[78] Yvelines n°23 mar/avr/mai 2018
[78] Yvelines n°23 mar/avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de mar/avr/mai 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Yvelines

  • Format : (200 x 290) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 19,7 Mo

  • Dans ce numéro : face aux Yvelinois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
ÉVASION Secrets d’inspirations des « Illustres » Marqués par l’empreinte d’une célébrité, certains lieux de mémoire arborent un label « Maisons des Illustres ». Les Yvelines en comptent désormais onze avec l’entrée du Musée départemental Maurice Denis dans ce cercle prestigieux. Une petite plaque orange avec une date, un nom, un titre. Rien d’ostentatoire. Et pourtant, toute une vie se cache derrière ces quelques mots. Celle d’un Illustre. Un homme, une femme, dont la vie ou l’œuvre forge notre histoire, notre culture, notre patrimoine commun. Dans les Yvelines, plusieurs façades arborent cette plaque, synonyme de « Maisons des Illustres ». Un label décerné par le ministère de la Culture, qui signifie aux passants que derrière ce vieux porche ou cette grille vert tilleul, un politique, écrivain ou artiste est né, a vécu ou trouvé l’inspiration. Une invitation à en franchir le seuil pour découvrir le bureau, l’atelier, la chambre ou le salon, toute l’intimité d’une personnalité qui a marqué son époque. S.G. 40 I YVELINES - PRINTEMPS 2018 Le Musée départemental Maurice Denis est labellisé Maisons des Illustres. Une reconnaissance méritée, comme celle attribuée à la maison de Léon Blum, rénovée grâce au Département. Alexandre Dumas vécut au Château de Monte-Cristo, qu’il acheta en 1847 grâce au succès de ses romans « Les Trois Mousquetaires » et « Le Comte de Monte-Cristo ». Les 11 Maisons des Illustres à visiter Musée départemental Maurice Denis (Saint-Germain-en- Laye). Collections d’œuvres d’art symbolistes, nabis et du groupe de Pont-Aven et œuvres de Maurice Denis, peintre et théoricien du mouvement nabi. Maison Jean Monnet (Bazochessur-Guyonne). Il fut un des pères fondateurs de l’Europe. Au « Clos des Metz » fut DR rédigé le Traité de Rome. Les Maisonnettes de Nadia et Lili Boulanger (Gargenville). Grandes musiciennes qui composèrent et enseignèrent ici. Maison Léon Blum (Jouy-en- Josas). Son bureau et sa bibliothèque sont conservés à l’identique. Château de Monte- Cristo (Port-Marly). C’est la résidence du prolifique écrivain Alexandre Dumas. Château de Médan (Médan) où vécut l’écrivain Maurice Maeterlinck et où séjournèrent Pierre de Ronsard et Paul Cézanne. Maison Zola (Médan). Il y écrivit une partie du cycle des Rougon- Macquart dont Germinal. Le Belvédère (Montfort-l’Amaury) fut la maison du compositeur Maurice Ravel. On y découvre des objets insolites. Le Moulin de Villeneuve (Saint- Arnoult). Au milieu d’un parc, tout l’univers d’Elsa Triolet et Aragon. Maison natale de Claude Debussy (Saint-Germainen-Laye). Pour le centenaire de sa mort, on redécouvre ses objets. Château de Vaux-sur-Seine du sculpteur Carlo Marochetti. Témoignage des arts du XIX e siècle. DR
L’an vert des trottoirs L’interdiction des pesticides et la protection de la biodiversité réhabilitent les pousses spontanées. Cela encourage aussi les communes à verdir les espaces publics. Des plumetis d’herbe, de trèfle ou de fleurs sauvages affleurent entre les pavés, s’échappent des jointures au pied des murs. La nature reprend le dessus. Pour certains, ces pousses sont de la chienlit qu’il faut arracher. Pour les autres, il faut au contraire se réjouir de cette végétation spontanée. Et on le voit au gré des promenades, de plus en plus de communes végétalisent trottoirs et pieds de murs. Ou du moins, laissent la nature s’épanouir dans le bitume. Nouveau trophée pour fleurir le bitume Verdir les murs, c’est impliquer les habitants qui peuvent s’approprier les espaces de proximité, jardiner les rues, participer à l’amélioration de leur cadre de vie. Cela favorise le lien social dans une activité plutôt sympa. Les roses trémières ont la cote mais on peut aussi organiser des jardinières d’herbes aromatiques (menthe, persil, thym…) à usage collectif… Les bonnes idées ne manquent pas. Le fleurissement des trottoirs et des pieds de murs est en pleine éclosion dans les Yvelines. À telle enseigne qu’en 2017, le Département a organisé iStockphoto des journées de formation pour les élus et les techniciens des espaces verts. Face à l’engouement que cela a suscité, en 2018 un nouveau trophée enrichira ceux décernés dans le cadre des Villes et Villages Fleuris sur le thème « Sentes, trottoirs et murs fleuris ». LE PARC DU PEUPLE DE L’HERBE REÇOIT UN PRIX NATIONAL ! ÉVASION « Le Jury souhaite encourager par ce trophée les fleurissements naturels des espaces urbains mais aussi le lien social. Les habitants peuvent devenir créateurs de leur cadre de vie », explique Marie-Hélène Aubert, présidente du Jury des Villes et Villages Fleuris. S.G. Le 9 mars, le Grand Prix « Milieux humides et Urbanisme 2017 » a été attribué au « PPDH » par les ministères de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Cette distinction a été remise à Joséphine Kollmannsberger, vice-présidente du Conseil départemental, déléguée à l’Environnement, au Tourisme et à la Culture. Prix prestigieux qui récompense la qualité exemplaire de l’aménagement réalisé à Carrières-sous- Poissy par la communauté urbaine GPS&O et le Département des Yvelines. YVELINES - PRINTEMPS 2018 I 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :