[68] Haut-Rhin magazine n°56 jan/fév/mar 2017
[68] Haut-Rhin magazine n°56 jan/fév/mar 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°56 de jan/fév/mar 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : quand la musique donne !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32 TERRITOIRE Alain Grappe Conseiller départemental du canton de Guebwiller Vice-Président du conseil départemental chargé des routes et des grands équipements, maire de la commune d’Orschwihr LES VERTUS DE LA PAUVRETÉ La réputation des collines calcaires du canton doit autant à ses vignobles prestigieux qu’à sa flore exceptionnelle. Les landes sèches du Bollenberg, d’allure méditerranéenne, abritent en effet plusieurs espèces protégées aux floraisons absolument somptueuses. C’est l’anémone pulsatille qui ouvre le bal, suivie de plusieurs variétés d’orchidées dont l’orchidée à odeur de bouc, l’orchidée bouffon où l’orchidée homme pendu. C’est ici également que l’on peut observer le rare lézard vert. Ce remarquable reptile, qui vit habituellement dans le Sud de la France et qui atteint 40 cm, ne fréquente en effet que les milieux secs et chauds des collines calcaires sous-vosgiennes. Lui écrire  : Alain Grappe - 100 avenue d’Alsace - BP 20351 68006 Colmar Cedex ou grappe.elu@haut-rhin.fr L’ART DE LA VIGNE 140 ha d’un seul tenant dont 70 ha classés en grand cru. 850 kilomètres de rangs de vignes qui s’étirent sur 5 terrasses principales soutenues par 50 kilomètres de murs en pierres sèches. Impossible d’en douter en portant son regard sur le formidable paysage viticole du domaine Schlumberger. Le plus beau monument que Rome nous ait légué est bel et bien le vignoble. Un magnifique patrimoine familial certes, mais Notre canton est placé sous le signe du patrimoine et du tourisme  : la Communauté de communes de la région de Guebwiller (CCRG) est labellisée Pays d’Art et d’Histoire depuis 2015 et possède quelques sites remarquables tels les Dominicains de Haute-Alsace, propriété du conseil départemental, l’abbaye de Murbach, l’église St-Michel de Lautenbach, le couvent des Antonins à Issenheim ou encore le château de la Neuenbourg. C’est une terre de musées également avec le musée Deck à Guebwiller, ceux du jouet et de la viticulture à Soultz, ainsi que le Vivarium du Moulin à Lautenbach-Zell. Ce territoire peut s’enorgueillir de paysages de grandes valeurs comme les lacs de la Lauch et du Ballon, les Landes sèches du Bollenberg à Orschwihr ou encore les massifs du Petit et du Grand Ballon. Le canton de Guebwiller, c’est aussi un formidable patrimoine viticole, avec pas moins de cinq grands crus et le remarquable vignoble Schlumberger et ses murs de pierres sèches. L’essentiel de la population du canton se concentre dans les 4 villes centres  : Guebwiller, Soultz, Issenheim et Buhl. C’est ici aussi que se trouve le poumon économique du canton, avec des entreprises comme NSC Schlumberger, Meyer Sanboeuf à Guebwiller, Sojinal à Issenheim ou encore le florilège d’entreprises de l’aire d’activité du Florival. Un bel esprit d’entreprise et d’initiative que j’ai à cœur d’encourager et de soutenir. Le canton de Guebwiller, c’est aussi une offre éducative riche et variée  : 3 collèges publics, un collège privé ainsi que trois excellents lycées. Bref, un territoire foisonnant de talents que j’ambitionne de servir au mieux. plus encore un patrimoine commun à tous, que les Schlumberger s’évertuent à préserver. Que serait Guebwiller et sa vallée sans ses vignes et ses terrasses ? « Nos murets représentent l’équivalent, en volume de pierres de deux cathédrales de Strasbourg ». Plusieurs maçons sont employés au domaine pour les entretenir. Sans vigne, même le climat local ne serait pas le même. Ces coteaux constituent une véritable bouillotte. Ils accumulent la chaleur dans la journée et la restituent au cours de la nuit, évitant à la ville brouillard et humidité. « La reconstruction de ces murs représenterait de 5 à 10 000 années de travail pour un homme seul ». Séverine Schlumberger
C’EST BON POUR LA SANTÉ ET LA PLANÈTE ! Filiale du groupe belge ALPRO, leader européen du marché des boissons et aliments à base de soja, d’amandes, de noisettes…, l’entreprise Sojinal d’Issenheim est l’un des principaux employeurs du canton. Et elle le sera bien davantage encore demain lorsque la toute nouvelle usine ultramoderne en cours de construction sera opérationnelle. Prévu fin 2017, le démarrage de ces nouvelles lignes de production devrait permettre de tripler les capacités de production, actuellement de 90 000 tonnes. Une extension qui se traduira par de nombreuses créations d’emplois. De 96 salariés, l’effectif passera à 160 personnes, puis potentiellement à 250 avec la montée en charge de l’activité. Fortement engagée dans une démarche de développement durable, Sojinal a réduit sa consommation de gaz de 50% et sa consommation d’électricité d’un tiers. La nouvelle usine en particulier sera un modèle d’économie et de récupération d’énergie. Thierry Balezeau, directeur de l’usine Sojinal d’Issenheim. Au pays du vin, le soja est roi ! UN LIEU DE CULTURE ET DE RENCONTRE C’est à la fois un bâtiment hors du temps et un lieu ultra-branché aux avant-postes de la création artistique. Un joyau de l’architecture rhénane qui possède l’un des plus beaux ensembles de peintures murales médiévales, longtemps recouvertes d’un badigeon et redécouvertes il y a un peu plus d’un demi-siècle. C’est en 1294, que l’abbaye de Murbach patronne l’installation d’une communauté dominicaine à Guebwiller. L’ordre Dominicains connaît alors un grand essor dans toute la vallée du Rhin, mais en 1791, la communauté est supprimée et un an plus tard le couvent est vendu comme bien national, échappant de peu à la destruction. Pendant une quarantaine d’années, il abritera une manufacture textile pour finalement être donné par l’industriel Jean-Jacques Bourcart à la ville qui en fera un hôpital. Depuis 25 ans, les Dominicains de Haute-Alsace sont la propriété du Département du Haut-Rhin qui en a fait un centre polymusical dont le rayonnement ne cesse de grandir. Le lac de la Lauch (ci-dessus) et dans une moindre mesure celui du Ballon contribuent à l’alimentation en eau potable de 25 000 personnes. DE L’EAU, DE L’EAU DE LÀ-HAUT C’est un cas unique en Haute-Alsace, du moins pour une collectivité d’importance. Guebwiller en effet est la seule agglomération du département à prélever directement son eau potable en rivière, la Lauch en l’occurrence. Une ressource d’une qualité exceptionnelle, le bassin versant de la rivière étant vierge de toute activité industrielle ou agricole, mais qui malgré tout va subir une série de traitements afin de la débarrasser de ses éventuelles impuretés. Après floculation et filtration, c’est une eau d’une très grande douceur, sans nitrates ni moindres traces de pesticides, qui sera délivrée à près de 25 000 personnes. Aux habitants de Guebwiller ainsi qu’à ceux des 8 autres communes membres du syndicat intercommunal en eau potable. Ce mode d’approvisionnement en eau fait du lac de la Lauch (photo) et dans une moindre mesure de celui du Ballon des maillons indispensables du dispositif. En période estivale, alors que les débits de la Lauch sont faibles, ces deux retenues relâchent une partie de leurs eaux, contribuant du même coup à la préservation de la vie aquatique. LE CANTON DE GUEBWILLER EN CHIFFRES 18 communes 36 568 habitants 169,87 sa superficie en km 2 214 sa densité humaine au km 2 PLUS D’INFOS tourisme-guebwiller.fr En alsacien Ùf Elsassisch 51 56 C’est une eau très douce, sans nitrates, et sans la moindre trace de pesticides qui est délivrée aux consommateurs. Ciné-concert sur transats et matelas dans la nef des Dominicains janvier JUILLET 2017 2015 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :