[81] Atouts Tarn n°85 sep/oct/nov 2010
[81] Atouts Tarn n°85 sep/oct/nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°85 de sep/oct/nov 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Tarn

  • Format : (199 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 11 Mo

  • Dans ce numéro : spécial collèges.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
archives À la rencontre des acteurs et des témoins de l’Histoire Les fonds audiovisuels et sonores, une autre activité des Archives départementales du TarnLe patrimoine culturel ne concerne pas seulement les monuments et les collections d’objets. La Conférence générale de l’UNESCO a adopté, en 2003, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. En France, différents acteurs œuvrent à la sauvegarde et à la mise à disposition de ce patrimoine et parmi eux cer- Albi tains services d’Archives départementales. 36 atoutsta r n n°85 Depuis 1989, les Archives départementales du Tarnsont dotées d’un secteur d’archives sonores et l’entrée d’un fonds vidéo important a motivé la création d’un secteur audiovisuel en 2007. Lieu de mémoire vivante, sa vocation est de collecter, documenter, conserver et valoriser le patrimoine immatériel qui a valeur d’information historique, ethnologique, linguistique, musicologique à l’échelle départementale. Rendez-vous sur la toile : http://archives.tarn.fr Des archives inédites Les corpus audiovisuels et sonores conservés documentent des champs peu couverts par les sources historiques plus conventionnelles (documents écrits ou figurés), ou les complètent avec le point de vue des acteurs ou des témoins. Ils sont composés exclusivement d’enquêtes orales ou d’enregistrements vidéo provoqués : des documents uniques, non publiés.
Contenu et volumétrie Le fonds, riche de plus de 500 heures audio et 1 200 heures vidéo, est constitué d’archives d’origines publiques et privées. Les archives sonores publiques sont issues des différents services des collectivités territoriales et des services déconcentrés de l’État. On trouve par exemple les débats de l’Assemblée départementale, l’allocution de Charles De Gaulle lors de sa venue à Albi en 1960 et qui constitue le plus ancien document. Les archives privées, en revanche, résultent de dépôts et de dons de personnes physiques et morales. Les fonds portent principalement sur des domaines tels que les traditions et expressions orales, les pratiques sociales, les répertoires de contes, de danses et de chants, les savoirs et les pratiques liés à la nature et l’artisanat traditionnel, les récits de vie et de métiers... Fragilité des sources Les documents conservés sont fixés dans des formats multiples et sur des supports variés (bandes magnétiques en bobines, K7, cédéaudios…). Outre leur hétérogénéité, ces supports sont confrontés aux dégradations qui peuvent intervenir naturellement en fonction de leur nature physicochimique. La disparition progressive du matériel de lecture des anciens formats constitue aussi des risques majeurs. Afin de garantir l’intelligibilité des contenus, il est impératif de les conserver dans un environnement préservé et de les transférer, par un procédé de numérisation, sur un support pérenne et de réactualiser régulièrement les formats. Profitant de leur implantation dans des nouveaux locaux (2004), les Archives départementales ont réactualisé une partie de leur équipement initial. Elles peuvent ainsi poursuivre les travaux de numérisation débutés à la création du pôle il y a plus de 20 ans. Doté de stations de numérisation in situ, dédiées respectivement au son et à la vidéo et d’une plate-forme technique d’archivage, le service offre désormais une préservation optimale des documents et une meilleure communication au public. Banc de montage des archives sonores des Archives départementales du Tarn. Parallèlement à leur traitement physique et en amont de leur communication, les contenus font l’objet d’une analyse archivistique. Elle permet de générer des instruments de recherche hiérarchisés qui sont mis à disposition du public afin d’orienter la recherche. Le chantier actuel À l’heure actuelle, le secteur travaille à l’informatisation des données afin que dans l’avenir, chaque notice descriptive, accompagnée de son fichier audio ou vidéo, soit accessible depuis des postes informatiques en salle de lecture. Depuis 2010, les Archives départementales expérimentent l’écoute de certains fonds sonores sur leur site internet. La mise en ligne des entretiens et des notices du fonds Mémoires de mineurs du Carmausin illustre l’aboutissement d’un travail de traitement. Dans l’immédiat, les autres fonds conservés et numérisés, sont consultables sur place et sur rendez-vous. Il est important de rappeler que l’étape de communication in situ ou sur Internet est possible uniquement lorsque les questions de droit sont résolues. Protection juridique des fonds En effet, tout enregistrement effectué par un enquêteur et archivé dans une institution patrimoniale est une « œuvre », au sens de la Loi française. Ces contenus sont donc protégés par le Code du patrimoine et le Code de la propriété intellectuelle et artistique. Cela rend particulièrement difficile la gestion des droits qui est parfois inextricable. n Contact Archives départementales du Tarn1 av. Verrerie 81000 ALBI celine.dellasavia@cg81.fr Tél. 05 63 36 21 00 atoutsta r n n°85 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :