mon réseau de contacts que j’avais noués lorsque je vendais des guitares. Ce réseau me permet de rester travailler à Marsal, je n’ai pas besoin d’avoir une vitrine à la ville. C’est une activité qui fonctionne mais j’ai dû faire beaucoup d’investissements dans le matériel, les machines et le stock de bois de lutherie que j’achète en Espagne et en Allemagne. » Jean-Raphaël Guillaumie développe une activité qui se divise en trois secteurs. « Le cœur de mon métier c’est la fabrication et la réparation de guitares, je fais aussi de l’enseignement par le biais de stages de lutherie (ainsi que des cours de guitare). » Le dernier volet est une activité de dépôt vente de guitares évidemment. Sans doute le collectionneur n’y trouvera pas la célèbre Stratocaster noire de David Gilmour, le guitariste de Pink Floyd, mais le lien est tout trouvé pour parler de la passion de Jean-Raphaël pour le rock progressif de King Crimson ou de Genesis, de son projet baptisé Cirrus Minor, qui développe un concept de concert, projection de films, expositions, matériel de musique vintage 70’s et discographie vinyles. n * Parfaitement bonne guitare Lieu-dit Layrol, 81430 MARSAL 05 63 47 62 61 www.jrguillaumie.fr Prix des métiers d’art Lors du prix des métiers d’art, Jean-Raphaël Guillaumie a présenté une guitare cordes acier de type « 000 » (format à diapason court). L’idée était de réaliser une petite guitare par le format mais avec la puissance sonore d’un modèle plus grand. Un travail qui a nécessité 150 heures de travail. La guitare est bois d’Acajou, Epicéa Engelman, Jatoba et Palissandre indien. Pascale Lloret, tapissière d’ameublement installée à Viviers-les-Montagnes, a elle aussi été lauréate (deuxième prix) du concours de métiers d’art, pour la création d’un lit à la Polonaise qui a nécessité 200 heures de travail et 65 mètres de tissus. Le numéro 79 d’AtoutsTarnavait constacré un article à Pascale Lloret. Cette amoureuse du tissu a créé son entreprise, scindée en deux ateliers : couture et tapisserie. Elle conseille, propose, transforme, rénove, embellit le quotidien de ses clients avec une passion communicative. atoutstarnn°94/25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :