[80] Vivre en Somme n°89 octobre 2014
[80] Vivre en Somme n°89 octobre 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°89 de octobre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Somme

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : sapeurs pompiers mobilisés pour la sécurité des Samariens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 une somme de découverteS Vivre en Somme n°89 - octobre 2014 SPORT Les Spartiates d’Amiens en route vers l’Élite L’équipe senior A de footballaméricain des Spartiates d’Amiens Picardie vise pour cette nouvelle saison son retour en Élite, la catégorie suprême du footballaméricain en France, dans laquelle elle a été déjà trois fois championne. Les Spartiates d’Amiens livrent leurs combats sur le gazon depuis 1987, mais sans blessure grave, comme l’atteste leur kinésithérapeute depuis dix ans. Après deux ans en D2, ils espèrent remonter en élite à l’issue de cette saison 2014/2015. Un nouvel entraîneur va être recruté et deux joueurs américains devraient rejoindre les rangs des Spartiates d’ici la fin de l’année. Cette association sportive, soutenue par le Conseil général, compte aujourd’hui 138 licenciés pratiquant le footballaméricain ou le flag, un dérivé du premier se pratiquant en équipe mixte, et pour lequel les joueurs et joueuses doivent arracher une bande de tissu pour symboliser le placage. Les plus jeunes, dès douze ans, peuvent ainsi s’initier aux tactiques du jeu, sans les contacts. Mais le flag est une pratique à part entière, puisque le club compte une équipe senior qui a remporté un titre national en 2011. Un sport tactique Le footballaméricain est, certes, un sport de contact, mais surtout de stratégie. Des combinaisons de jeu sont prévues à l’avance avec l’entraîneur, ce qui n’empêche pas le hasard d’intervenir en cours de partie. Sport collectif avec onze joueurs sur le terrain, les postes sont multiples, permettant à toutes les statures de jouer  : de 70 à 140 kg ! Et le matériel n’a cessé d’évoluer pour garantir un maximum de protection contre les chocs. Le club est toujours à la recherche de nouveaux joueurs, dès l’âge de 10 ans, et de tous niveaux, avides d’intégrer les Spartiates, ces guerriers antiques sans peur. Et pour se donner du courage, ils peuvent compter sur l’équipe de « cheerleading », des poms-poms girls qui pratiquent gymnastique et acrobatie. Gwendoline Yzèbe le +sur WEB lesspartiates.com Gevuça - Léandre Leber GY PARoles de professionnel Philippe Vandurme, président des Spartiates d’Amiens Picardie Comment êtes-vous devenu kinésithérapeute des Spartiates et de l’équipe de France junior de footballaméricain ? Les Spartiates m’ont contacté en 2004 suite au départ de leur kiné. Cette année-là, ils sont devenus champions de France en Élite et je ne les ai pas quittés depuis ! Suite à leur victoire, j’ai été contacté pour accompagner l’équipe de France Junior. Vous êtes parti avec l’équipe de France Junior au Koweït en juillet… C’était ma quatrième coupe du monde avec eux. Les juniors étaient en lice avec huit nations et pour la plupart c’était leur première grande expérience de compétition. Si je suis là pour soigner les blessures durant les matchs, j’assure également un accompagnement humain en les encadrant. Ce sont de belles expériences ! Vous êtes président des Spartiates depuis 2013, quels sont vos projets pour le club ? Grâce à toute l’équipe du bureau, nous sommes de plus en plus connus dans la Somme et ailleurs, il faut poursuivre ce travail en proposant notamment le flag dans les écoles. Nous souhaitons également retrouver une base de joueurs picards qui restera stable et former davantage de jeunes à devenir entraîneur de haut niveau.
Vivre en Somme n°89 - octobre 2014 une somme de découverteS 27 Venez courir contre la douleur ! Le 19 octobre, à la veille de la Journée mondiale de lutte contre la douleur, aura lieu au vélodrome d’Albert une « course contre la douleur ». « C’est une première en France, indique le docteur Johan Leclerc, président de l’Association de lutte contre la douleur Amiens Picardie (ALDAP), réseau de professionnels de santé organisateur de l’événement. Nous proposons deux parcours, 5 et 10 km, ouverts à tous les coureurs et marcheurs de plus de 18 ans  : aussi bien les patients souffrant de douleurs que les sportifs, les professionnels de santé, le grand public… C’est cette mixité qui fait la richesse de l’événement. » La course sera précédée d’un échauffement en musique par un professeur de sport, et des kinésithérapeutes donneront des conseils pour bien récupérer. « L’objectif est de promouvoir l’activité physique et les thérapeutiques non médicamenteuses, qui améliorent le quotidien des patients souffrant de douleurs. L’activité physique, par la pratique d’un sport sur mesure, peut soulager la douleur, voire allonger l’espérance de vie pour certaines pathologies », expose Johan Leclerc. Les participants recevront un t-shirt, un paquet de bonbons au coquelicot et un livret informatif sur les lieux de prise en charge de la douleur chronique. F.V. Le club de judo chepois, fier de ses 37 ans Chepy, village de 1 350 habitants dans le Vimeu, compte depuis 37 ans un club de judo qui peut être fier de son palmarès. « N ous avons eu plusieurs champions départementaux, régionaux et une équipe féminine en 1 re division qui fit se déplacer la presse et la télévision durant la saison 2001-2002 », se DR C’EST BON À SAVOIR Départ des courses  : 10h pour le 5 km et 10h30 pour le 10 km. Accueil des participants dès 9h. Inscriptions sur ch-albert.fr (5 € dans un but non lucratif). souvient Gérard Demarcy, président du club de judo de Chepy. Cette association de 104 adhérents n’a donc rien à envier aux grands clubs avec sa salle dotée de 200 m² de tapis, mise à disposition par la municipalité, et les nombreuses participations des jeunes judokas à des compétitions et des stages. « Entraide et solidarité sont deux mots-clés du judo, nous aidons donc les judokas en prenant à notre charge une partie des frais de déplacement, souligne Gérard Demarcy. Nous pratiquons également un tarif dégressif pour les familles ayant plusieurs pratiquants. Le soutien du Conseil général et de la municipalité est essentiel pour notre fonctionnement. » Avec le baby judo les lundis et mercredis soirs, les enfants peuvent s’initier à la discipline dès 3-4 ans, idéal pour leur apprendre la patience et le contrôle de soi. Et pour les adultes, aucune limite d’âge, seule la passion compte ! G.Y. le +sur WEB judoclubchepy.blogspot.fr JaySi



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :