[72] La Sarthe n°133 jan/fév/mar 2014
[72] La Sarthe n°133 jan/fév/mar 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°133 de jan/fév/mar 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Sarthe

  • Format : (225 x 295) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : non au découpage arbitraire et ruralicide de la réforme cantonale !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
DOSSIER L’INTERVIEW Jean-Marie Geveaux Président du Conseil général de la Sarthe Jean-Marie Geveaux et Fabien Lorne, vice-président en charge des finances, lors de la présentation du budget. Quelle est la grande priorité du budget 2014 ? « Nous injecterons en 2014 près de 105 millions d’euros pour soutenir l’activité économique et la création d’emplois. Il s’agit d’un acte volontariste. Car les crédits d’investissements progressent ainsi de près de 8%. Le soutien au monde économique se traduira également par la création d’un fonds d’avance remboursable au profit des PME-PMI avec l’objectif d’accompagner cinq à dix projets par an avec une enveloppe de 500 000 euros ». Quels sont les autres secteurs qui bénéficieront des efforts du Conseil général ? « Nous favoriserons la mise en œuvre du plan de modernisation des collèges pour lequel nous dégagerons 119 millions d’euros sur cinq ans. L’application du schéma numérique départemental est aussi une priorité. Celui-ci vise non seulement à renforcer la compétitivité de notre tissu économique mais aussi à permettre à chaque canton de poursuivre son développement ». Près de 1,7 Millions d’euros chaque jour au service de la Sarthe et des Sarthois 373 749 € pour l’emploi et l’éducation 343 258 € pour le développement durable et équilibré du territoire (transports, routes, environnement, réseaux et hydrauliques, culture et sport...) 766 357 € pour la solidarité de proximité (enfance, famille, personnes agées, personnes handicapées...) 222 467 € pour le fonctionnement 20
À LA RENCONTRE DE... Vous venez de succéder à Bernard Warain à la tête de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de la Sarthe. Comment envisagez-vous cette transition ? Je suis élu pour succéder à Bernard Warain. Mais je suis ici également pour avoir un regard neuf sur cette belle institution sarthoise. S’il y a des choses à faire, elles le seront. Mais j’ai aussi conscience d’être dans une grande maison où il y a des valeurs et des traditions à respecter. Je suis un homme de la terre. Je connais la valeur du travail. Je vais donc prendre le temps de la réflexion et de l’écoute avant d’agir concrètement. Mais je rassure tout le monde ! Je ne vais pas révolutionner la CCI ! N’oublions pas cependant que, forcément, les présidents qui se succèdent ne sont pas des clones ! Comment voyez-vous la gestion de la CCI au cours des prochains mois ? Il faut s’attendre à ce qu’il y ait des ponctions sur nos réserves. Il y aura aussi une baisse sur les taxes qui nous nourrissent. Ces dernières vont diminuer en sachant Noël Peyramayou, Président de la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Mans et de la Sarthe Nous sommes dans un monde en mouvement. La CCI ne peut pas rester immobile. Cette adaptation fera partie du travail sous mon mandat. « S’il y a des choses à faire, elles le seront » quand même qu’elles auront le mérite de rester dans les caisses des entreprises. Au final, si les rentrées diminuent, il faudra voir comment on peut faire pour équilibrer tout ceci. Il y aura donc un travail à mener dans cette direction. Vous savez quand « La recherche des pistes ; c’est l’action que je compte mener » on regarde autour de nous on voit que nous sommes dans un monde en mouvement. La Chambre de Commerce et de l’Industrie de la Sarthe ne peut pas rester immobile. Cette adaptation fera partie du travail à réaliser. Vous avez des pistes ? La recherche des pistes c’est l’action que je compte mener. La démarche est toujours la même : diminuer les dépenses et chercher à augmenter les recettes ! La formation est l’un des gros postes de la CCI et une part importante du budget. Comment allez-vous gérer cette importante mission et notamment celle de l’école d’ingénieurs ISMANS ? En effet, sur un budget total de 22 millions d’euros, l’IS- MANS coûte un million d’euros par an à la CCI. Elle offre une formation de haut niveau et amène dans la cité des jeunes de qualité. Nous avons investi dans cette école et il faudra maintenant trouver des solutions pour réduire le montant des dépenses. Cela représente 5% du budget de la CCI. Vous êtes vous-même chef d’entreprise et président de la Fédération départementale du Bâtiment. Or la CCI est directement concernée par la création ou la reprise d’entreprise. Comment voyez-vous la situation ? La période est difficile. Cependant, on voit qu’actuellement on a toujours des dossiers de création ou de reprises qui parviennent sur les bureaux de la CCI. Il a y donc toujours du mouvement et c’est rassurant. Il faut aller de l’avant et l’institution que je préside compte bien agir pour le développement économique de la Sarthe. La formation des jeunes aux métiers comme celui de la restauration fait partie des activités de la CCI. Cfa - CCI Le Mans Sarthe 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :