[68] Haut-Rhin magazine n°5 sep/oct 2005
[68] Haut-Rhin magazine n°5 sep/oct 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de sep/oct 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : à la découverte du Ried.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
En période d’inondation, les prairies et les forêts du Ried assurent un rôle épurateur fondamental et contribuent à la réalimentation de la nappe phréatique en eau de qualité. Un paysage né de l’eau C’est l’une des plus vastes zones humides de vallées fluviales d’Europe centrale et occidentale. Elle occupe la presque totalité de la largeur de la plaine d’Alsace entre Strasbourg et Colmar. Le Ried, il n’a pas toujours fait bon y vivre avant l’aménagement du Rhin et des cours d’eau alsaciens.Notre région est riche de chroniques relatant les effets destructeurs des crues de l’Ill et du Rhin. Comble de malheur,nos deux principaux cours d’eau ont des régimes hydrologiques opposés. Le Rhin submergeait une bonne moitié de la plaine en été, l’Ill de son côté inondait l’autre moitié en hiver.Et lorsqu’une crue précoce du Rhin et une crue tardive de l’Ill faisaient que les deux cours d’eau mêlaient leurs eaux de débordement,c’était tout le Ried qui se trouvait sous les eaux. En dépit des risques d’inondation et au prix d’un travail intense,des générations successives d’agriculteurs ont transformé et aménagé ce milieu,localisant villages et cultures vivrières sur les terrasses légèrement surélevées, affectant les prés de fauche et les pâturages extensifs aux zones les plus régulièrement inondées. Et c’est ainsi qu’est né un paysage d’une étonnante harmonie, une fine marqueterie de champs et de prés entrecoupés de haies et de bosquets,parcouru par un dense chevelu de sources vives. Légère, maniable, d’une longueur variant entre 5 et 10 mètres, la barque à fond plat était l’outil de travail indispensable des pêcheurs du Ried. Fabriquée en sapin ou en pin, son étanchéité était assurée à l’aide de tresses de roseaux que le calfat (fabricant de barque) insérait tout le long des joints et qu’il recouvrait d’une fine baguette de troène. 34• FAR haut-rhin Ça coule de source ! Le Ried abrite le plus vaste et le plus riche réseau de rivières phréatiques d’Europe. Il existe bien quelques cours d’eau de ce type dans la vallée du Danube,mais aucun n’est aussi beau que l’Orschbach ou le Riedbrunnen.Les cours d’eau phréatiques de la plaine d’Alsace sont désignés par le terme extrêmement parlant de Ried, vieux terme populaire du Moyen Age allemand, désigne le roseau Brunnenwasser, ce qui, traduit littéralement,signifie eau de fontaine.Les populations du Ried ont de tout temps été fascinées non seulement par la limpidité cristalline des eaux de Brunnenwasser mais également par leur faible variation de température.Comme ces rivières drainent les eaux de la nappe phréatique dont la température est constante et se situe autour de11-12 degrés,l’eau des Brunnenwasser parait glaciale en été et tiède en hiver. Ces eaux ne gèlent donc jamais,ce qui fait le bonheur des oiseaux piscivores comme le héron et le martin-pêcheur qui sont assurés de pouvoir y pêcher toute l’année mais aussi des meuniers qui pouvaient moudre en plein hiver alors que partout ailleurs la glace bloquait les roues à eau. L’arbre aux sabots Illhaeusern Les saules comptent certainement parmi les arbres les plus représentatifs du Ried. Le saule blanc en particulier, encore appelé saule des vanniers,aux longues feuilles argentées et soyeuses et qui peut monter jusqu’à 20-25 mètres. Mais il atteint rarement cette hauteur car l’homme, en prélevant les rameaux souples de la cime, provoque un fort épaississement du tronc et lui donne la forme dite en « têtard ». Jusqu’à une époque récente,les saules têtards avaient une grande importance économique.Au printemps,les vanniers venaient récupérer l’osier pour tresser les paniers. Mais l’osier avait d’autres usages également : il servait à nouer les gerbes de blé ou encore à fixer les sarments de vignes.Quant au bois de l’arbre, très tendre et léger, et donc très facile à travailler, il était tout particulièrement apprécié pour la fabrication des sabots. Le saule, enfin, occupait une place privilégiée dans la médecine populaire de nos campagnes,et cela jusqu’à une époque récente. La science finalement, en montrant que les feuilles et l’écorce de l’arbre contiennent de la
Séchoir à tabac à Guémar salicine,une substance qui est à l’origine de l’aspirine, est venue confirmer cet usage empirique. Avouez tout de même qu’il est drôle qu’un arbre qui vit les pieds dans l’eau vienne au secours de ceux qui souffrent de rhumatismes et de refroidissements ! Un légume qui nous veut du bien La famille Frieh, producteur de choux à choucroute à Holtzwihr La choucroute a-t-elle été importée en Europe occidentale par Marco Polo comme semblent l’indiquer de nombreuses sources ? Son origine n’est pas locale, c’est une certitude, même si les sols du Ried lui conviennent à merveille et si les défenseurs les plus nombrilistes de la gastronomie régionale affirment volontiers que dans sa forme la plus accomplie,la choucroute est alsacienne ! Ce légume en tout cas est connu dans notre région depuis le Moyen Age, même si sa façon d’être accommodé a profondément évolué au cours des siècles. La choucroute n’a pas toujours été Râpe à choucroute royale,cela va de soi ! Véritable caricature de notre gastronomie,ce légume n’a pourtant pas fini de livrer toutes ses qualités et il mérite d’être redécouvert d’urgence. Pour son excellente digestibilité, son apport en vitamines (C notamment) mais aussi sa pauvreté en graisse et sa richesse en fibres. Le Ried Arasement des haies, drainage, retournement des prairies, développement de la culture du maïs économiquement plus rentable que les herbages. En un peu moins de quatre décennies, le Ried a connu les mutations les plus profondes de la campagne alsacienne. La gentiane germanique, l’une des nombreuses raretés botaniques des prairies du Ried. Ce sont les inondations du Rhin qui sont à l’origine de la présence de multiples représentants de la flore alpine dans notre région. Les fleuves peuvent tout : faire voyager les hommes et leurs idées ainsi que les graines ! Du Ried à Hollywood Audie Murphy n’a que 17 ans lorsque l’Amérique s’engage Audie filURPHYI dans le second conflit mondial. Trop impatient d’aller se battre, il falsifie ses papiers. Engagé comme simple soldat en 1941,il termine la guerre avec le grade de capitaine,mais surtout comme militaire le plus décoré de l’US Army, titulaire entre autres de la médaille d’honneur du congrès que lui remettra le Président Truman en personne. Comme l’Amérique aime les héros, elle voudra faire poursuivre à Audie ses exploits sur le grand écran. Malgré quelques films intéressants aux côtés de très grandes stars hollywoodiennes, Audie Murphy ne renouvellera plus jamais les actions d’éclat commises à bord de son char à Holtzwihr, Jebsheim et dans les autres villages du Ried lors des terribles combats de la poche de Colmar au cours du glacial hiver 1945. territoires Des jacuzzis naturels Coup de c♥ eur C’est à la géologie qu’il faut faire appel pour comprendre la manière tout à fait étonnante dont les Brunnenwasser surgissent de terre. Très localement dans le Ried, la nappe phréatique est recouverte d’un sol argileux imperméable. L’eau souterraine y est donc légèrement maintenue sous pression. Il lui arrive pourtant, dans des sortes de cuvettes, là où les argiles et les limons sont les moins épais, de pouvoir percer cette couche imperméable. L’eau s’écoule alors par petits jaillissements, spectacle peu ordinaire et réellement fascinant. Ne sachant quelles forces naturelles ou surnaturelles avaient bien pu engendrer ces puits, les habitants de la région dénommèrent ces sources « Donnerlöcher », « Trous du tonnerre ». Pour accéder aux sources du Riedbrunnen il est impératif de vous munir d’une carte. Le site se trouve à un kilomètre à l’est du lieu-dit « Maison Rouge » sur la petite départementale entre Ostheim et Jebsheim. Soyez respectueux du milieu, qui est d’une extrême fragilité. L’émotion dans tous les cas sera au rendez-vous. haut-rhin 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :