[78] Yvelines n°24 jun/jui/aoû 2018
[78] Yvelines n°24 jun/jui/aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de jun/jui/aoû 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Yvelines

  • Format : (200 x 290) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 19,6 Mo

  • Dans ce numéro : terre de vélo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
ÉDUCATION Webforce 3, déclic pour un job Le Campus, aux Mureaux, accueille depuis fin mars la première promotion yvelinoise de l’école Webforce 3 qui forme au métier de « développeur intégrateur ». Une alternative prometteuse au cursus classique. Certains n’avaient pas imaginé pouvoir vivre de leur passion. Avec Webforce 3, c’est possible. Florence Bourdillat, Responsable du secteur Yvelines chez Webforce 3 32 I YVELINES - ÉTÉ 2018 On pourrait les appeler « les pionniers ». Ils constituent la première promotion de cette école innovante implantée sur le Campus, « Cité de l’innovation et des métiers de demain ». Ils ont entre 19 et 58 ans, autodidactes peu diplômés ou bac +3 en reconversion, mais avec un point commun  : la passion pour le numérique. Pour Florence Bourdillat, directrice du projet et responsable du secteur Yvelines chez Webforce 3, ces profils atypiques font toute la force de l’école  : « Notre pédagogie repose sur une formation concrète, très opérationnelle, qui répond précisément aux attentes des entreprises et à leur évolution. Peu importe d’où vous venez, l’essentiel est d’avoir l’esprit logique, la motivation et l’envie de travailler dans le numérique. C’est le projet professionnel qui compte. » Le digital en quête de compétences Sélectionnés sur leur motivation ainsi que sur des tests de logique et de culture web, les élèves suivent des cours intensifs pour décrocher deux certifications reconnues  : « Technique d’intégration » et « Technique de développement web ». Un tremplin assuré vers des métiers attractifs mais sous tension. Il faut savoir Les « pionniers »  : Rachma, Pascal, Chéffia, James, Prineet, Grégory, Jean- François, Pransun, Freddy, Glenn, Maxime, Shalimon, Jean-Christophe et Julien. qu’en France, le nombre de postes non pourvus dans le numérique est estimé à 50 000, faute de travailleurs qualifiés immédiatement opérationnels. « À l’issue des formations, les candidats sont employables, car agiles et compétents. Ils peuvent même envisager d’exercer en télétravail, voire avec l’international », précise Florence Bourdillat. Parmi les quinze apprenants de la promo, l’ambiance est vraiment UNE INITIATIVE EN FAVEUR DE L’ANCRAGE TERRITORIAL sympa et on les sent solidaires. « On a beaucoup de travail à faire le soir et les week-ends, c’est dur, mais c’est génial », sourit une stagiaire. « Si on a un souci, on sait que les autres sont là, on n’est pas tout seul », renchérit un autre. « J’ai de la chance d’être là. Je n’ai pas fait trop d’études mais j’adore les cours. Après j’ai envie de continuer dans ce domaine pour travailler à la création de jeux vidéo », confie l’un des plus jeunes « pionniers ». S.G. Patricia Ovadia, Directrice du Campus (structure départementale implantée dans un parc boisé des Mureaux), est à l’origine de ce projet. Elle a en effet initié les synergies entre l’école parisienne Webforce 3 et l’agence départementale pour l’insertion, ActivitY, afin de booster les métiers du digital en Vallée de Seine. ActivitY a financé cette première promotion en permettant à des bénéficiaires du RSA d’entrer chez Webforce 3. Au printemps, l’école a ouvert une nouvelle antenne à Trappes, pour former au digital des jeunes issus des quartiers classés politique de la ville.
Collège  : ce qui va changer pour vos enfants à la rentrée L’éducation est au cœur des missions du Département. Le budget que ce dernier alloue aux collèges est conséquent et sans cesse grandissant. En 2017, le Département a consacré 139 M € pour offrir un cadre de vie et d’apprentissage propice à la réussite de chacun. Le Département met l’accent sur plusieurs points prioritaires pour que les années-collège se déroulent dans un environnement de travail paisible et adapté. Une cantine responsable Afin d’améliorer la qualité de vie au collège, le Conseil Départemental s’engage dans une réforme de la restauration scolaire. Vincent, dont le fils, actuellement en 3e, est scolarisé au collège Marcel-Pagnol de Bonnières-sur-Seine, estime que la qualité de la cantine est correcte mais que « l’on devrait utiliser davantage de produits dont on peut tracer l’origine ». Plus de produits issus de circuits courts et de l’agriculture biologique seront proposés aux menus, avec des productions sur place chaque fois que cela est possible. Le Conseil départemental développera également la lutte contre le gaspillage alimentaire. Enfin, une tarification en fonction des revenus sera mise en place et les outils d’inscription et de paiement modernisés. Des trajets facilités Dans les Yvelines, les élèves sont répartis sur 139 collèges (116 publics et 23 privés). Le Conseil départemental prend en charge une partie du transport via les bus scolaires, qui permettent aux enfants de rejoindre leurs établissements en toute sérénité. Mathis prend le bus chaque jour et son père est satisfait de ce service  : « Malgré quelques retards occasionnels, le bus scolaire permet une certaine autonomie. » Chaque élève dispose de sa carte de transport nominative pour se rendre au collège. Ces bus scolaires facilitent la vie quotidienne des familles et permettent un accès plus pratique pour les habitants de zones rurales notamment. Ce service s’adresse à tous les collégiens, favorisant ainsi l’égalité. Plan numérique  : un enseignement moderne Le Département s’engage également depuis 2015 avec le Plan Numérique ÉDUCATION L’entrée au collège est une année charnière pour les élèves et pour leurs parents ! Nouvelles habitudes, nouveaux repères et réorganisation du quotidien. Le Département devient alors un acteur important pour le bien-être des collégiens et des équipes pédagogiques. Depuis cette année, tous les collèges des Yvelines disposent de la fibre optique ain si que de matériel informatique. géré par Yvelines Numériques. Depuis cette année, tous les collèges des Yvelines disposent de la fibre optique ainsi que de matériel informatique. D’ici l’année scolaire 2018/2019, toutes les classes seront également équipées de vidéoprojecteurs interactifs. Les équipements numériques sont fournis aux collèges en fonction d’un appel à projets pédagogiques selon les envies et les besoins de chaque établissement. Ce plan numérique n’est pas qu’une question de matériel, il s’agit surtout de « mettre en place une nouvelle forme d’éducation », YVELINES - ÉTÉ 2018 I 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :