[70] Haute Saône magazine n°printemps/été mar à aoû 2011
[70] Haute Saône magazine n°printemps/été mar à aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°printemps/été de mar à aoû 2011

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Conseil Général de Haute-Saône

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : Haute-Saône, un « territoire choisi ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Tribunes libres Haute-Saône Magazine | PRINTEMPS-ÉTÉ 2011 24 La Tribune à la gauche Groupe des élus de Gauche et Apparentés Nouveau mandat, nouveaux enjeux. En ce début de mandature, nous souhaitons évoquer la campagne cantonale qui vient de s’achever puis évoquer la feuille de route de la majorité départementale de gauche pour les trois années à venir. Les candidats de droite ont mené une campagne de désinformation systématique. La quasi-totalité des candidats, des Conseillers généraux et le Président Yves Krattinger ont été durement attaqués, et certains candidats n’ont pas hésité à faire du mensonge une méthode de campagne. Toutefois, la plus grande partie de nos concitoyens n’a pas cru aux contrevérités énoncées par la droite et a jugé durement les méthodes employées par ses candidats. Le résultat est clair : au niveau départemental, la gauche a recueilli près de 58% des suffrages. Nous tenons ici à remercier celles et ceux d’entre vous qui nous ont renouvelé leur confiance. Durant ce nouveau mandat, la majorité départementale continuera d’œuvrer au service de la Haute-Saône. Notre La Tribune à la droite Groupe UMP Cantonales 2011 : un avertissement à la majorité socialiste Les 20 et 27 mars derniers ont eu lieu les élections cantonales. Les élus du groupe UMP tiennent à saluer les 48 620 Haut-Saônois qui se sont déplacés pour procéder à l’élection de leurs conseillers généraux. La démocratie est un bien précieux et le droit de vote un combat de chaque instant qui nous est transmis de génération en génération et qu’il convient de préserver. Nous avons ici une pensée chaleureuse pour notre ami André Huguin battu dans une triangulaire regrettable. Pour autant, ces élections marquent un tournant, puisque c’est la première fois depuis 15 ans que notre groupe regagne des sièges. Ce résultat est, pour la majorité socialiste, une mise en garde. Tous les Haut-Saônois ne partagent pas sa vision du département et notamment sur l’aménagement du territoire. Connecter la Haute-Saône aux territoires extérieurs, tel est le crédo de la Majorité socialiste. Mais cette conception de l’aménagement du territoire ne profite en priorité qu’à ceux qui ont la chance d’être bien placés : mise à 2x2 voies entre priorité reste le développement économique, seule source durable d’emploi. Notre territoire doit continuer de progresser. Notre action restera volontariste et pragmatique. Nous voulons agir pour améliorer le quotidien de nos concitoyens en mettant en œuvre les compétences sociales de proximité du Conseil général, tout en maîtrisant les dépenses publiques et la fiscalité. Nous avons souhaité introduire dans le fonctionnement du Conseil général des séances spécialement dédiées aux questions d’actualité et aux débats. Nous voulons que chacun puisse exposer clairement ses positions et s’engage, en toute transparence. Quand le gouvernement supprime les services publics, favorise les plus aisés et pénalise les personnes fragilisées par la vie, la majorité au Conseil général est au service du département et de ses habitants ! Lure, Héricourt et Delle, connexions aux gares TGV de Belfort et de Besançon, financement de la LGV à hauteur de 17 millions d’euros sans contrepartie pour la ligne Paris-Mulhouse. Depuis plus de 10 ans notre groupe s’oppose sur de nombreux sujets et le bilan nous donne raison : – Nous avons combattu l’usine d’incinération et défendu une autre politique de gestion des déchets alors que pour la majorité socialiste il n’y avait point de salut sans une usine de 82 000 tonnes. – Nous avons farouchement défendu le désenclavement numérique du territoire et l’intervention du département en faveur des zones blanches alors que la majorité s’y opposait par dogmatisme. – Nous avons farouchement défendu l’option autoroutière entre Langres et Vesoul alors que la majorité l’a longtemps dénigrée en concentrant les crédits vers l’Est. Il ne doit pas y avoir de Haute-Saône à deux vitesses, les électeurs de Luxeuil-Les-Bains, de Champlitte et d’Autreylès-Gray l’ont exprimé en mars dernier, à nous de convaincre toujours plus de Haut-Saônois qu’une alternative à la gestion socialiste est possible.
Environnement PLAN CLIMAT « PATRIMOINE ET SERVICES » Le Cg70 mesure ses émissions de gaz à effet de serre Le Conseil général de la Haute-Saône a démarré une étude Bilan Carbone « Patrimoine et Services » depuis le mois de juin. Le bureau d’études SINTEO, basé à Paris, a été recruté afin de mener à bien cette étude qui s’étalera sur une période d’un an. Le Bilan Carbone est une méthode mise au point par l’ADEME, afin de comptabiliser les émissions de GES. La méthode permet d’évaluer les émissions directes ou induites par les activités d’une collectivité telle que le Conseil général, tout en prenant en compte ses activités économiques. Par ce biais, la collectivité peut découvrir sa situation réelle, discerner les postes les plus émetteurs de GES et les marges de manœuvre à sa disposition afin d’agir en conséquence. Pour réaliser l’étude, le Conseil général de la Haute-Saône a retenu un périmètre étendu englobant l’ensemble du patrimoine immobilier de la collectivité et les bâtiments hébergeant ses différentes Directions et Services. L’étude prendra ainsi en compte les émissions de GES des biens mobiliers et immobiliers ainsi que les activités de la collectivité sur l’ensemble du territoire haut-saônois. Les résultats obtenus serviront à identifier les principales sources d’émissions de GES liées aux activités du Département. Ceci permettra d’établir, selon les secteurs d’émissions, un programme d’actions de réduction des Gaz à Effet de Serre. L’étude permettra également au Conseil général de se doter d’un outil de suivi et d’amélioration de ses performances énergétiques. À l’issue de l’étude, la collectivité sera donc en mesure de se doter d’un véritable plan climat énergie afin de lutter à son échelle contre le réchauffement climatique. Lors de sa séance du 25 octobre 2010, le Conseil général a prévu de consacrer 50 000 € à la réalisation de cette étude Bilan Carbone, pour laquelle une aide de l'ADEME a été sollicitée. La loi Grenelle II rend obligatoire pour les Régions, Départements, Communes et Communautés de communes de plus de 50 000 habitants la réalisation avant fin 2012 d’un bilan de leurs émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Les Gaz à Effet de Serre (GES), comme le dioxyde de carbone ou le méthane, sont des composants gazeux qui absorbent le rayonnement infrarouge émis par la surface terrestre, contribuant à l’effet de serre. L’augmentation de leur concentration dans l’atmosphère terrestre est un facteur soupçonné d’être à l’origine du réchauffement climatique. Haute-Saône Magazine | PRINTEMPS-ÉTÉ 2011 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :