[78] Yvelines n°22 déc 17/jan-fév 2018
[78] Yvelines n°22 déc 17/jan-fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de déc 17/jan-fév 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Yvelines

  • Format : (200 x 290) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 18,5 Mo

  • Dans ce numéro : quels contours pour la métropole.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
ÉCONOMIE - EMPLOI Agriculture  : dans les sillons du futur Les agriculteurs retroussent leurs manches pour préserver leurs terres et la Terre. Leurs engagements sont à la pointe de l’innovation. 2017 en a vu pousser dans notre territoire. Les Yvelines s’exposeront au Salon de l’Agriculture du 24 février au 4 mars, Porte de Versailles Hall 3, à Paris, sur le stand Ouest Francilien. On mange quoi demain ? Pour le savoir, sillonnez les Yvelines. Outre une belle escapade dans un territoire riche et varié, vous découvrirez, ici et là, des fermes et des terres agricoles dynamiques, engagées dans des démarches innovantes, à l’instar de la Boîte à Champignons. Cela donne des produits de grande qualité, des cultures raisonnées, pleines de promesses  : fromages, pains bio, fruits et légumes, miels, confitures… le panier garni « Made in Yvelines » déborde de saveurs. Une houblonnière de « Houf » Connaissez-vous la ferme des Clos à Bonnelles, au cœur du splendide Parc naturel régional de la Vallée de Chevreuse ? C’est une pépite Des agriculteurs écoresponsables de la plaine de Versailles ont créé l’association Terre des Yvelines présidée par Dominique Tristant, pour engager une démarche collective en faveur de l’environnement, labellisée par la norme ISO 14001. Les adhérents veulent réduire leur empreinte carbone, améliorer leur production tout en réduisant la facture d’énergie. Cela passe par la mise en place de méthaniseurs (à la ferme expérimentale de Grignon et au zoo de Thoiry) ou de production in situ d’électricité (à la ferme de la Tremblaye). À retrouver sur www.terr-avenir.com 20 I YVELINES - HIVER 2018 d’inventivité. Un projet collectif qui réunit des agro-responsables. Ici s’épanouit le meilleur miel d’Îlede-France, au bas mot. Et bientôt, grâce à « Jo » alias JohannLaskowski, il en sortira de quoi brasser les meilleures bières au nord de la Loire, au moins. Il a pour cela, planté une houblonnière bio, La Houf dont les fleurs séchées seront fournies aux nombreux brasseurs artisanaux yvelinois et franciliens. Du vin de la plaine de Versailles 2017 a également vu l’implantation, à Davron, du premier vignoble francilien, une opération rendue possible grâce au Département, à la Chambre d’agriculture et à la Safer pour la rétrocession des terres. Ce projet TERRE DES YVELINES OBTIENT UN SUPER LABEL ÉCO innovant est mené par le chai urbain Winerie Parisienne. Leur choix d’implanter 16 000 pieds à 25 km de Paris est audacieux  : « Nous faisons le pari du Nord pour créer un style de vin nouveau » explique Julien Brustis, œnologue de la Winerie qui table sur une production de 7 000 bouteilles à l’hectare ! S.G.
ÉCONOMIE - EMPLOI Made in 78  : La Boîte à champignons, championne de « spore éco » Saint-Nom-la- Bretèche devientelle la capitale du pleurote Monte- Cristo ? Possible, grâce à la Boîte à champignons qui y développe leur culture sur du marc de café. Grégoire Bleu peut lire son avenir en rose dans le marc de café. Le co-fondateur de la Boîte à champignons a de quoi être fier, son entreprise est reconnue jusque dans les ministères. En novembre dernier, les ministres de la Santé et de l’Agriculture lui ont rendu visite à Saint-Nom pour découvrir ce concept original  : la culture des champignons sur du marc de café recyclé. Les pleurotes Monte- Cristo aujourd’hui, les morilles demain. Cette forme d’agro-urbanisme est prometteuse. Plus besoin d’attendre l’automne pour la cueillette. À Saint-Nom, la récolte a lieu tous les jours aux quatre saisons  : « Nous produisons 250 kg par semaine mais tablons sur 1 tonne très rapidement », sourit Grégoire. Les sous-bois emballés Le procédé est révolutionnaire. La start-up collecte des résidus urbains pour les transformer en pleurotes comestibles aux spores éclatantes. Rien ne se perd, tout se transforme, c’est leur crédo  : carton, copeaux de bois, paille, drêche de bière et surtout, marc de café, tout cela est amalgamé pour devenir un terreau exceptionnel. Dans les chambres de fructification, les pleurotes croissent en deux semaines dans des sacs  : « Nous y recréons le sous-bois d’automne avec beaucoup de CO 2, peu de lumière et une atmosphère douce », explique Grégoire Bleu, sans trop dévoiler les secrets de cette alchimie qui a nécessité trois ans de recherche. Son associé, Cédric Péchard a impulsé l’idée de cette économie circulaire qui fait travailler des personnes en insertion, autre dimension phare de la PME  : « On récupère auprès des collectivités et entreprises les cartons et le marc de café des machines. Ils contiennent de la cellulose, élément clé pour cultiver les champignons qui s’en nourrissent. On incorpore le mycélium et le tout forge un sous-bois fertile ». Le résultat donne des champignons goûteux que les chefs étoilés parisiens s’arrachent au marché de Rungis. S.G. DES KITS POUR LES PARTICULIERS Les kits de champignons à faire pousser chez soi sont partis comme des petits pains aux fêtes de fin d’année. Une idée simple et efficace. Chacun peut faire sa culture de pleurotes, les enfants adorent. Du reste, le site de l’entreprise propose des tutos mais aussi des recettes de cuisine concoctées par les grands chefs. Le « Do it yourself » made in 78… www.laboiteachampignons.com YVELINES - HIVER 2018 I 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :