[72] La Sarthe n°133 jan/fév/mar 2014
[72] La Sarthe n°133 jan/fév/mar 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°133 de jan/fév/mar 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Sarthe

  • Format : (225 x 295) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : non au découpage arbitraire et ruralicide de la réforme cantonale !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
MALICORNE ESPACE FAÏENCE DU 28 JUIN 2013 AU 30 SEPTEMBRE 2014 EXP OSI TION DE CÉRAMI QUES CONTEMPO R A I NES www.espacefaience.fr www.sarthe.com
L’actualité politique du début d’année en Sarthe a été marquée par la session extraordinaire du Conseil général du 6 janvier consacrée à la nouvelle carte cantonale de la Sarthe. Que faut-il en retenir ? Un redécoupage nécessaire : Les cantons actuels datant de 1801 (sauf pour les cantons du Mans) ont conduit à la création de fortes inégalités territoriales puisque le rapport entre le canton le plus peuplé et le moins peuplé est de 1 à 10. Au regard de la Constitution et du principe d’égalité des Citoyens, une révision du mode d’élection des Conseillers généraux était nécessaire. Un nouveau mode de scrutin : Si certains préféraient la création d’un scrutin de liste proportionnel, le choix de la nouvelle majorité gouvernementale a été de proposer un redécoupage des cantons (21 dans la Sarthe) avec l’élection sur chaque canton d’un binôme homme – femme permettant à la fois une stricte parité au sein de l’assemblée départementale mais aussi le maintien d’un ancrage territorial des élus. La démographie respectée : La nouvelle carte cantonale respecte l’équilibre démographique entre les cantons dont la population évoluera entre 23 000 et 30 000 habitants permettant un meilleur équilibre entre les territoires et le respect de l’égalité entre les citoyens Ce qu’en pensent les élus de Gauche munauté de communes en dehors du Mans Métropole, ne se retrouve disloquée ; elles sont toutes respectées dans leur intégrité. Au Mans dont le nombre de cantons passe de 9 à 7, le redécoupage respecte les limites naturelles ou logiques comme les rivières, les lignes de chemins de fer, les rocades urbaines. Pas de déséquilibre mais un retour à l’équilibre : Quand la droite parle de déséquilibre, c’est en réalité un retour à l’équilibre, celui qui avait prévalu lors du découpage de la Sarthe en 1801. Depuis, il est difficile de nier que l’urbanisation a conduit à modifier les équilibres démographiques du territoire au profit de l’aire urbaine du Mans. Ce n’est pas un territoire qui gagne (la ville) et l’autre qui perd (la campagne), mais ce sont les habitants qui sont respectés au même niveau selon le principe de base de la Démocratie : un habitant = une voix. Autant de raisons qui ont conduit 17 élus de notre groupe (1 élu n’a pas pris part au vote) à soutenir le projet de nouvelle carte cantonale tout en formulant quelques propositions portant à la fois sur le redécoupage des trois cantons du Nord Sarthe mais également sur la dénomination des futurs cantons. Retrouverez les interventions de l’ensemble des Conseillers généraux de gauche lors de la session du 6 janvier sur le site www.la-sarthe-a-gauche.fr Les Communautés de communes comme base du redécoupage : Le redécoupage proposé respecte également les territoires. Aucune Com- Pour tout contact : 02.43.54.72.24 elus-de-gauche@cg72.fr Le Conseil général a émis un avis défavorable sur le projet de révision de la carte cantonale proposé sans aucune concertation par le gouvernement Ayrault. Le mot de la Majorité concentrent déjà 60% du PIB de notre pays risquent d’aspirer très rapidement l’essentiel des ressources au détriment des zones rurales et péri-urbaines Si la Majorité départementale s’oppose à cette réforme, c’est parce que nous défendons un modèle de développement local qu’incarne le Conseil général. En ne se basant que sur un critère démographique, le gouvernement compromet non seulement notre représentativité mais aussi la vocation même des Conseils généraux. L’une des principales missions du Conseil général est de garantir une véritable solidarité entre les territoires qu’ils soient riches ou pauvres. Contrairement à la plupart des pays européens la France a su trouver un équilibre entre le développement rural, urbain et peri-urbain. C’est une richesse que nous devons préserver. La Majorité départementale refuse donc ce projet de redécoupage qui organise ce démembrement de la ruralité et qui entraînera la suppression de 18 chefs- lieux de cantons. Comment ne pas être inquiet quand le Ministre de l’Intérieur déclare « Nous devrons utiliser la carte cantonale pour repenser l’organisation de l’Etat. Je souhaite envisager une réorganisation de l’Etat, de la puissance publique et des services publics » ou quand Alain Rousset, Président de l’association des Régions de France réclame la suppression des sous-préfectures alors qu’elles restent un élément essentiel de notre maillage territorial. Dans cette perspective, quel sera demain l’avenir des services publics de proximité, des gendarmeries, services des Finances Publiques … ? Pourtant près des deux tiers des français vivent en dehors des zones urbaines. Nous n’acceptons pas qu’ils soient sacrifiés par le gouvernement socialiste et quelques technocrates parisiens déconnectés des réalités du terrain. L’opposition au gouvernement dans ce domaine dépasse d’ailleurs les clivages politiques puisque plusieurs Conseils généraux de Gauche ont rejeté leur nouvelle carte cantonale. Plus que jamais, la Majorité départementale continuera de se battre pour que la France « des champs et des forêts », que certains élus socialistes stigmatisent, puisse être représentée et écoutée. Cette réforme s’inscrit plus globalement dans une logique de métropolisation qui met en danger l’aménagement équilibré de nos territoires. Les métropoles qui 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :