[78] Yvelines n°29 sep/oct/nov 2019
[78] Yvelines n°29 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Yvelines

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : fiers de nos agriculteurs !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 ACTUALITÉ ÉCLAIRAGE QUARTIERS POLITIQUES DE LA VILLE Par-delà les murs… agir vite sur tous les fronts Dans les quartiers défavorisés, plus du tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté. Les habitants peinent à accéder aux bassins d’emploi, aux services. Le décrochage scolaire y est plus important qu’ailleurs. Pour changer la donne, améliorer le quotidien des habitants et donner un avenir aux jeunes, le Département a lancé en 2018 un Plan d’amorce à la rénovation urbaine, unique en France. 42 opérations réparties sur 16 communes et 17 quartiers. L’histoire des cités est liée au choc de la crise économique, de la désindustrialisation et la rupture d’un modèle d’intégration. Sujet brûlant qui cristallise les tensions. Entre angélisme et « pensée bisounours » des uns et diabolisation des autres, les banlieues françaises exacerbent les passions. Il y a les « banlieues du JT de 20h » et celles du quotidien de leurs habi- tants. D’un côté, l’objectif fait le focus sur l’insécurité, la délinquance, et le communautarisme avec des clignotants, il est vrai, au rouge. De l’autre, des habitants qui avouent aimer leur quartier et trouvent que la situation s’y améliore (plus de #29 automne 2019 50% d’après une étude du Credoc de 2014). Deux prismes pour une même réalité. Qui ne cache en rien l’urgence qu’il y a de les transformer pour les sortir d’une spirale de pauvreté. Les problèmes qui s’y enkystent ne sont pas une fatalité. Le courage politique, l’ambition et les moyens peuvent abattre les murs qui les isolent. Le plan de Jean- Louis Borloo « Vivre ensemble – Vivre en grand la République, pour une réconciliation nationale », avec ses 19 propositions audacieuses, allait, de l’avis des élus et acteurs de terrain, dans le bon sens, « sans en être l’alpha et l’oméga ». Emmanuel Macron n’en a retenu que quelques mesures. Importantes, mais largement in- Même si ce plan banlieue n’a pas été suivi, il reste une bible pour beaucoup d’hommes et de femmes de terrain », estime Jean-Philippe Acensi, ancien président du mouvement des « faizeux » (Bleu, Blanc, Zèbre).
Pour lui, et bien d’autres, il y a urgence à aborder globalement les problèmes des banlieues au risque de subir une explosion sociale. Qui d’ailleurs a déjà commencé. Il faut qui, sur le terrain, abandonnés par l’État, doivent assurer un « service après-vente » complexe, sans en avoir les moyens. « Nous avons perdu une partie de la substance du dynamisme territorial que nous « Les habitations font la ville mais les citoyens font la cité » Jean-Jacques Rousseau Le foisonnant marché du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie, est le plus fréquenté d’Île-de-France. Borloo et l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru). La bonne version de la verticalité est et approfondir la décentralisation », président du Sénat. « Ghettos », « zones de non- termes aussi ne sont pas neutres et portent en eux les stigmates d’une sociologie urbaine qui doit frapper les esprits, faire sensation. « Quartiers politique de la ville » ou « QPV », c’est déjà moins négatif. Les habitants de ces quartiers en ont ras-le-bol. S’ils dénoncent les caïds qui « bloquent » la cité, ils regrettent tout autant le regard que portent leurs concitoyens sur leur lieu de vie. « La stigmatisation engendre un rapport ambivalent des habitants à leur propre quartier, qui se traduit à la fois par une attitude de rejet et de défense », écrit Cyprien Avenel, sociologue, auteur de #29 automne 2019 ÉCLAIRAGE ACTUALITÉ 13 Les actions du Département 200 M € pour transformer avec ambition les quartiers grâce au dispositif départemental Prior’Yvelines, avec au moins 100 M € consacrés aux projets de rénovation urbaine portés par les collectivités entre 2018 et 2024 de relance et d’intervention pour l’offre résidentielle. 45 M € débloqués sans attendre les conventions ANRU pour lancer, quarantaine de chantiers, de grande ampleur (plusieurs ont démarré. Lire Yvelines-infos.fr). 100 M € pour promouvoir une offre éducative d’excellence en investissant d’excellence, pédagogie innovante (lire page 30-31), création de cités éducatives… 20 M € pour accompagner les copropriétés fragiles avec le programme yvelinois de rénovation énergétique. 197 M € pour encourager la mobilité voies, création de nouveaux axes pour une meilleure desserte des transports en commun) et désenclaver rapidement les quartiers défavorisés. 262 M € les missions de solidarité et de prévention du Département  : focus sur la jeunesse, accompagnement périscolaire, prévention, insertion professionnelle… avec les actions de l’agence départementale d’insertion ActivitY’qui accélère les partenariats avec les grandes et petites entreprises du territoire pour qu’elles recrutent davantage de personnes au RSA et des publics fragilisés des quartiers prioritaires…



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :