[78] Yvelines n°18 déc 16/jan-fév 2017
[78] Yvelines n°18 déc 16/jan-fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de déc 16/jan-fév 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Yvelines

  • Format : (200 x 290) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 21,7 Mo

  • Dans ce numéro : ils vont faire 2017 !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
INNOVATION MIEUX COMPRENDRE LE RÉCHAUFFEMENT DE LA PLANÈTE Parmi leurs diverses missions, les chercheurs de l’Observatoire de Versailles Saint- Quentin récoltent des données très précises sur la haute atmosphère, la reconstitution de la couche d’ozone ou l’évolution des gaz à effets de serre. Leur constat est alarmant. Ses bâtiments sont discrètement installés à Montigny-le-Bretonneux, à quelques pas de l’Université de Versailles Saint-Quentin, dont il dépend. Mais sa réputation, elle, traverse allègrement les frontières. Créé en 2009, l’Observatoire de Versailles Saint-Quentin (OVSQ) est une structure sous tutelle du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) dédiée à l’étude des sciences de l’univers. À travers des programmes spatiaux internationaux ou des expéditions océanographiques, les chercheurs de l’OVSQ effectuent des prélèvements et collectent CHERCHER, EXPÉRIMENTER, ANALYSER 34 I YVELINES - HIVER 2017 des informations très précises sur des thèmes spécifiques. Leur mission  : chercher, expérimenter et analyser pour mieux comprendre les phénomènes physiques qui changent le monde au XXI e siècle. « Il y a une urgence climatique » « Toutes nos mesures prouvent qu’il y a une vraie urgence climatique, confirme Sophie Godin- Beekmann, Directrice de l’OVSQ depuis 2012. Les rejets de CO 2 ont dépassé les normes autorisées et le phénomène va s’amplifier si l’on ne change rien. » Sous l’effet du réchauf- Alexis Chezières fement, 500 milliards de tonnes de glace se déversent chaque année dans l’océan arctique, opérant des changements de courants et des variations climatiques brusques, pouvant expliquer l’augmentation du nombre de cyclones ou de tsunamis. « Prendre conscience, c’est bien. Mais cela ne suffit plus, reprend l’intéressée. À travers nos différentes formations, nous préparons les générations futures à réfléchir, et surtout à agir, en faveur du développement durable. » Pour sensibiliser le grand public, l’OVSQ organise, les vendredis midis, des conférences en accès L’OVSQ couvre divers champs disciplinaires  : l’observation des planètes et des atmosphères, l’étude du climat et de l’environnement, la recherche en économie écologique, et la santé des populations sur le long terme. Quatre laboratoires et deux équipes de recherche médicale y sont associés. Grâce à la Plateforme d’intégration et de test (PIT), les chercheurs de l’OVSQ conçoivent et intègrent leurs instruments d’observation. Sous l’effet du réchauffement, 500 milliards de tonnes de glace se déversent chaque année dans l’océan arctique. libre visant à vulgariser et valoriser la recherche effectuée par les laboratoires. Un beau moyen d’apprendre sur le monde à deux pas de chez soi. www.ovsq.uvsq.fr Le nombre de chercheurs, enseignantschercheurs, ingénieurs et personnels qui œuvrent pour l’OVSQ. Chaque année, ils forment près de 650 étudiants aux métiers du XXI e siècle. 550
TECOMAH ET LE HAUT NIVEAU DE L’APPRENTISSAGE -r AMÉNAGEMENT DU PAYSAGE'elle'- GESTION DES MILIEUX NATURELS ET DE LA FAUNE TRAVAUX PUBLICS, CONDUITE ET MAINTENANCE D'ENGINS I GESTION DE L'EAU AGROBUSINESS ± AGROFOURNITURE JEUNESSE Au sein de l’école de la CCI Paris-Ile-de-France, située à Jouy-en-Josas, les formations en apprentissage se déclinent jusqu’à Bac+5. Et les résultats sont flatteurs. Quoi de mieux qu’un parc arboré de 120 hectares pour développer une école de l’environnement et du cadre de vie ? Implantée à Jouy-en- Josas en même temps que HEC, la plus réputée des écoles de la Chambre de Commerce et d’Industrie Paris-Ile-de-France, Tecomah propose des formations dédiées à la « filière verte » depuis 1963. Désormais classée dans les « éco-activités », Tecomah a su adapter ses formations aux mutations des milieux professionnels. 750 étudiants y sont formés cette année, dont 400 par la voie de l’apprentissage. Et depuis 20 ans, les apprentis peuvent poursuivre leurs études jusqu’à un niveau Bac+5. « Les élèves qui ont acquis de bonnes connaissances techniques dans leur métier souhaitent parfois compléter leur parcours par une formation commerciale par exemple, explique Laurent Batreau, le manager pédagogique. Ils allient une expérience de terrain à un niveau de compétence élevé. » Au sein de la dernière promotion, Alexandre- Paul, 23 ans, fait partie de ces élèves qui ont suivi une bonne partie de leurs études par la voie de l’apprentissage, jusqu’à la formation en agrobusiness qui va le mener à un niveau bac+5 d’ici l’an prochain. De salarié agricole à commercial en agrobusiness « Ce n’est pas un choix facile car l’apprentissage n’est pas toujours bien vu. Personne ne m’a encouragé lorsque j’ai commencé en Bac Pro, en tant que salarié agricole. Mais aujourd’hui, je travaille aux côtés d’une équipe d’ingénieurs dans un groupe leader mondial de l’industrie chimique – BASF – et sur des sujets comme le suivi marketing des produits. » En période de crise, un besoin pour les entreprises David, 21 ans, partage une expérience similaire au sein d’une entreprise de 35 salariés spécialisée dans l’aménagement paysager. « Entre le bureau d’études, les relations avec les clients et les fournisseurs, je passe 60% de mon temps au bureau. Mais j’aime aussi être dans les jardins de nos clients pour participer au travail de terrain. Alexandre-Paul et David suivent chacun un cursus qui va les mener à un niveau Bac+5. C’est important de mettre la main à la pâte. » « Leurs parcours sont atypiques car on choisit en général l’apprentissage pour apprendre un métier rapidement, reprend Laurent Batreau. Mais, en période de crise, les entreprises ont un besoin accru de technico-commerciaux très qualifiés. » Ainsi, sur les 110 élèves qui ont suivi une formation commerciale en agrofourniture (Bac+3) l’an dernier, 109 étaient en activité six mois après leur sortie, dont 62% en CDI. Journée portes ouvertes le 28 janvier Pour découvrir les formations (en temps plein ou en apprentissage) proposées à Tecomah, et son site exceptionnel, rendez-vous le samedi 28 janvier à Jouyen-Josas. www.tecomah.fr YVELINES - HIVER 2017 I 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :