[80] Vivre en Somme n°97 nov/déc 2015
[80] Vivre en Somme n°97 nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°97 de nov/déc 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Somme

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : Guillaume Roches vous met en appetit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Le groupe Cristal Union prépare l’avenir de la sucrerie Sainte-Émilie à Villers-Faucon, actuellement en pleine campagne betteravière. Il a décidé d’investir 40 millions d’euros afin d’engager le site dans la voie de la transition énergétique. En 2018, le gaz naturel remplacera le fioul à la sucrerie Sainte- Émilie. « C’est un investissement en plusieurs phases s’étalant de 2015 à 2018, explique Vincent Lagasse, directeur du site. Nous avons commencé à investir dans l’installation d’un tuyau de gaz de 8 km de long afin de fournir la sucrerie en gaz naturel. » L’investissement sur cette installation, réalisé en partenariat avec GRT Gaz et la Sicae, permettra d’alimenter en gaz les habitants des villages alentours, répondant ainsi parfaitement à l’engagement du groupe au titre de la Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE). 4/Vivre en Somme N°97 nov/déc 2015 MADE IN SOMME sucrerie ante-Émilie La sucrerie Sainte-Émilie réduit vit sa facture énergie UN PROJET D’AVENIR À terme, les chaudières fonctionnant au fioul vont être remplacées par deux chaudières au gaz naturel à très hauts rendements et d’une puissance totale de 150 mégawatts. Un turbo alternateur de 18 mégawatts permettra au site de combler entièrement ses besoins en électricité, voire de produire en excédent. Enfin, la dernière phase d’investissement consistera à refaire toute la distribution haute tension du site. L’unité de cogénération produisant électricité et chaleur sera ainsi en fonction en 2018. Cette installation contribuera alors pleinement à soutenir le positionnement et la compétitivité du site de Sainte-Émilie dans un futur contexte concurrentiel lié à la suppression des quotas de production de betteraves en 2017. « C’est un véritable projet de développement durable, qui s’inscrit dans une dynamique engagée par l’entreprise ces dernières années afin de réduire sa facture énergétique, déclare le directeur. Nous allons réduire nos émissions de CO2 de 25%, nos émissions de poussières de 95% et notre consommation d’eau sera dorénavant nulle. Nos coûts énergétiques vont en outre se réduire de 10%. » De quoi soutenir l’objectif du groupe d’augmenter sa production. Sophie Desmaret www.cristal-union.fr Cristal Union
DOULLENS QUERRIEU VILLERS-FAUCON CD Dorlotte, la bouillotte innovante Les coussins « Dorlotte » sont constitués de graines de cameline, issues de céréales. « Ces graines très fines épousent parfaitement le corps et répartissent la chaleur de façon optimale », explique Delphine Lefèvre- Guitel. À réchauffer au microonde ou au four, ou à placer au congélateur, les coussins sont à introduire dans différents formats de housse selon la zone à traiter  : ceinture pour le mal de dos, bandeau pour les douleurs cervicales… mais également sous forme de chaussons, à découvrir cet hiver dans une nouvelle gamme en velours. Les « Dorlotte » sont aussi adaptées aux enfants notamment grâce à un petit sac à dos chauffant à positionner sur une peluche. MADE IN SOMME ÇA SE PASSE ICI ! CB idée cadeau ! Delphine Lefèvre- Guitel a créé « Dorlotte », une gamme complète de coussins décorés pouvant soulager le corps par le chaud ou le froid. La production est 100% made in Somme et s’appuie sur le savoirfaire de couturières amiénoises. Après avoir été double médaillée de bronze au concours Lépine 2012, Delphine Lefèvre-Guitel reçoit en 2013 le prix de l’Innovation, puis en 2015 le prix Acti’Femmes récompensant les femmes entrepreneurs de la Somme. Née dans une ferme familiale ancestrale, elle voit dans son aventure un « retour aux racines » et y fonde sa réussite  : « les meilleurs projets sont ceux qui nous collent à la peau, ceux qui nous tiennent à cœur ! » F.V. www.dorlotte.fr PhS Le bâtiment, une voie pour le retour à l’emploi Ancien bénéficiaire du RSA, Sylvain De Oliveira, 27 ans, de Doullens, est aujourd’hui en contrat de professionnalisation avec le GEIQ BTP Picardie, un groupement d’entreprises du bâtiment qui offre des parcours d’insertion qualifiants. Le groupement, après une formation de trois mois de peintre et de solier moquettiste, l’a orienté vers l’entreprise CATY Peinture permettant à celle-ci de répondre aux clauses d’insertion des marchés publics, notamment celui de la reconstruction du collège Jules Verne à Rivery. « C’est une contrainte, mais qui peut être une vraie opportunité pour l’entreprise. Nous formons les personnes en insertion dans le but de les garder dans notre entreprise si tout se passe bien », souligne Eric Gilot, directeur de CATY Peinture. « La peinture m’intéressait, mais je n’avais pas de diplôme, explique Sylvain De Oliveira. J’ai eu l’opportunité de faire un stage chez CATY Peinture pour valider mon choix professionnel et j’ai ensuite tout fait pour entrer chez eux en contrat pro. Je suis content de venir travailler, tout le monde m’encourage, alors je me donne à fond ! » Sylvain passera son diplôme en décembre, validant ainsi un parcours de 18 mois, entre théorie et expérience sur le terrain. G.Y. Vivre en Somme N°97 nov/déc 2015/5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :