[72] La Sarthe n°133 jan/fév/mar 2014
[72] La Sarthe n°133 jan/fév/mar 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°133 de jan/fév/mar 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Sarthe

  • Format : (225 x 295) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : non au découpage arbitraire et ruralicide de la réforme cantonale !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
LA SARTHE EN ACTION économie Cap Création Sarthe récompense les initiatives Quatre créateurs d’entreprises ont été récompensés à l’Abbaye de l’Epau lors de la remise des prix du concours Cap Création Sarthe. Organisée par l’association Carrefour Entreprise Sarthe avec le soutien du Conseil général, la 12 ème édition du concours Cap Création Sarthe a une nouvelle fois confirmé la présence sur le territoire sarthois d’hommes et de femmes, porteurs de projets innovants et originaux. Depuis 2001, ce dispositif, financé en totalité par le Département, comprend trois outils : des sessions de sensibilisation des jeunes à la création et reprise d’entreprise, le financement du congé création (unique en France) et le nouveau dispositif « salarié-repreneur ». Des résultats probants Ce dispositif d’aides sur le territoire répond aux besoins exprimés sur le terrain comme l’atteste Jean-Pierre Vogel, président de la commission Emploi, Développement Economique et Touristique et Aménagement du Territoire du Conseil général « Depuis l’existence de Cap Création Sarthe, il en résulte la création de 39 entreprises avec le financement du congé création pour 242 emplois, la sensibilisation de 2 622 jeunes au travers de la page Facebook, la création de 42 entreprises lauréates, soit 442 emplois et pour l’année 2013, l’inscrip- Jean Touchard refait l’Histoire En créant son entreprise « Weekisto », Jean Touchard, 45 ans, a obtenu un prix de 15 000 € dans la catégorie des entreprises à potentiel d’emploi ou d’innovation. Jean-Marie Geveaux a remis un chèque à Jean Touchard. tion au concours de 58 candidats ». Des résultats probants confirmés par la qualité et l’ingéniosité des projets proposés par les participants de cette 12 ème édition du concours qui s’est déroulée en présence de Jean-Marie Geveaux, président du Conseil général. Il aime l’Histoire. Ce n’est donc pas un hasard, si Jean Touchard s’est fait remarquer pour son innovation en créant une application de géolocalisation de faits historiques. Explications : « Weekisto permet via un Smartphone de tout savoir sur un monument devant lequel on se trouve ». En un clin d’œil, il est possible d’obtenir des informations précises sur le lieu visité, les dates et les faits qui s’y sont déroulés. Comment est-donc venue cette idée ? « Nous passions un jour en voiture devant un château, quand ma fille m’a demandé ce qui s’y était passé. Le temps de trouver un guide et effectuer les recherches, ma fille s’était replongée dans sa bande dessinée ! ». Aujourd’hui à vocation historique, Weekisto pourrait s’étendre aux informations touristiques. Les lauréats du concours ont été chaleureusement félicités par Jean-Marie Geveaux et Jean-Pierre Vogel. Les lauréats -Catégorie « Revenu de Solidarité Active » Prix bénéficiaire du RSA - Séverine Belin obtient un prix de 4000 € pour la création de la boutique EléRonde, vente de prêt-à-porter et accessoires pour femmes rondes, avenue du général Leclerc au Mans. Prix « Entreprise qui recrute des bénéficiaires du RSA - Sinan Oktay et Islam Kakhiev, de l’entreprise LVO. - Catégorie « Entreprise à potentiel d’emploi ou d’innovation » - « Sound to Sight » au Mans entreprise créée par Florestan Gutterriez et Antoine Charon pour ses perspectives d’emplois grâce à leur place sur le marché national en tant qu’agence de design sonore. - Weekisto (voir ci-contre). En savoir plus Plus d’informations sur : www.sarthe.com 4
économie Alcoa se fixe sur tous les continents Leader dans la fabrication d’écrous pour l’aéronautique, l’automobile et l’industrie, Alcoa, s’appuie autant sur ses capacités d’adaptation et d’innovation que sur le savoir-faire de ses 600 salariés. L’entreprise sarthoise s’apprête à investir dans de nouvelles machines à la pointe du progrès technologique. Spécialisée dans la transformation de l’aluminium, Alcoa ne regrette pas son choix. En rachetant en 2002 l’ancienne usine Simmonds, le groupe américain, qui regroupe 60 000 personnes dans le monde, s’est offert un partenaire de poids. Car, s’il est un domaine dans lequel ce site de production est plus que jamais qualifié c’est bien celui de la fixation. Les effets de la crise entre 2008 et 2011 derrière elle, l’entreprise de Saint-Cosme-en- Vairais, s’est relancée sur la voie de la reconquête. À ce jour, les clignotants sont au vert. Le chiffre d’affaires s’élève à 80 millions d’euros. Le secteur de l’aéronautique est reparti à la hausse tout comme l’automobile. Cette vitalité retrouvée (45% de la production va à l’exportation), Alcoa la doit à sa formidable capacité d’adaptation et d’innovation. « Dans notre secteur d’activité, si nous n’investissons pas, nous disparaissons », affirme Didier Magniez, responsable du site. Un état d’esprit maison Installé sur une surface de 27 500 m², le site de production sarthois comptabilise 600 machines pour assurer la fabrication des écrous de fixation sur les avions, les voitures et plus globalement tous les secteurs de l’industrie. « Notre problématique ? Proposer à nos clients dont Airbus et Boeing des produits d’une fiabilité extrême et les plus légers possibles ! », souligne Didier Magniez. Fort de l’esprit familial qui règne au sein du personnel, Alcoa a visiblement trouvé les clés de son développement aussi bien dans le domaine technologique, grâce aux lourds investissements opérés dans l’achat de machines derniers cris que celui du personnel, formé sur place dans un environnement de sécurité toujours plus renforcé. « C’est notre credo » confirme le patron de l’usine qui entend s’appuyer sur cette dynamique pour garantir la pérennité d’un haut lieu historique de la production industrielle de la Sarthe. La Sarthe illumine Paris ! C’est une société sarthoise, Ouest Néon, qui a réalisé les décorations lumineuses de Noël du célèbre magasin parisien « Le Printemps Hausmann » ! La célèbre vitrine du grand magasin parisien lors des fêtes de fin d’année. C’est un cadeau de Noël avant l’heure qui est arrivé, l’été dernier sur le bureau de Bruno Bazoge, directeur de l’entreprise Ouest Néon, basée au Mans. Spécialisée dans la conception, la fabrication et l’installation de décors lumineux, elle a remporté un marché particulièrement prestigieux ! « Nous avons été choisi pour décorer le Printemps Hausmannà Paris qui concourt à rentrer dans le top 5 des plus beaux magasins du monde. Nous étions en balance avec une société chinoise. C’est donc une grande satisfaction pour nous et cela témoigne que le « made in Sarthe » a de bons atouts ! » assure Bruno Bazoge. Des prouesses techniques Si l’entreprise sarthoise a pu convaincre ses exigeants clients de lui confier la décoration intérieure et extérieure du magasin, c’est grâce au savoir-faire de ses quarante salariés, à sa capacité d’adaptation et à sa proximité. « Nous avons réalisé plus de 120 textes lumineux en français et en anglais. Nous avons habillé deux sapins géants et nous avons conçu des textes lumineux mobiles pour les vitrines animées. Une prouesse technique dont nous sommes fiers ! » assure le dirigeant de l’entreprise qui s’apprête cette année à célébrer ses cinquante ans mais aussi à changer d’enseigne pour devenir « Nomemark » et s’afficher toujours plus dans la lumière ! 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :