[68] Haut-Rhin magazine n°5 sep/oct 2005
[68] Haut-Rhin magazine n°5 sep/oct 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de sep/oct 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : à la découverte du Ried.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Peuplés d’arbres,d’oiseaux,de fleurs et d’insectes,les vergers sont la preuve que ce n’est que de nous autres que dépend le paradis terrestre. Chaque année,le verger inaugure la course du temps : floraisons légères, fructifications prodigues, parterres ocres et rouges lorsque le soleil s’éloigne.C’est une si vieille histoire déjà. Une histoire qui a contribué à faire l’identité et le charme de notre région. Les vergers traditionnels d’arbres à hautes tiges constituent un élément caractéristique et une des richesses de notre paysage rural. Ils entourent fermes et villages, assurent non seulement une production fruitière mais également un rôle de brise-vent, atténuent les rigueurs climatiques,diminuent l’érosion du sol dans les terrains situés en pente et offrent de l’ombre aux animaux dans les pâturages. Lorsque dans un bruit de soie froissée… Eloge du verger Créés par l’homme et entretenus dans le respect des équilibres naturels, les vergers à hautes tiges abritent une flore et une faune très diversifiées. Ils constituent souvent l’ultime refuge pour des oiseaux cavernicoles tels la chouette chevêche, ce petit rapace nocturne un peu plus gros qu’un merle,et le torcol fourmilier avec son plumage de couleur feuille morte qui lui permet de passer inaperçu. Les plus chanceux auront le bonheur d’y croiser l’oiseau fée, semblable à quelque papillon géant : la huppe. En automne, les vergers offrent le spectacle de compagnie de grives faisant des agapes de pommes sucrées. Elles s’en saoulent littéralement comme si elles savaient que bientôt la nourriture se fera plus rare. Une cathédrale d’or et de lumière Pénétrer dans un verger,c’est balayer les scories de la vie quotidienne. Les vergers ont une grande force d’apaisement, leur lumière est la même que celle des cathédrales. Lieu de convivialité, espaces de découverte, les vergers permettent à chacun de reprendre contact avec son environnement naturel, de vivre le rythme des saisons. Le verger est lieu de mémoire aussi. L’arbre est planté afin de conserver des traces, des souvenirs. L’arbre devient alors témoin, ami et compagnon de plusieurs générations. Milieux de vie,espaces récréatifs,les vergers sont aussi et surtout des lieux de production qui fournissent des fruits de qualité,sains,bons pour la santé. Un tableau qui lentement s’efface Agriculture intensive, urbanisation, restrictions apportées au droit des bouilleurs de cru ont considérablement fait régresser les vergers de haute tige en Alsace.De 15 000 hectares dans les années de l’immédiate après guerre, la superficie des vergers traditionnels est passée à moins de 2 000 hectares aujourd’hui. Les collectivités agissent pourtant.Le Conseil Général du Haut- Rhin, en partenariat avec le Conservatoire des Sites Alsaciens, a contribué à préserver de nombreux vergers remarquables du département. Les associations d’arboriculture, les communes… ne restent pas inactives non plus. Et pourtant, toutes ces initiatives resteront insuffisantes tant qu’elles ne seront pas suivies d’une relance de la consommation familiale. L’avenir de ces milieux de vie dépend de nous tous. Car même si nous ne possédons pas de verger, nous pouvons décider de leur avenir par nos choix de consommation et nos goûts alimentaires. La plus savoureuse des pommes n’est pas obligatoirement la plus belle d’aspect. L’enjeu de ce pari est vaste : c’est la reconquête de nos paysages et d’un art de vivre. Ensemble,redonnons aux arbres fruitiers une place au cœur de nos vies.
Historique et description Fruit du poirier dont l’aire d’origine s’étend de l’Asie mineure au Cachemire,la poire est cultivée depuis 3000 ans. A ce jour, plus de 2 000 variétés ont été recensées mais seule une dizaine se trouve régulièrement sur nos étals. Le poirier est l’un de nos arbres fruitiers qui vit le plus longtemps : 200 à 250 ans,parfois beaucoup plus.Dans nos traditions,le poirier ne joue qu’un rôle très mineur par rapport à d’autres espèces fruitières,le pommier notamment.Chez nos voisins suisses, on plantait naguère un pommier lors de la naissance d’un garçon, un poirier pour une fille. Conservation Les poires sont fragiles : on les cueille de préférence avant leur maturité. Lorsqu’elles sont à point, elles se conservent quelques jours au réfrigérateur,séparément des autres aliments odorants car elles en absorbent facilement l’odeur. Utilisation La poire peut se manger nature,cuite, déshydratée ou confite.On la transforme en compote, coulis, gelée, confiture, jus, vinaigre, eau-de-vie, liqueur (Poiré, Poire Williams), sirop. Elle accompagne aussi bien les entrées (foie gras, jambon), que les plats de viande et les fromages. Quelques exemples de variétés : - A croquer : l’Anjou, la Beurré Hardy, la Packham, la Passe- Crassane, la Rocha, la Comice - A cuire : la Bartlett ou Williams, la Bosc, la Conférence. La chair des poires s’oxyde et brunit lorsqu’elle vient en contact avec l’air. Pour l’empêcher de s’oxyder,consommer ou cuisiner la poire immédiatement,ou l’arroser de jus de citron ou d’orange ou d’alcool. Coté nutrition La poire est une source élevée de fibres,de potassium,de cuivre et de fer. La poire à l’honneur Idée recette : Lieu aux poires et au roquefort Ingrédients pour deux personnes 70 g de roquefort 10 cl de crème 35 g de farine 250 g de filet de lieu noir 320 g de poires (2) 30 g de beurre Sel, poivre Quelques brins de persil Préparation et cuisson : 30 mn - Dans une casserole, verser la crème et le roquefort. Porter à ébullition, faire une réduction, mélanger régulièrement, goûter, rectifier le poivre éventuellement, pas de sel, le roquefort est déjà salé ; - Placer la farine dans une assiette et fariner le poisson ; - Préparer les poires : enlever la queue, éplucher, couper en deux parties, débarrasser la partie centrale avec une petite cuillère et tailler en lamelles d’au moins 1 cm d’épaisseur ; - Faire fondre la moitié du beurre et faire revenir rapidement les lamelles de poires sur les deux faces ; - Dans une seconde poêle, verser le restant de beurre et cuire le poisson sur les deux faces. Servir avec la sauce au roquefort. Saupoudrer de persil. haut-rhin 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :