[72] La Sarthe n°133 jan/fév/mar 2014
[72] La Sarthe n°133 jan/fév/mar 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°133 de jan/fév/mar 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Sarthe

  • Format : (225 x 295) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : non au découpage arbitraire et ruralicide de la réforme cantonale !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
LA SARTHE EN ACTION voirie Un nouveau rond-point sur la route de Paris La route de Paris (RD 323) est l’un des axes les plus fréquentés du département avec 13 000 véhicules par jour. La mise en service d’un nouveau rond-point à Duneau renforcera la sécurité de cette voie. Ce nouveau rond-point sera situé au lieu-dit La Paillasse (RD29) entre la commune du Luart et Vouvray-sur-Huisne. Le Conseil général a décidé de le construire pour améliorer la sécurité à cette intersection. « C’est l’une des opérations de sécurité inscrites au Schéma routier adopté en décembre 2012 par le Département », souligne Dominique Le Mèner, président de la commission Aménagement numérique des Territoires, Infrastructures et Routes du Conseil général. décembre. Le déplacement du réseau d’eau potable est déjà achevé. Le chantier devrait se prolonger jusqu’au début du mois de mai prochain, date à laquelle, le rond-point entrera en service. Un parking de covoiturage de dix places viendra compléter cette nouvelle infrastructure routière dont le but vise à sécuriser davantage ce carrefour particulièrement fréquenté par les automobilistes. Le Conseil général a financé la totalité du chantier qui s’élève à 600 000 €. Ouverture en mai La réalisation des travaux a démarré au début du mois de En savoir plus Plus d’informations sur : www.cg72.fr Dominique Le Mèner et Marie- Thérèse Leroux sont venus sur le chantier pour constater l’avancée des travaux. solidarité Le Conseil général soutient l’emploi des personnes handicapées Le Conseil général se mobilise pour l’intégration des travailleurs handicapés au sein de la collectivité. Une récente campagne de communication interne a soulevé la question des « handicaps invisibles ». Le Conseil général se mobilise depuis de nombreuses années déjà en faveur de ses salariés atteints d’un handicap. En 2010, la collectivité a conclu une convention triennale avec le fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) qui prévoit des actions en faveur du recrutement et du maintien dans l’emploi de ces travailleurs. Dans ce cadre, un accompagnement personnalisé est proposé à tout agent porteur d’un handicap ou de restrictions d’aptitude au poste de travail : outils informatiques adaptés aux déficients visuels, actions de formation spécifiques, prise en charge financière de prothèses auditives, etc. Le taux d’emploi des personnes handicapées a par ailleurs augmenté de façon significative de 1,43% en 2006 à 4,48% aujourd’hui - et devrait attendre 6% d’ici à 2017. Campagne de communication interne Au-delà de ces chiffres, il arrive que des agents, sans qu’ils le sachent eux-mêmes, soient concernés par des situations pouvant bénéficier d’adaptations, via la Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH). Un point soulevé lors de la dernière campagne de communication interne originale qui s’est déroulée en novembre dernier, lors de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées. Afin de rendre accessible un sujet parfois sensible, une mini-série de vidéos humoristiques a abordé la question des « handicaps invisibles » (surdité, narcolep- Le taux d’emploi des personnes handicapées est en augmentation au sein du Conseil général. sie, troubles musculaires, etc.). Une façon d’accompagner au mieux les salariés et de briser les tabous. En savoir plus Plus d’informations et vidéos téléchargeables sur : www.cg72.fr Elypse - Fotolia 8
solidarité Cap Santé Sarthe, une première en France Cette nouvelle association, créée à l’initiative du Conseil général, a pour objectif d’aider les jeunes étudiants sarthois souhaitant se lancer dans les études de santé (PACES). Ce projet, né d’une rencontre entre le Professeur Richard, doyen de la faculté de médecine d’Angers et Jean-Pierre Vogel, vice-président du Conseil général, va permettre de mobiliser des partenaires privés et publics pour inciter de jeunes bacheliers sarthois à s’orienter vers les études de santé et de les soutenir, grâce à des bourses et un parrainage, dans la réussite de leurs études. Le Conseil général va consacrer une dotation de 15 000 €. Des entreprises privées ont déjà donné leur accord pour verser chacune 3000 € pour 2014. « L’année 2014/2015 sera une année expérimentale au cours de laquelle 4 ou 5 étudiants devraient recevoir une bourse de 6000 € sans contrepartie autre que celle de leur motivation et leur assiduité aux cours. Cette aide peut être renouvelée une seconde année », souligne Jean-Pierre Vogel. Les critères de sélection seront travaillés par le nouveau bureau élu de Cap Santé Sarthe. « L’idée étant d’offrir à de brillants bacheliers d’origine modeste la possibilité de faire carrière comme médecin, chirurgien dentiste ou masseur-kinésithérapeute, en libéral ou milieu hospitalier, en Sarthe », rappelle Jean-Pierre Vogel. Appel à candidature La promotion du dispositif débutera au printemps 2014. Le professeur Garnier, Directeur du département Médecine Générale de la faculté d’Angers et médecin à Arnage, a souligné le caractère innovant de Cap Santé Sarthe et le rôle essentiel joué par les médecins qui, à son sens, devraient tous être maître de stage. « J’invite les uns et les autres à être porteurs de ce message, considérant que la richesse des échanges entre Daniel Coudreuse, entouré de son conseil d’administration, préside Cap Santé Sarthe. les différentes générations de confrères participe au bien être de tous et doit apporter une réponse à la problématique de la démographie médicale », a-t-il indiqué lors de la première assemblée générale de Cap Santé Sarthe désormais présidée par Daniel Coudreuse, maire de Brûlon. environnement Les collégiens contre le gaspillage alimentaire ! Dans le cadre du Trophée du développement durable des Collèges, l’opération « Stop au gaspillage alimentaire » a fait étape dans plusieurs établissements sarthois. Un diagnostic sans appel : en France, c’est 180 grammes de nourriture qui sont gaspillés par plateau de repas dans les collèges ! Les établissements sarthois n’échappent pas à la règle. D’où la volonté du Conseil général d’interpeller les jeunes consommateurs. « Pour manger mieux tout en réduisant les quantités de déchets, prenons les bonnes habitudes ». Sans attendre, les animatrices de l’association « Aux goûts du Jour », chargées de faire découvrir aux collégiens sarthois les moyens de lutter efficacement contre le gaspillage alimentaire, ont donné le ton dans les 11 établissements qui se sont portés volontaires pour cette action de sensibilisation dans le cadre de leur participation au Trophée du développement durable. Des ateliers pour sensibiliser Le message, clair et efficace, est bien passé. En faisant découvrir aux élèves les gestes simples pouvant être mis en place au quotidien pour lutter contre le gaspillage à l’aide d’ateliers et d’une cuisine improvisée, l’équipe pédagogique a visiblement éveillé leur conscience. Un appel relayé par Fabienne Labrette- Ménager, présidente de la commission du Développement durable et l’Environnement du Conseil général lors du passage de l’animation au collège Léo Delibes de Fresnay-sur-Sarthe. « Stop au gaspillage. Nous devons changer nos comportements », a-t-elle expliqué aux élèves attentifs et résolus à passer aux actes ! Les collégiens ont pris goût aux exercices pratiques de l’opération « Stop au gaspillage alimentaire ». 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :