[80] Vivre en Somme n°93 mar/avr 2015
[80] Vivre en Somme n°93 mar/avr 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°93 de mar/avr 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Somme

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : élections départementales... les 23 nouveaux cantons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 UNE SOMME D’ACTIONS Vivre en Somme n°93 - mars 2015 Sport et tourisme au cœur de la future base nautique La base de loisirs de Picquigny est actuellement en travaux. À terme le Centre Animation Jeunesse, le comité départemental de canoëkayak et le club de Picquigny « Vieille Somme » se partageront les nouveaux locaux. Les services du Conseil général vont procéder, d’avril à octobre, à une campagne de renouvellement des marquages au sol des routes départementales. Effectuée chaque année, elle va concerner environ 1000 km sur les 4 600 que compte le réseau samarien. « Nous reprenons les marquages les moins performants, mais également les plus anciens, grâce à un historique des campagnes de renouvellement », précise Pierre Gourlin, chef du service gestion et entretien programmé des infrastructures au Conseil général. Ces opérations de signalisation horizontale concernent aussi bien l’axe de la chaussée L a Communauté de communes de l’Ouest Amiénois ambitionne de renforcer le développement touristique du secteur en s’inscrivant dans le Grand Projet Vallée de Somme du Conseil général. « Le projet de réhabilitation de la base nautique de Picquigny lui permettra de se doter d’infrastructures de qualité afin d’accueillir le grand public. L’accès au sport pour tous, la promotion du sport comme vecteur éducatif… des objectifs communs qui expliquent le soutien du Conseil général à hauteur de 240 000 € », souligne Gilbert Mathon, vice-président du Conseil général chargé du tourisme et du sport. D’ici le premier semestre 2016, le comité départemental de canoë-kayak et le club de Picquigny disposeront d’espaces dédiés tels un atelier de réparation de bateaux et un hangar de stockage. Ils bénéficieront également d’un bâtiment partagé avec le Centre Animation Jeunesse destiné à accueillir une aire de jeux couverte, des bureaux, des vestiaires… Avec un ponton en bois d’accès à la Somme et un aménagement des abords du site grâce à des arbres créant un filtre végétal, le projet promet de mettre en valeur le seul bassin d’eau vive naturel du nord de la France. G.Y. Renouvellement des marquages au sol JohannBeldame Stld 0 que les stops, cédez-le-passage ou flèches de rabattement. Elles portent également sur les chaussées dont le revêtement est renouvelé par réalisation d’une couche de surface en enduit superficiel ou en enrobés. L’ensemble du marquage du réseau départemental est ainsi renouvelé tous les 4 à 5 ans. Ces travaux sont essentiellement réalisés en régie par des équipes spécialisées du Conseil général. À cette occasion, comme sur d’autres chantiers en cours et à venir, des panneaux sensibilisent les usagers de la route à la sécurité des agents départementaux. Pour votre sécurité et la leur, soyez vigilants lors de vos déplacements. F.V.
iiiiiiiiiii Vivre en Somme n°93 - mars 2015 UNE SOMME D’ACTIONS 15 Test réussi pour les chasses hydrauliques Une réunion publique, organisée le 16 février dernier à Abbeville, a présenté le bilan très positif de l’expérimentation des chasses hydrauliques opérées depuis deux ans sur les ouvrages de Saint-Valery-sur-Somme. Les chasses vont pouvoir se poursuivre sur le long terme. L a troisième et dernière phase d’expérimentation des chasses hydrauliques s’est achevée à l’automne 2014. Propriétaire et gestionnaire du Canal de la Somme et de la Somme canalisée ainsi que des ports de pêche en Baie de Somme, le Conseil général a initié ces expérimentations fin 2012. Le processus nettoie naturellement le chenal et les ports de Saint-Valery-sur-Somme et lutte contre l’ensablement de cette partie de la Baie de Somme. L’objectif premier est d’assurer l’accès à la mer, de maintenir la navigation et donc les activités commerciales et touristiques sur la zone. Grâce à un brusque lâcher de l’eau stockée dans le canal maritime entre Abbeville et Saint Valery-sur-Somme, un fort courant crée un « effet de chasse » qui repousse vers le large les sédiments déposés par la marée au fond du chenal portuaire. Efficacité et préservation de l’environnement Ces lâchures sont gérées par un automate sous la supervision d’un agent du Conseil général présent sur site. « L’analyse des résultats de la troisième phase d’expérimentation confirme les conclusions tirées des essais précédents : le bilan est très satisfaisant du fait d’une efficacité hydraulique avérée et de faibles impacts sur l’environnement », indique Jérome Cavory, adjoint au directeur de la modernisation des infrastructures au Conseil général. Le mode de gestion des ouvrages de Saint-Valery-sur-Somme va à présent pouvoir être actualisé, après autorisation préfectorale, afin de pouvoir recourir aussi souvent que nécessaire aux chasses hydrauliques. Un protocole de réalisation des chasses et de suivi hydraulique a été rédigé en ce sens par le Département en concertation avec ses partenaires : l’Association Vigilance Inondations d’Abbeville (AVIA), le Sport Nautique Valéricain, les Pêcheurs à la Ligne du Ponthieu et les élus locaux. F.V. CG 80



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :