[68] Haut-Rhin magazine n°64 jan/fév/mar 2019
[68] Haut-Rhin magazine n°64 jan/fév/mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de jan/fév/mar 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : vers la collectivité européenne d'Alsace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 REPORTAGE Le Conseil départemental du Haut-Rhin consacre 1,75 M € par an pour le développement de l’enseignement bilingue français-allemand. A la rentrée 2018-2019, il concernait près de 20 000 élèves. bilinguisme UN CADEAU POUR LA VIE ! A Fessenheim, en primaire, le nombre d’enfants en classes bilingues dépasse largement celui des enfants en classes monolingues. Allons y faire un tour… « Wer ist das ? » « Rotkäppchen ! » entonne en chœur une douzaine de bambins. « Das ist Rotkäppchen », précise l’enseignante, une marionnette du chaperon rouge à la main. « Und das, wer ist das ? » « Le chasseur ! » s’exclame une fillette. « Ja, Maîtresse Sabine sagt le chasseur. Maîtresse Agathe sagt der Jäger. » Maîtresse Agathe et maîtresse Sabine se partagent deux classes. Ainsi chaque semaine, chacune de ces S’adresser à la maîtresse n’est pas toujours chose facile. En revanche, la mascotte délie les langues, même en allemand ! classes passe deux jours avec chacune des enseignantes ; deux jours en français avec maîtresse Sabine et deux jours en allemand avec maîtresse Agathe. C’est la recette du bilinguisme ! On ne le répètera jamais assez  : apprendre dans la petite enfance une autre langue que la sienne, c’est développer la capacité d’apprendre beaucoup plus facilement d’autres langues par la suite. « Les parents qui scolarisent leurs enfants dans nos classes n’en doutent pas », explique Agathe Geyer, enseignante à Fessenheim depuis 2005. « Beaucoup ne parlent pas l’allemand, certains sont originaires d’autres régions et sont appelés à repartir mais tous perçoivent cet enseignement comme une grande richesse pour leur enfant. » Le bilinguisme, un cadeau pour la vie ? En Alsace, de plus en plus de parents en sont convaincus.
L’enseignement immersif, 100% en allemand et en alsacien, initié par ABCM à la rentrée 2017-2018 sur 4 sites en Alsace concerne déjà 220 enfants. UN ENGAGEMENT PUISSANCE QUATRE L’État, les Départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin avec la Région œuvrent ensemble au développement de l’apprentissage de l’allemand pour tous et du bilinguisme français-allemand pour ceux qui le souhaitent. Tous les niveaux sont concernés, des classes maternelles aux lycées généraux et professionnels. Les partenaires souhaitent qu’à l’horizon 2030, les jeunes Alsaciens soient tous en mesure de mener a minima une conversation du quotidien en allemand sur une base de 300 mots. En décembre dernier, ils ont signé leur convention opérationnelle pour la période 2018- 2022, s’engageant financièrement à hauteur de 1 million d’euros par an pour chacune des trois collectivités. Une somme investie sur de nombreux volets dont l’attractivité du métier d’enseignant en langue allemande (bourses pour les étudiants, primes pour les enseignants, formations…). Pour aller plus loin, un rôle de pilotage de la politique du bilinguisme sera confié à la future Collectivité européenne d’Alsace. Elle sera notamment en mesure d’accompagner l’action éducative académique en allemand et en alsacien (appui au recrutement et à la formation des professeurs d’allemand, recrutements complémentaires…) et de soutenir l’enseignement des dialectes alsaciens en particulier dans le domaine périscolaire, en lien avec les communes. L’IMMERSION TOTALE SELON ABCM L’association ABCM Zweisprachigkeit, créée en 1991, gère 11 écoles bilingues. Depuis la rentrée 2017-2018, elle a ouvert 10 classes de maternelle à triple niveau en immersion totale. L’enseignement y est assuré pour moitié en allemand et pour moitié en alsacien. Dans ce projet d’enseignement immersif, les élèves n’aborderont le français qu’à partir du CE1 à hauteur de 40% de leur emploi du temps. Pour l’instant, les grandes sections qui ont bénéficié de cet enseignement l’an passé sont entrées en CP bilingue français-allemand. De l’avis de leurs enseignants, ils ont un très bon niveau en allemand et suivent parfaitement en français avec une concentration hors du commun. « Nous avons préparé ce projet pendant 3 ans en nous rapprochant des écoles basques et bretonnes qui pratiquent l’immersif depuis de longues années, explique Karine Sarbacher, Présidente d’ABCM. Contrairement à ce que l’on peut penser, la plupart des parents ne parlent ni l’alsacien ni l’allemand, certains ont déjà eu des enfants en cursus bilingue et ont souhaité aller encore plus loin. « Les tout-petits sont hyper réceptifs, le retour est presque immédiat  : c’est très gratifiant » Les parents d’aujourd’hui sont nombreux à ne pas avoir appris la langue régionale par leurs parents. Avec la scolarité bilingue ou immersive, ils souhaitent donner cette chance à leurs enfants. En alsacien Ùf Elsassisch Pascale Schmidiger Conseillère départementale du canton de Saint-Louis Elle est également Vice-Présidente du Conseil départemental en charge du bilinguisme PLUS D’INFORMATIONS SUR  : bilinguisme68.haut-rhin.fr Daniel Adrian Conseiller départemental du canton de Brunstatt Il est également Président de la Commission actions, relations internationales et promotion du bilinguisme En octobre dernier, la Déclaration commune, signée à Matignon, donnait le feu vert à la création de la Collectivité européenne d’Alsace qui verra le jour le 1er janvier 2021. C’est la reconnaissance par le Gouvernement d’un réel ancrage rhénan de l’Alsace. Ainsi, cette collectivité sera le chef de file de la coopération transfrontalière chargée de coordonner l’action des partenaires. Elle pourra porter des projets structurants en matière de santé, d’infrastructures, de liaisons routières ou ferroviaires. Dans le bilinguisme, elle pourra compléter les équipes de professeurs des écoles de l’Education nationale par des personnels qui interviendront pour l’apprentissage de la langue régionale d’Alsace (allemand et dialecte alsacien). Ils pourront être chargés de sa pratique orale et immersive en complément des heures enseignées par les professeurs des écoles primaires et des établissements du secondaire. C’est sans aucun doute une belle avancée pour notre population. 64 janvier 2019 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :