[78] Yvelines n°14 déc 15/jan-fév 2016
[78] Yvelines n°14 déc 15/jan-fév 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de déc 15/jan-fév 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Yvelines

  • Format : (200 x 287) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 18,7 Mo

  • Dans ce numéro : unis pour voir plus loin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
DOSSIER À terme, cette union pourrait-elle déboucher sur une fusion ? P.Devedjian  : Notre priorité est que cette fusion ne soit pas gesticulatoire. C’est pour cela que nous ne commençons pas par de grandes proclamations mais par ce qu’il y a de plus difficile  : la mise en commun technique, effective de nos moyens. Et progressivement, nous allons créer un ensemble politique unique. P.Bédier  : Nous souhaitons effectivement tendre vers une fusion. Mais ne brusquons pas les choses. Je veux que tout le monde, citoyens et élus locaux, soit convaincu de l’intérêt de Les premières mesures concrètes Des paroles et des actes. En parallèle de l’annonce faite par Pierre Bédier et Patrick Devedjian, le rapprochement des Yvelines et des Hauts-de-Seine a déjà commencé. Création d'un centre interdépartemental pour adultes handicapés afin de lutter contre « l'exil du handicap ». Les Yvelines et les Hauts - de-Seine, en collaboration avec le Val- d'Oise, vont s'associer pour construire un Foyer d'Accueil Médicalisé (FAM) pour adultes en situation de handicap psychique. Il devrait permettre aux familles de ces trois départements de ne plus être contraintes d'envoyer l'un des leurs dans des établissements spécialisés en Belgique, faute de places. Aujourd'hui, 165 Yvelinois sont hébergés de l'autre côté de la frontière. Ce futur FAM, dont la construction a reçu l'accord de principe de l'Agence Régionale de santé (ARS), sera implanté dans les Yvelines. Il permettra la création de quelque 120 emplois. Paroles d’Yvelinois 30 I Création d’un centre interdépartemental pour adultes handicapés afin de lutter contre « l’exil du handicap ». Les Yvelines et les Hauts-de-Seine, en collaboration avec le Val-d’Oise, vont s’associer pour construire un Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM) pour adultes en situation de handicap psychique. Il devrait permettre aux familles de ces trois départements de ne plus être contraintes d’envoyer l’un des leurs dans des établissements spécialisés en Belgique, faute de places. Aujourd’hui, 165 Yvelinois sont hébergés de l’autre côté de la frontière. Ce futur FAM, dont la construction a reçu l’accord de principe de l’Agence Régionale de santé (ARS), sera implanté dans les Yvelines. Il permettra la création de quelque 120 emplois. YVELINES - JANVIER 2016 cette démarche. Dans nos espaces ruraux comme dans nos centres urbains. Quel bénéfice votre Département compte-t-il tirer de cette alliance ? P.Bédier  : Aujourd’hui, la grande question, c’est l’emploi. Or, nos deux Départements ont toujours inscrit le développement économique au cœur de leur action. Pour les Yvelines, la proximité avec La Défense, 1er quartier d’affaires européen, est un atout formidable dont nous devons tirer parti. D’autant que demain, grâce à Eole, les temps de parcours seront considérablement réduits d’Ouest en Est. P.Devedjian  : Les Yvelines Exploitation et entretien de la voirie. S'il est acté que les centres d'exploitation des routes, et leurs agents, restent au plus près du terrain, sur leur territoire d'action, les équipes administratives de la direction des mobilités des deux Départe - ments pourraient être réunies. Une organisation commune pour une mutualisation des moyens et des ressources afin, par exemple, d'obtenir des tarifs préférentiels de commandes groupées (sel, en- robé, etc.). Étienne, 33 ans, Viroflay « C’est toujours une bonne idée de regrouper ses forces. Encore plus si cela permet de réduire les dépenses publiques. Ce rapprochement peut être une très bonne initiative. Ce n’est pas parce que l’on se rapproche des Hauts-de-Seine que l’on va perdre son identité. » nous ouvrent l’horizon et la Vallée de la Seine, qui est le véritable axe de développement de la région parisienne dans l’économie mondialisée. Et s’il fallait donner un exemple concret de cette union... P.Bédier  : Je citerais le drame des enfants autistes dont les parents sont aujourd’hui contraints d’aller chercher des solutions en Belgique alors que cela aurait tellement plus de sens de construire des établissements pour les accueillir dans les Yvelines en collaboration avec les Hauts-de- Seine… Exploitation et entretien de la voirie. S’il est acté que les centres d’exploitation des routes, et leurs agents, restent au plus près du terrain, sur leur territoire d’action, les équipes administratives de la direction des mobilités des deux Départements pourraient être réunies. Une organisation commune pour une mutualisation des moyens et des ressources afin, par exemple, d’obtenir des tarifs préférentiels de commandes groupées (sel, enrobé, etc.). « Convaincu de l’intérêt de cette démarche » P.Devedjian  : L’exemple que vient de citer Pierre est éloquent. Cette situation est un drame pour les familles et une honte pour notre pays. Ensemble, nous aurons les moyens de régler cette question. Que répondez-vous à ceux qui fustigent cette union de « Départements riches » ? P.Devedjian  : Qu’ils se moquent du monde. D’abord parce que nous ne sommes pas les plus riches ; je rappelle que la Seine Saint-De- Fusion des services archéologiques. Avant la fin Fusion des services archéologiques. Avant la fin du premier trimestre 2016, les deux services archéologiques départementaux vont être regroupés en une seule unité, basée à Montigny-le-Bretonneux. Cette dernière, notamment chargée des fouilles préventives dans le cadre de travaux d'aménagement, couvrira désormais les chantiers des deux territoires. du premier trimestre 2016, les deux services archéologiques départementaux vont être regroupés en une seule unité, basée à Montigny-le-Bretonneux. Cette dernière, notamment chargée des fouilles préventives dans le cadre de travaux d’aménagement, couvrira désormais les chantiers des deux territoires. Sport, éducation, culture. Les deux Départements poursuivent la même réflexion de mutualisation dans les domaines du sport, de l’éducation et de la culture. Sport, éducation, culture. Les deux Départements poursuivent la même réflexion de mutualisation dans les domaines du sport, de l'éducation et de la culture. Samia, 35 ans, Montesson « Dans ma vie de tous les jours, Yvelines et Hauts-de-Seine ne font déjà qu’un. J’habite Montesson, où ma fille est scolarisée, mais je travaille à Nanterre, où j’ai grandi et où mes parents résident encore. Pour moi, la frontière n’existe pas, ce rapprochement est donc totalement naturel. »
I nis dispose de ressources financières plus importantes que les Hauts-de-Seine. Ce qui est, par contre, vrai c’est qu’il s’agit d’une fusion entre deux entités qui sont d’accord pour conduire une même politique, ce qui n’est pas le cas avec d’autres Départements. P.Bédier  : Si j’osais une formule, je dirais que la Seine- Saint-Denis, c’est la politique du grand frère, et nous, la politique du père de famille. Pour nous, une bonne gestion est d’abord soucieuse Paroles d’Yvelinois Cédric, 31 ans, Conflans-Sainte-Honorine « C’est bien de mutualiser les ressources mais il faut aussi penser au coût humain. Regroupement de service signifie souvent déménagement ou changement de vie pour les salariés, ce n’est pas rien. Il faut espérer que cela se fasse intelligemment pour que cela ne soit pas contre-productif. » UNIS POUR VOIR PLUS LOIN Patrick Devedjian (à g.) et Pierre Bédier devant l’une des rames du T6, le tramway qui relie Châtillon à Viroflay (et bientôt Vélizy), symbole de la communion entre Hauts-de-Seine et Yvelines. des deniers du contribuable et de l’intérêt général. Cette fusion est-elle aussi une réponse à la création de la Métropole du Grand Paris ? Patrick Devedjian  : Je dirais plutôt que notre fusion est une alternative à l’échec programmé du projet métropolitain du Gouvernement. Cette nouvelle entité, qui ne correspond à aucune réalité économique, humaine, sociale ou géographique, ne répond pas à la vocation première d’une Métropole qui est de développer l’attractivité de son territoire. De surcroît, elle n’aura pas les moyens d’agir. Le budget prévu pour 2016 est de 65 M € . « Nous aurons les moyens d’agir » P.Bédier  : À titre de comparaison, 65 M € , c’est le budget de la ville de Mantes-la- Jolie, dont je suis conseiller municipal. Cela en dit long sur la capacité d’action de la Métropole. P.Devedjian  : Les Yvelines et les Hauts-de-Seine rassemblés, c’est un budget de 3,4 milliards d’euros. À votre avis, qui aura les moyens d’agir ? D’autres départements pourraient-ils vous rejoindre ultérieurement ? P.Bédier  : Même si d’autres départements sont les bienvenus pour des coopérations ponctuelles, un mariage n’a de sens qu’à deux. On ne va pas créer une seconde région parisienne. Christiane, 60 ans, Versailles « Je suis complètement pour. L’optimisation des budgets est aujourd’hui devenue indispensable. Au vu du contexte, les élus sont obligés de gérer leurs collectivités comme une entreprise. La priorité, c’est investir sur des gros projets avec un impact immédiat pour les habitants. » YVELINES - JANVIER 2016 I 31 CD92



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :