[80] Vivre en Somme n°97 nov/déc 2015
[80] Vivre en Somme n°97 nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°97 de nov/déc 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Somme

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : Guillaume Roches vous met en appetit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Après quatre jours de débats, les élu(e)s du groupe Somme à Gauche, accompagné(e)s par les partenaires de gauche ont voté contre le budget supplémentaire présenté par la majorité de droite. Ce budget supplémentaire de 70 millions d’Euros, sur un Budget primitif de 700 millions, est marqué par une régression et de véritables coupes en règle sur les budgets culturels, éducatifs et sociaux. Les élus du groupe Somme à Gauche ne pouvaient cautionner une telle régression, tout comme ils ne pouvaient accepter l’économie de plusieurs milliers d’euros opérée sur le budget du personnel, par la non reconduction des contrats, ce qui ne manquera pas d’affaiblir la qualité des services publics due à nos concitoyens. Un audit qui affirme que les finances laissées par la gauche sont saines Alors même que le Compte Administratif 2014 présentait un excédent de plus de 22 millions d’euros, le Président du Conseil départemental a dévoilé un audit de la situation financière du Département de 2011 à 2014 dont il pensait se servir contre la précédente majorité. Cet audit a au contraire démontré avec éclat la gestion prudente et rigoureuse de Christian MANABLE, ancien Président du Conseil général, et de Francis LEC, ancien 1er Vice-président en charge des Finances. FRONT NATIONAL Petits flirts entre amis Les élections régionales approchent à grands pas. La droite et la gauche doivent être claires sur leur tactique du second tour  : vont-ils s’allier, fusionner ? Des manœuvres seraient en cours, l’UMP se préparant à faire alliance avec le PS. Dans ce cas, passons de suite au second tour  : le FN contre les autres et évitons ainsi les fausses oppositions d’un premier tour tronqué. De nombreux électeurs seront trahis car voter UMP, c’est faire élire le PS même quand il est battu. Présidente du - groupe  : Patricia Wybo Membre  : Alex Gaffez SOMME À GAUCHE Des vœux pour la réussite éducative et un département solidaire À l’occasion de cette rentrée scolaire nous avons demandé à l’assemblée départementale de réaffirmer sa priorité à l’éducation, de confirmer son programme d’investissement pour les collèges afin d’améliorer l’accueil de tous nos collégien(ne)s ; Vœu refusé par la majorité de droite. Notre groupe a pris l’initiative de présenter un vœu pour l’accueil des réfugiés politiques, amendé, il sera voté à l’unanimité sauf les voix du Front National. Enfin, comme il fallait s’y attendre, la droite a rejeté le vœu réaffirmant notre attachement à la pérennité des départements au service de la cohésion et de la solidarité territoriale. Président du groupe  : Francis Lec Membres  : Catherine Bénédini, Philippe Casier, Delphine Damis-Fricourt, Zohra Darras, Bernard Davergne, Pascal Delnef, Jean-Louis Piot, Catherine Quignon, Jean- Jacques Stoter, Nathalie TemmermannEUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS Les élues écologistes souhaitent alerter sur le montant exorbitant du projet de canal, estimé à 5,3 milliards € hors taxes. La réalisation d’une étude d’impact environnementale prenant en compte le dernier tracé est indispensable afin d’évaluer les risques sur l’équilibre écosystémique, les terres agricoles arables, et les ressources en eau nécessaires à son alimentation. Perm. les mercredis sur RV 03 60 03 92 39 Présidente du groupe  : Blandine Denis Membre  : Marion Lepresle PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS Un budget supplémentaire sous le signe de la régression Refusons l’austérité gouvernementale et départementale 28/Vivre en Somme N°97 nov/déc 2015 EXPRESSION DES GROUPES D’ÉLUS OPPOSITION Canal Seine-Nord- Europe Le budget supplémentaire voté par la droite annonce l’austérité à venir pour le budget 2016. Nous combattrons ces choix qui découlent des choix austéritaires du gouvernement qui impose une baisse brutale des dotations aux collectivités locales. Du jamais vu ! La volonté de casse du service public constitue l’ADN de la droite et ces baisses de dotations de l’Etat lui permet de s’exprimer sans complexe, d’autant plus encouragée lorsqu’un ministre « de gauche » E. Macron multiplie les déclarations et les actes qui donnent à voir sa vision ultralibérale de la société française remettant en cause notre modèle social français fort d’un secteur public garant des solidarités. Président du groupe  : Jean-Claude Renaux Membres  : Nathalie Marchand, René Lognon FRONT DE GAUCHE, GAUCHE SOLIDAIRE ET COMMUNISTE Collectivités locales en danger !... Les refrains de la reprise ne sont que des mots, jamais confirmés dans les faits. Ils ne peuvent cacher les objectifs de politique néolibérale menés par le gouvernement socialiste qui s’attaque, avec l’aide d’une partie de la droite sénatoriale, au service public et aux collectivités locales. Une nouvelle fois ce sont les populations déjà en « butte » à de très lourdes difficultés, au chômage, à toutes les formes de ségrégation et d’injustice qui vont payer l’addition. Présidente du groupe  : Dolorès Esteban Membre  : Claude Chaidron
CENTRE ET INDÉPENDANTS SOMME DROITE ET INDÉPENDANTE Élections régionales  : pourquoi il est important d’aller voter les 6 et 13 décembre Le Gouvernement a fait adopter par le Parlement un nouveau découpage des régions puis une Nouvelle Organisation Territoriale de la République (loi NOTRe), qui redistribue les compétences entre chaque collectivité. La première application concrète de la réforme territoriale est la tenue d’élections régionales au sein du nouvel ensemble Nord- Pas-de-Calais - Picardie les 6 et 13 décembre prochains. La nouvelle assemblée régionale siègera dès le mois de janvier 2016. SEULS 16 ÉLUS REPRÉSENTERONT LA SOMME SUR UN TOTAL DE 170 CONSEILLERS RÉGIONAUX Alors qu’Amiens va perdre son statut de capitale régionale, seize conseillers régionaux auront la lourde tâche de représenter la Somme au sein d’un Conseil régional où siègeront pas moins de 170 élus (116 pour le Nord-Pas-de-Calais et 54 pour la Picardie). Cette élection constitue un enjeu important pour le Conseil départemental, qui travaille en étroite collaboration avec le Conseil régional dans de nombreux domaines. LE CONSEIL RÉGIONAL, UN PARTENAIRE MAJEUR DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL La loi NOTRe va renforcer ce partenariat, dans le domaine éducatif notamment puisqu’elle prévoit la possibilité d’actions communes dans le cadre de la rénovation et de l’équipement des collèges et des lycées. La culture, le sport, le tourisme, la promotion des langues régionales et l’éducation populaire seront des compétences partagées et l’octroi des subventions pourra faire l’objet de conventions entre les collectivités. À l’inverse, la loi confortera la région comme collectivité compétente en matière économique et d’emploi. Elle fixera un schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) qui s’imposera à l’ensemble du territoire régional. Dès lors, la compétence et l’expérience des futurs conseillers régionaux ainsi que leur capacité à dialoguer, de manière républicaine, avec les autres collectivités seront des conditions essentielles du développement et de la cohésion de nos cantons. Les 6 et 13 décembre 2015, votons aux élections régionales ! Président du groupe  : Hubert de Jenlis Membres  : Franck Beauvarlet, Antoine Bruchet, Virginie Caron-Decroix, Carole Dumont, France Fongueuse, Claude Hertault, Christelle Hiver, Olivier Jardé, Françoise Maille-Barbare, Jocelyne Martin MU, tftftt "9" tttft 3 HM *Mt trit Mt, 2 2 11 www.somme.fr/groupes 11 t H EXPRESSION DES GROUPES D’ÉLUS 15 2MAJORITÉ Remettre de l’ordre dans le budget au service des habitants Le 1er octobre dernier a été voté le Budget Supplémentaire, occasion pour la nouvelle majorité de commencer à remettre de l’ordre dans les finances départementales. Corriger un budget primitif biaisé de 12 millions d’euros et marquer notre souci de redresser le Département, tels ont été les enjeux que nous avons portés. En cohérence avec notre promesse de ne pas augmenter les impôts, nous avons diminué de 3 millions le recours à l’emprunt grâce aux économies faites cet été. Et des efforts, il faudra en fournir ! L’audit financier commandé par le Président Laurent Somon montre que l’état des finances de notre Département est inquiétant, comme dans les 2/3 des départements français. Malgré l’affirmation de l’ancienne majorité d’avoir eu « une gestion saine et rigoureuse », le Département est bien confronté à certains des choix qu’elle a faits, favorisant la hausse de certaines dépenses  : > dépenses liées au revenu de solidarité active mais pas pour la création d’emplois. > dépenses de personnel, avec une masse salariale qui a augmenté de près de 20% ces cinq dernières années sans qu’aucune compétence nouvelle n’ait été attribuée au département. > dépenses pour le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes, mais liées aussi aux conséquences du projet de loi sur le vieillissement qui ne prévoit pas une compensation intégrale des coûts supplémentaires engendrés. Enfin, faute d’une politique efficace du Gouvernement pour l’emploi, le RSA constitue la dépense qui augmente le plus, rendant son financement de plus en plus difficile et bientôt impossible. Nous préparons un nouveau plan d’insertion et de retour à l’emploi. En parallèle, l’État entérine aujourd’hui une troisième réduction drastique de la dotation globale de fonctionnement attribuée aux collectivités avec une nouvelle réduction de 3,67 milliards. Avec les recettes qui diminuent, le Département est pris dans un véritable effet ciseaux. Il se trouve face au défi de faire plus avec moins. Nous avons d’ores et déjà commencé à prendre des mesures importantes qui permettront d’effectuer des économies  : > Le projet des Maisons de la Vallée, ces maisons éclusières rénovées pour un coût exorbitant, a vu dès cette année, diminuer de 1 million d’euros les crédits prévus pour la seconde tranche des travaux. > Les frais de personnel ont été réduits de 500.000 € grâce notamment à la réduction des indemnités des élus, à la réduction de 50% du nombre d’emplois pourvus tant au cabinet que dans les groupes de la majorité, mais également par le non renouvellement d’un certain nombre de contrats arrivés à échéance lorsqu’ils n’étaient pas indispensables. > Nous avons également diminué les dépenses de communication de 110.000 € . Cette économie s’est traduite par la parution, non plus mensuelle, mais bimestrielle de notre magazine Vivre en Somme. Malgré tout, nous avons à cœur de ne pas devenir de simples gestionnaires du Département. Nous souhaitons le faire avancer, en appliquant une politique de bon sens et en optimisant les ressources. Et des choix devront être faits afin d’assurer un taux d’investissement dans les territoires équivalent aux années précédentes, avec prudence et rigueur. Nous sommes déterminés à défendre le rôle du Département qui assure une politique de proximité face à un éloignement permanent des Institutions et des services publics. Président du groupe  : Emmanuel Maquet Vice-présidente du groupe  : Brigitte Lhomme Membres  : Laurent Somon, Carole Bizet, Pascal Bohin, Pierre Boulanger, Stéphane Decayeux, Margaux Delétré, Marc Dewaele, Isabelle de Waziers, Maryline Ducrocq, Stéphane Haussoulier, Sabrina Holleville-Milhat, Séverine Mordacq, Philippe Varlet



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :