[81] Atouts Tarn n°92 oct/nov/déc 2012
[81] Atouts Tarn n°92 oct/nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°92 de oct/nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Tarn

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : la lecture publique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
transports Salvagnac Rabastens St-Sulpice Vaour Castelnau-de- Montmiral Aire de covoiturage Réseau des lignes régulières Vindrac Gaillac Lavaur St Paul Cap de Joux Cuq-Toulza Revel Cordes Graulhet Lautrec Vielmur Puylaurens Fréquentation commerciale sur les principales lignes Année 2011-2012 Ligne 701 (Albi-Carmaux) : 49 994 voyages (44 800 en 2010-2011) Ligne 702 (Albi-S t -Sulpice) : 64515 voyages (59 800 en 2010-2011) Ligne 703 (Albi-Castres) : 154453 voyages (140 800 en 2010-2011) Ligne 762 (Saint-Pons-Castres) : 59902 voyages (58 200 en 2010-2011) Ligne T’ex (S t -Sulpice-Albi par l’A68) : 49941 voyages (36 200 en 2010-2011) Deux boutiques TARN Bus À Albi 2, place Jean Jaurès 05 63 80 57 64 22/atoutstarnn°92 Carmaux Réquista ALBI Valderiès Valence Villefranche d’Albigeois Réalmont Montredon-Labessonié Soual Labruguière Dourgne À Castres 1 bis, avenue Charles de Gaulle 05 63 51 25 89 Roquecourbe CASTRES Mazamet Alban Vabre Brassac St Amans Soult Lacaune Murat sur Vèbre Albi > Carmaux Albi > St-Sulpice Albi > Castres Gaillac > Graulhet > Castres Albi > Graulhet > Lavaur Albi > Réquista Albi > Cordes Albi > Alban > Lacaune Albi > St-Sulpice Gaillac > Lavaur Albi > Cagnac > Carmaux Albi > Lagrave > Gaillac Albi > Valderiès > Valence Castres > Puylaurens Castres > Dourgne > Revel Castres > Mazamet > St-Pons Castres > Brassac > Lacaune Castres > Montredon Castres > Lavaur > St-Sulpice Roquecourbe > Lacaune Castres > Soual > Revel Mazamet > Soual Fréquentation commerciale totale 2011-2012 553 504 voyages (478 533 voyages en 2010-2011 soit un accroissement de 15,65%). Fréquentation totale 2011-2012 1 588 580 voyages (1 532 263 voyages en 2010-2011 soit un accroissement de 3,5%). Adresses et numéros utiles Conseil général Direction des Transports 05 63 45 64 81 http://tarnbus.tarn.fr - www.tarn.fr - Sur votre téléphone mobile : m.tarnbus.tarn.fr SPL 05 31 81 96 10
Entretien avec Jacques Pagés Conseiller général, Président de la commission infrastructures, déplacements et bâtiments, en charge des transports. Pourquoi la création d’une SPL ? Parce que le monde bouge et que le système précédent s’essoufflait, il n’était pas assez rapide et réactif. Il fallait en changer pour s’adapter plus vite aux besoins des services du transport. Du jour au lendemain, il faut pouvoir présenter une offre renouvelée, faire évoluer les itinéraires, les horaires, les services… Raccourcir les intermédiaires, de la décision des élus à la mise en pratique sur le réseau départemental, permet de mieux servir nos concitoyens. C’est aussi une économie notable, la SPL n’a pas à faire du bénéfice pour ses actionnaires : elle réinvestit la totalité de ses ressources dans l’amélioration du service. Qu’est devenu le personnel des sociétés de transports ? Il y avait pour la SPL l’obligation de reprendre les conducteurs qui étaient assignés à plus de 65% de leur temps sur une ligne régulière. Ces chauffeurs là représentent la moitié des conducteurs que nous avons embauchés. L’autre moitié a été recrutée sur candidature. En développant le réseau, (1 million de kilomètres de plus) on a créé de l’emploi. Pouvez-vous tirer un premier bilan ? Il est un peu tôt pour le faire après un peu plus d’un mois d’exploitation. Mais sur l’ensemble des lignes dont la SPL a la gestion, le démarrage est plutôt bon. Les chauffeurs ont joué le jeu, les autocars sont neufs. Il faut juste affiner sur certaines lignes secondaires. Concernant maintenant plus particulièrement le transport des scolaires, comment s’est passée la rentrée de septembre ? Rappelons que les services spéciaux scolaires sont assurés sous forme de marchés publics par des sociétés privées. Le transport scolaire est donc indépendant de la SPL. Pour répondre maintenant à votre question, cela n’a pas été aussi chaotique que certains ont pu le laisser entendre. C’est tout de même 17 000 jeunes transportés sur 429 lignes. Il y a eu certes quelques dysfonctionnements, je ne le nie pas, comme chaque année à la rentrée scolaire. Peut-être un peu plus cette année. Et c’est un peu normal. Imaginez tous les changements : attribution de nouveaux marchés à de nouvelles sociétés privées, changements d’horaires, de trajets, de dessertes et donc d’habitudes. Ajoutez à cela des conducteurs qui découvrent de nouveaux circuits, prés de 3 000 familles en retard dans leur inscription à la carte pastel, la fin de pratiques que je qualifierais poliment de « locales », au final, je trouve que nous avons plutôt bien géré la situation. Et si nous sommes désolés des problèmes rencontrés par certaines familles, c’est la totalité de nos services qui a été mobilisée pour répondre à chaque situation. La grande majorité des difficultés a été réglée en moins de 10 jours. À vous écouter, tous les bus sont donc arrivés à l’heure ? Je n’irai pas jusque-là, mais vous savez bien que l’on ne retient que les trains qui arrivent en retard. On en oublie presque que 95% des bus sont à l’heure. Nous avons bien enregistré ici Il fallait changer pour s’adapter plus vite aux besoins ou là quelques doléances, légitimes souvent, parfois irrecevables lorsqu’il s’agit notamment de déroger aux critères de domiciliation de l’élève (ndlr : pour bénéficier du transport, celui-ci doit résider à plus de 3 km du lieu de dépose à l’établissement scolaire). Mais nous avons été réactifs et travaillé sans relâche dans la concertation avec les élus et les particuliers pour trouver les meilleures solutions d’aménagement et de réajustement, cas par cas, commune par commune. S’agissant du transport des voyageurs dans les zones à faible densité de population, nous étudions déjà la possibilité d’offrir prochainement des services à la demande. Pourtant les problèmes rencontrés à Castres ont fait couler beaucoup d’encre… Contrairement à ce que j’ai pu lire ou entendre, le Conseil général n’est pas responsable des problèmes de transport rencontrés dans la Communauté d’agglomération de Castres-Mazamet. Il est bon de rappeler que sur le territoire des Communautés d’agglomération, le transport est une compétence de l’agglomération, elles prélèvent pour cela une taxe transport sur les entreprises. Cette compétence communautaire était exercée jusque là, par convention et de façon transitoire, par le Conseil général sur l’agglo Castres-Mazamet. Cette année, à sa demande, la CACM a souhaité organiser sa compétence en matière de transports sur son territoire. Nos lignes étaient simplement censées se caler sur les horaires de Libellus, comme c’est le cas depuis longtemps à Albi avec Albibus. Cela n’a pas fonctionné. Bien entendu les usagers ont peu à faire des frontières et des compétences institutionnelles de chacun. Devant la carence de service à la rentrée (grâce à la réactivité des personnels de la FEDER- TEEP et de la SPL), nous avons donc été amenés à mettre en place rapidement des navettes urbaines (ce n’était pourtant pas de notre ressort) pour desservir les établissements scolaires de Castres en attendant que la CACM comble cette carence qui aurait pu être anticipée. atoutstarnn°92/23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :