[78] Yvelines n°10 sep/oct/nov 2014
[78] Yvelines n°10 sep/oct/nov 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de sep/oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Yvelines

  • Format : (200 x 290) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 13 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le numérique change le collège.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Medissimo I N N O V A T I O N Le pilulier connecté débarque dans les pharmacies Conçu par la PME Medissimo avec le soutien du Conseil général, le pilulier imedipac va être commercialisé en pharmacie cet hiver. Il permet un suivi à distance et en temps réel de la prise de médicaments. Les pharmaciens des Yvelines sont mobilisés pour commercialiser le imedipac. éjà utilisée en maison de retraite auprès de 50000 patients, la technologie inventée par Medissimo va bientôt être disponible pour le grand public. Début 2015, la commercialisation du pilulier connecté imedipac commence. 10000 appareils sont prêts à sortir de l’usine pour être vendus en pharmacie (249 € TTC). Récompensé l’an dernier par un prix de l’innovation au Consumer Electronic Show de Las Vegas (États- Unis), imedipac ressemble à un pilulier classique, sous la forme d’un grand livre, avec un calendrier de l’avent à l’intérieur. Sauf que l’objet contient une technologie GPRS qui permet au réseau choisi par le patient (professionnels de santé, aidants familiaux, etc.) de suivre à distance et en temps réel l’observance du traitement prescrit par le médecin et préparé par le pharmacien. Il sonne à l’heure du traitement En matière de santé publique, l’observance thérapeutique est un sujet sensible, définie par le degré de concordance entre le comportement de la personne et les prescriptions de son médecin. Selon les études, la mauvaise observance concernerait entre 30 et 50% des patients de manière régulière, voire 90% des personnes atteintes d’affections chroniques à un moment donné de leur maladie. 40% des dépenses hospitalières en psychiatrie pourraient être imputées aux rechutes par défaut d’observance. Outre la technologie embarquée, la révolution proposée par imedipac concerne la préparation des médicaments. Avec le pilulier connecté, c’est le pharmacien qui prend en charge cette mission, en remplissant une recharge à usage unique munie d’une puce NFC et en saisissant les données sur la plateforme en ligne de Medissimo. Le patient n’a plus qu’à insérer la recharge NFC dans son boitier électronique. Les informations – dosage des médicaments et heures de prises – sont téléchargées automatiquement et l’appareil sonne lorsqu’il est l’heure de prendre le médicament en éclairant le compartiment à percer. Un abonnement pour les Alertes (9,90 € par mois) permet d'associer l’entourage du patient de la qualité de la prise des médicaments. www.medissimo.fr D Un projet né à Poissy 70% Le taux de non-observance des malades du diabète est de l’ordre de 60 à 70%, avec des risques de complication très importants qui génèrent une mortalité possible. 20I YVELINES - NOVEMBRE 2014 En vidéo sur www.yvelines.fr/webtv Cette petite révolution qui met le Net au service de la santé a été inventée dans les Yvelines, au Technoparc de Poissy, exactement où Medissimo est installé depuis 2006. Dès le début de son aventure, le Conseil général a apporté son soutien à ce projet innovant sous la forme d’une subvention de 300 000 € . L’ambition de cette PME, qui est passée de 12 salariés en 2012 à une équipe de 45 personnes aujourd’hui, est mondiale. Imedipac apporte effectivement des solutions à un problème de santé publique et prolonge de surcroît l’autonomie des personnes âgées, un enjeu sociétal majeur dans de nombreux pays.
Caroline Blochet, Présidente de Medissimo « Prolonger l'autonomie des patients » Comment est né le projet imedipac ? En 2006, notre ambition était d’améliorer le bon usage du médicament en maison de retraite. Nous avons mis sur le marché le précurseur du imedipac  : un pilulier préparé par le pharmacien dans l’officine sous contrôle d'un système d'information. En respect des bonnes pratiques, cette solution sécurise le circuit du médicament jusqu’au patient, qui ne se trompe plus et qui n'oublie plus. « Préparé par le pharmacien » Quel est l’objectif de cette téléobservance ? L’enjeu est de prolonger l’autonomie et d’améliorer la qualité de vie des patients atteints de maladies chroniques. En France, il y a 500000 patients en établissement et 2 millions de patients de plus de 80 ans à domicile. Qui va prescrire imedipac ? C’est la mission du pharmacien d’être un soutien à l’amélioration de l’observance. S’il considère qu’il y a une utilité à mettre en place un programme, il formera et accompagnera le patient qui le souhaite puis Le imedipac de Medissimo. Medissimo il coordonnera avec le médecin et les infirmiers mais aussi avec les aidants. Comment imedipac est-il accueilli par l’assurance maladie et les mutuelles ? Très favorablement puisqu’il a pour objectif d'accroître l'efficacité thérapeutique des médicaments par une meilleure observance. Il va permettre de mener des politiques de soin de prévention « Pour toutes les filières industrielles et les services associés à la mobilité, il faut enraciner l’innovation. » Une aide « stratégique » du Conseil général tournées vers le maintien à domicile. Est-ce qu’il sera remboursé dès 2015 ? Imedipac fait partie des solutions innovantes qui vont aider à l'amélioration de la performance du soin médicamenteux au domicile du patient puis à la protection de la qualité de vie. À ce titre, il répond aux critères de prise en charge des dispositifs médicaux. Le Conseil général a soutenu Medissimo pendant toute la phase de R&D du imedipac. « Ce fut une reconnaissance essentielle pour l'économie de notre entreprise. Et l’aide financière, pour une PME comme Medissimo, a été stratégique pour permettre la création des 33 emplois en deux ans. Aujourd'hui, les équipes du Conseil général suivent notre croissance et partagent notre ambition. Elles sont très mobilisées pour favoriser l’autonomie des personnes âgées à domicile et elles voient bien l’intérêt du pilulier connecté dans le réseau de ville. » I N N O V A T I O N Muses lance son utilitaire 100% électrique La société Muses, installée à Conflans- Sainte-Honorine, vient de lancer la commerciali - sation de son utilitaire 100% électrique Mooville. Le modèle, lauréat de l’appel à projets « Véhicule urbain du futur » lancé en 2009 par le Conseil général, s’adresse principalement aux gestionnaires de flotte ou aux collectivités. Chronopost a déjà passé commande d’une centaine de Mooville. Muses espère produire 250 unités par an. Challenger, vitrine de la performance énergétique Livré fin septembre après 4 ans de travaux, « Challenger », le siège de Bouygues Construction bâti en 1988 à Guyancourt, a subi une rénovation en profondeur qui en fait aujourd’hui un bâtiment à énergie positive (ndlr  : il produit plus d’énergie qu’il n’en consomme). Le site de 65000 m², qui accueille 3400 salariés, a ainsi divisé par dix sa consommation d’énergie primaire annuelle. « C’est la vitrine des savoir-faire du groupe en matière de performance énergétique », explique-t-on chez Bouygues. YVELINES - NOVEMBRE 2014 I 21 Muses Bouygues Construction



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :