[78] Yvelines n°25 sep/oct/nov 2018
[78] Yvelines n°25 sep/oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de sep/oct/nov 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Yvelines

  • Format : (200 x 290) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 19,2 Mo

  • Dans ce numéro : les moteurs de l'innovation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
RURALITÉ Louise Bersihand, directrice du TAD* Terres d’Yvelines « Nous sommes le premier interlocuteur des élus et habitants ruraux » Quels sont les enjeux pour le service public en zone rurale ? Le Conseil départemental affirme une volonté forte de soutenir la ruralité et met tout en œuvre pour maintenir l’équilibre du territoire. Un des enjeux, c’est qu’il y ait une lisibilité de l’action départementale jusque dans les zones rurales les plus isolées. Les mêmes qualités de services pour tous. Or, dans le contexte de repli des dotat ion s de l’État, il faut sans cesse innover pour que l e s services au public continuent d’exister. La création des services itinérants, par exemple, est une solution qualitative pour combler 14 I YVELINES - AUTOMNE 2018 les vides. Chaque jour, nous accompagnons les communes rurales dont nous sommes, à Rambouillet, les premiers interlocuteurs. Le soutien porte aussi bien sur l’investissement pour l’amélioration du cadre de vie que sur le développement des transports ou des maisons médicales. On déploie dans les zones rurales toutes les compétences et missions départementales. Avec les dispositifs de soutien à l’investissement (contrat s r u r a u x, c on t r a t s départementaux), nous accompagnons les communes et intercommunalités sur leurs projets, en lien avec l’agence départementale IngénierY. Actuellement, « Avec les nouveaux mode de vie qui se dessinent, nous devons apporter les réponses adéquates » nous soutenons les fusions de petites communes pour faciliter la réalisation d’investissements lourds, les communes nouvelles devenant éligibles à la dotation d’équipement. À quels nouveaux défis les villages sont-ils confrontés ? L’accueil de populations nouvelles venues de milieux urbains est un vrai défi pour nos maires, les agriculteurs et les habitants de longue date. Les « néo-ruraux » s’installent à la campagne pour le cadre de vie et s’attendent à y trouver les mêmes prestations qu’en ville. Nous observons également l’émergence d’une nouvelle tendance, encore timide mais certainement appelée à se pérenniser  : le désir des populations rurales de s’ancrer autrement dans leur environnement et d’y vivre de façon plus solidaire. Cela passe par la recherche de circuits courts pour s’alimenter, par le partage des services, pour garder un enfant ou faire du co-voiturage, par le développement de « ressourceries » pour échanger les savoir-faire et créer du lien social de proximité… Quelles réponses leur apporter ? Le déploiement du très haut débit va permettre aux communes de créer des espaces de co-working, des tiers-lieux près des gares. Il faut aussi penser à l’ouverture d’espaces parents/bébés, pourquoi pas itinérants… La culture a aussi toute sa place. Nous subventionnons de nombreuses petites bibliothèques. Maintenant nous allons plus loin en favorisant le développement des réseaux pour encourager la mutualisation des équipements, des ressources et des services. Avec les nouveaux modes de vie qui se dessinent, nous devons apporter les réponses adéquates. Et si l’on ne peut pas être partout, il faut que le service public innove, en s’appuyant sur des partenaires locaux, des relais…, nous y travaillons ! * Territoire d’action départementale. Propos recueillis par Sandrine Gayet
Des services itinérants à la rencontre des villages Faciliter le quotidien des ruraux, répondre à leurs attentes, ne sont pas juste des promesses. Depuis les Assises de la ruralité initiées par Pierre Bédier, Président du Conseil départemental, et Pauline Winocour- Lefèvre, Vice-présidente déléguée à la ruralité, le Département a consulté, écouté et mis en œuvre des actions très concrètes. La PMI mobile, fil d’Ariane des campagnes Il est 11h, Sylvie est à l’heure. Dans la poussette, le petit Quentin mâchouille ce qu’il reste d’une oreille de son doudou-lapin. La maman a rendez-vous pour faire examiner le bambin de 18 mois au Bus PMI qui, ce mercredi, fait halte place RURALITÉ 16% de la population Yvelinoise vit à la campagne, qui couvre 60% du territoire. Dans un souci d’équilibre territorial, pour que chacun ait accès aux mêmes prestations, le Département met en place des services itinérants de santé, d’insertion, de prévention jeunesse et autour de la culture. Le Bus PMI rencontre un vif succès dans les zones rurales, auprès de tous les publics. Élus et usagers plébiscitent ce service public itinérant. du 8-Mai-1945 à Beynes. « C’est génial, ce bus santé, car je n’ai pas le permis de conduire pour me rendre dans un centre », sourit la jeune femme. En attendant de voir le médecin déjà en consultation dans une des deux cabines aménagées, elle bavarde avec l’infirmière. Apparemment le garçonnet a souvent le hoquet mais elle est rassurée par les conseils qui lui sont prodigués. Le tour de Sylvie arrive, elle grimpe à bord du camping-car alors qu’un couple se présente avec leur fillette de 3 ans. Et cela va s’enchaîner toute la journée, le carnet des rendez-vous est plein. Ce bus rose et blanc sillonne les routes de campagne depuis presque deux ans et rencontre un vif succès. Outre le chauffeur, il y a un médecin et une infirmièrepuéricultrice qui assurent des consultations gratuites, de prévention pour les nourrissons et les enfants de moins de 6 ans. Cette PMI itinérante remplit une mission majeure de santé publique et noue une véritable relation de proximité avec les Yvelinois les plus éloignés des centres de protection maternelle et infantile. Pour les 9 communes* desservies, c’est une réponse sanitaire essentielle là où il n’y avait rien ou pas assez * Jouars-Ponchartrain, Bonnières, Beynes, Saint- Arnoult-en-Yvelines, Septeuil, Maule, Bréval, Ablis et Saint-Rémylès-Chevreuse. YVELINES - AUTOMNE 2018 I 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :