[78] Yvelines n°10 sep/oct/nov 2014
[78] Yvelines n°10 sep/oct/nov 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de sep/oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Yvelines

  • Format : (200 x 290) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 13 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le numérique change le collège.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
S O L I D A R I T É Handicap  : l’alternative des centres d’accueil de jour Lieu passerelle entre la vie à domicile et l’hébergement en établissement, le Centre d’accueil de jour (CAJ) permet aux personnes en situation de handicap mental de renouer des contacts sociaux et de soulager les familles en attendant une éventuelle réorientation en institut. P arce que l’admission en établissement n’est pas toujours possible (manque de place, pathologies trop lourdes, expérience non concluante en foyer…) et que le maintien à domicile est souvent très contraignant pour la famille, l’accueil de jour pour les adultes en situation de handicap représente une alternative de plus en plus recherchée. Maintenir la socialisation Actuellement, neuf Centres d’accueil de jour (CAJ) dédiés sont répartis sur tout le département. La Cascade est l’un d’entre eux. Ouvert à Rambouillet en 2007 et géré par l’association Confiance Pierre-Boulenger, il accueille jusqu’à 24 personnes en situation de handicap mental et/ou psychique  : « Ce sont des usagers présentant une déficience intellectuelle avec ou sans troubles associés 22I YVELINES - NOVEMBRE 2014 qui freine leur développement », précise le directeur de l’établissement Patrick Lefrançois. Ici, les usagers, de 20 à 66 ans, sont accompagnés afin de maintenir ou développer leur autonomie et leur socialisation. La journée s’articule autour d’un emploi du temps bien précis. Le matin, des ateliers par petits groupes (expression corporelle, arts plastiques, cours de cuisine, yoga, etc.) ; et l’après-midi, une activité en extérieur, sportive, culturelle ou pédagogique (généralement en lien avec les animaux). « Nous apportons à ces personnes un équilibre social qui leur permet, soit de poursuivre leur vie à domicile, soit d’être accompagné vers un autre établissement, reprend Patrick Lefrançois. Le CAJ est un lieu passerelle où l’on construit un projet. En général, les usagers restent 2 à 3 ans. » Annie a 42 ans. Souffrant d’une maladie psychique, elle fréquente le CAJ La Cascade depuis près de deux ans. « J’aime bien venir ici, on voit du monde, on fait plein de choses, on apprend à se débrouiller seul. Mon activité préférée ? Les cours de cuisine. » « On a vu notre fils s’épanouir » « Depuis que notre fils est en centre d’accueil, on l’a vu s’épanouir, se félicite une maman. Avant, à la maison, il restait souvent isolé. Là, il s’est fait des copains, Les usagers du centre La Cascade avec l’équipe d’éducateurs lors d’une sortie à la Bergerie Nationale à Rambouillet. on sent qu’il est heureux. » Mais attention car, malgré les efforts d’élargissement de l’offre du Conseil général, les places restent rares  : « La demande est forte, confirme Patrick Lefrançois. La priorité est donnée aux personnes sans prise en charge qui vivent encore à leur domicile pour aider les familles et faire en sorte que l’usager trouve rapidement une nouvelle voie et des perspectives d’avenir. » confiance.asso.fr/cascade.html Le Conseil général, partenaire indispensable En plus d’impulser les nouvelles orientations, le Conseil général consacre en moyenne chaque année quelque 3 M € aux Centres d’accueil de jour (CAJ) dans le secteur du handicap. C’est notamment lui qui finance, par le biais d’une dotation globale, le coût de l’ensemble des activités à l’intérieur des CAJ, soit environ 150 euros par jour par usager. Reste à la charge des familles le prix des repas et des transports (ces derniers peuvent être assurés par PAM 78, sous conditions). En 2014, le Conseil général a alloué à l’ensemble des 83 établissements et services du secteur « Personnes handicapées » un budget de 118 M € . www.yvelines.fr/go/52
Une algue pour lutter contre la malnutrition Premier Prix de la Charte lors des Assises départementales de la solidarité internationale le 11 octobre, l’association Technap contribue à développer et distribuer de la spiruline, une algue contenant un grand nombre de nutriments. C’est l’un des m i c r o - o r g a - nismes les plus vieux du monde, une algue d’eau douce présente sur Terre depuis plus de 3 milliards d’années qui pousse de façon naturelle dans les eaux chaudes des lacs en Inde, au Tchad et au Mexique. Depuis plus de 20 ans, l’association versaillaise Technap (Technologies appropriées pour le développement et la santé), qui réunit des ingénieurs à la retraite souhaitant mettre leurs compétences au service des pays en développement, mène des projets pour développer sa culture et sa distribution en Afrique subsaharienne. Des dragées produites au Burkina Faso « La spiruline est reconnue pour ses remarquables capacités nutritionnelles et pour sa faculté à renforcer les défenses immunitaires, explique Jean- Pierre Clergeau, le président de Technap. Mais elle est aussi très chère, jusqu’à 300 € le kilo en France. Pour un enfant, 5 grammes de spiruline par jour permettent de combler les carences alimentaires. Et on sait que l’un des plus grands fléaux dans cette région est la malnutrition. » Des fermes de spiruline (photo) – qui prennent la forme de grands bassins où l’algue se développe par photosynthèse – existent ainsi au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Bénin. Chaque unité de production est gérée par un partenaire local. « Technap aide à la conception du projet et s’assure de sa pérennité », précise Jean- Pierre Clergeau. Depuis trois ans, l’association concentre ses efforts Lauréat du Prix de la Charte La récolte de la spiruline à l'unité de production de Nayalgué au Burkina Faso. pour améliorer la distribution de la spiruline. « Les populations locales consomment peu. 80% de la production part à l’export. Nous avons donc lancé un atelier de production de dragées à la spiruline au Burkina Faso et nous menons des actions de sensibilisation. » Technap a reçu le soutien du Conseil général pour cette « mission de distribution » sur la période 2012- 2014 au titre du dispositif « programme pluriannuel de développement local », soit une aide de près de 19000 € . www.technap-spiruline.org En vidéo sur Le 11 octobre dernier à Chatou, à l’occasion de la 6 e édition des Assises départementales de la solidarité internationale et de la coopération décentralisée, l’association Technap, basée à Versailles, a reçu le 1er Prix de la Charte pour son projet de distribution de la spiruline. Chaque année, le jury décerne ce prix à une association yvelinoise qui mène un projet répondant aux principes édictés par la Charte de la coopération décentralisée du Conseil général. www.yvelines.fr/coopinter www.yvelines.fr/webtv S O L I D A R I T É Une agence au soutien des communes rurales Le Conseil général vient de créer l’agence départementale IngénierY’pour épauler les communes rurales de moins de 2000 habitants dans tous leurs projets d’équipements. « Nous sommes là pour apporter une aide personnalisée aux élus, du début de la conception jusqu’à l’achèvement de l’opération », rappelle Alain Schmitz, conseiller général et président de la nouvelle instance. Avec deux mots clés  : solidarité et proximité. Une rentrée solidaire dans les collèges Le Conseil général incite les collèges yvelinois à participer à la campagne nationale « La rentrée solidaire  : un cahier, un crayon » organisée par l’association Solidarité Laïque jusqu’au 19 décembre. Cette année, la collecte de fournitures scolaires neuves ira au bénéfice du département de Mayotte, où 73% des jeunes sont en situation d’illettrisme. www.uncahier-uncrayon.org Seniors  : encourager le maintien à domicile Le Conseil général assure chaque année le versement de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), qui permet à ses bénéficiaires suivis à domicile de profiter d’un plan d’aide adapté à leurs besoins (aides aux actes de vie, aide aux transports, téléassistance…). www.yvelines.fr/go/17 YVELINES - NOVEMBRE 2014 I 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :