[68] Haut-Rhin magazine n°61 avr/mai/jun 2018
[68] Haut-Rhin magazine n°61 avr/mai/jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°61 de avr/mai/jun 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 13,0 Mo

  • Dans ce numéro : très haut débit, il arrive dans nos villages.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
34 SAVEURS d’ici POISSON D’AVRIL L’élevage de carpes dans le Sundgau serait-il né dans le but de remplacer la viande en période de carême ? C’est une très vieille tradition en tout cas que perpétue depuis 70 ans la famille Bihl à Friesen. Serge, Marc et Jean-Claude, deux frères et un cousin, sont aux commandes de l’une des dernières piscicultures du Sundgau. Si la carpe reste la spécialité emblématique de la maison, on y élève également truites, tanches, brochets… La pisciculture fournit restaurants, supermarchés… en filets de carpe et truites vidées. Mais la maison Bihl est également un partenaire privilégié de toutes les associations de pêche et de pisciculture pour le repeuplement des étangs et des cours d’eau. 7 rue Principale, 68580 Friesen, Tél. 03 89 25 62 15 www.pisciculture-bihl.fr En alsacien Ùf Elsassisch Si étangs et carpes forment un couple indissociable dans tout le haut Sundgau, l’histoire de la pisciculture reste étonnamment peu connue. On a longtemps attribué aux moines cisterciens la paternité de l’élevage de la carpe. Les étangs auraient été creusés pour y élever des poissons en remplacement de la viande en période de carême. Hypothèse séduisante mais peu plausible car les massifs forestiers peuplés d’étangs n’ont jamais été des propriétés monastiques. Il est avéré par contre qu’à partir des 14 e -15 e siècles, l’élevage de la carpe devient le fait de l’aristocratie terrienne. Mais c’est surtout aux 18 e et 19 e siècles que les étangs vont se multiplier sous l’influence des lumières et de ses agronomes. C’est à partir de cette période que les étangs sundgauviens sont régulièrement asséchés, le temps d’y produire une récolte d’avoine. Une pratique totalement abandonnée aujourd’hui. Un poisson, 25 recettes Dans un des premiers livres de cuisine alsacienne, le Kochbuch de l’abbé Buchinger de l’abbaye de Lucelle (1674), figurent 150 recettes de poisson dont 25 recettes de carpe. Ce poisson était accommodé de multiples façons  : bouilli ou grillé et accompagné de sauces chaudes ou froides très épicées, en gelée, au bleu, farci ou tout simplement frit.
INITIATIVES Jean Wehrey L’emblématique fermier-aubergiste de la vallée de Munster se raconte dans un beau livre de souvenirs écrit avec la complicité de l’écrivain et folkloriste Gérard Leser. Fils, petit-fils, arrière petit-fils de paysan, Jean Wehrey y évoque ¾ de siècle de vie rurale. Une vie formidablement remplie marquée entre autres par le sauvetage de la race vosgienne, qui dans les années 1970 ne comptait plus que quelques centaines d’individus. Une vie paysanne en Alsace. Editions Vandelle, 17 euros Robert Schuman proposa, en mai 1950, de placer la production franco-allemande du charbon et de l’acier sous une autorité commune et ouverte à tous les pays d’Europe  : la Communauté européenne du charbon et de l’acier. L’idée d’une Union européenne était lancée. Chaque mois de mai, cette Union est fêtée dans toute l’Europe. Retrouvez les initiatives haut-rhinoises sur haut-rhin.fr/moisdeleurope. Francis et bien d’autres aspiraient à une consommation respectueuse et solidaire. C’est ainsi qu’est née, à Colmar, la Coop Les Oies sauvages. Inspirée de La louve à Paris et de la Park Slope Food Coop à New-York, la coopérative à but non lucratif fonctionne grâce à ses clients, ou plutôt ses membres-coopérateurs, qui donnent 3 heures de leur temps toutes les 4 semaines. Les économies réalisées engendrent des marges réduites et par conséquent des prix abordables sur des produits de qualité et locaux. En savoir + cooplesoiessauvages.alsace ils elles le font Haut-Rhin ! Marie Louise Pire fut brancardière pendant la 1 ère guerre mondiale. En 1918, elle fonda l’association qui porte toujours son nom, dont la vocation est d’accueillir et de prendre en charge des enfants, des adolescents et des adultes handicapés. Ce siècle d’histoire sera fêté du 1er au 3 juin prochain sous le signe des arts du cirque. Plusieurs rendez-vous festifs - spectacles, ateliers, concert, fanfare, feu d’artifice, brunch, dancing… - sont programmés et ouverts à tous. En savoir + sur mariepire.asso.fr Fiona Fondadouze est styliste, infographiste et illustratrice, diplômée de l’école ORT de Strasbourg et de l’atelier Chardon Savard à Paris. Très jeune, elle lance sa première collection et sa marque Akène, au style unique et aux lignes très graphiques. Elle se voit décerner le Prix Dauphine Paris et est élue coup de cœur des magasins Printemps. Pour sa 3 ème collection, elle s’inspire de l’Alsace, en réinterprétant les codes culturels de sa région natale, du sportwear et du monde digital. Cette dernière collection est le reflet de son univers créatif et de sa vision de la mode. akene-lab.com 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :