[68] Haut-Rhin magazine n°38 fév/mar/avr 2012
[68] Haut-Rhin magazine n°38 fév/mar/avr 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de fév/mar/avr 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 6,1 Mo

  • Dans ce numéro : vers une nouvelle collectivité... 2012, un budget pour toutes les générations.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
40 territoires Le pôle d'activités industrielles (maintenance et réparation d'appareils, activités d'aménagement d'intérieurs d'appareils...) Avec un peu plus de 1500 salariés, Jet Aviation est non seulement le premier employeur du pôle industrie et aéronautique mais aussi de l'aéroport. L’activité fret (104 000 tonnes) est en baisse de 4% par rapport à 2010. Ce secteur est très lié à la conjoncture économique. D’après les experts, il constitue même un excellent indicateur à court terme (6 à 9 mois) de l’état de l’économie. 27000 emplois ! Peut-être parce qu’il est le lieu de projection de nos rêves et de nos émotions, de nos désirs d’ailleurs, limitons-nous souvent le rôle d’un aéroport à son activité de transport de passagers. Or une plateforme aéroportuaire, c’est beaucoup plus que cela. Un aéroport joue un rôle économique majeur, et c’est le cas de l’EuroAirport tout particulièrement. Car son activité de fret, de fret express notamment, est bien plus importante que celle de ses pairs européens de taille équivalente. Et cela vaut également pour son activité de maintenance aéronautique. Au total, la plateforme génère 6 200 emplois directs fin 2011, dont 2 300 pour la seule activité industrielle. En réalité, l’impact socio économique de l’EuroAirport dans sa zone d’influence trinationale est bien plus grand encore. 27 000 emplois sont directement ou indirectement dépendants de l’activité de l’aéroport dont une très grande majorité (17 000) en France, 8 000 en Suisse et 2 000 en Allemagne. Le chiffre d’affaires généré par l’EuroAirport est proche de 4 milliards d’euros. Les revenus de l’ensemble des salariés de la plateforme sont estimés à 1 milliard. Menaces sur un modèle vertueux La condamnation par la Cour de Cassation de Paris d’une entreprise suisse de l’EuroAirport pour licenciement abusif risque d’être lourde de conséquences. Quel droit du travail appliquer en effet à l’EuroAirport de Bâle-Mulhouse, le droit suisse ou le droit français ? Selon un accord, jamais écrit, et qui relève davantage de la coutume, il a toujours été convenu depuis la création de l’établissement binational, que le personnel des entreprises suisses installées dans le secteur suisse de l’aéroport relève du régime social helvétique et le personnel des entreprises installées dans le secteur douanier français du régime social français. En ce qui concerne le personnel de l’établissement public binational, c’est le lieu de résidence du salarié qui détermine son régime social. Le jugement de la Cour de Paris qui a fait jurisprudence pourrait donc contraindre les entreprises suisses à appliquer le droit du travail français, ce qui entraînerait aux yeux de nombreuses sociétés des « surcoûts inacceptables ». Nombre d’entreprises, dont EasyJet, principal transporteur, ainsi que de nombreuses sociétés de maintenance aéronautiques menacent de délocaliser leur activité si aucune solution n’était trouvée. Un casse-tête juridique pour la résolution duquel les gouvernements français et suisse se sont engagés à trouver une solution rapide. Enfin sur les rails Voilà plus de 30 ans que le raccordement ferroviaire de l’EuroAirport est envisagé. Le projet a été réactivé début 2010 et plus rien aujourd’hui ne semble s’opposer à la concrétisation de cette infrastructure majeure dont l’objectif est de renforcer la compétitivité à long terme de l’EuroAirport et d’améliorer son accessibilité. Estimé à 200 ME, le projet consiste en une ligne nouvelle d’environ 7 kmentre le nord de l’aéroport et la gare de Saint-Louis qui pourra être empruntée par tous les trains voyageurs circulant entre Mulhouse et Bâle. Date prévisionnelle de mise en service : 2017, au plus tard 2018.
Valentintàg Beesa Zunga behàuipta, dr Valentintàg, wìe ar hìtzetàgs gfiirt wìrd, säig nur a kommerziella Erfìndung vom Blüamahàndel, Schmuckìndüschtrie, un Siasswàhrfàbrikànta. Sìe han wàhrschiins nìt gànz unracht. Yves Bisch Fruchtbàrkeit Doch scho d Reemer han Mìtta Hornung ìn àlla Fràuia vo ìhrer Umgabung Blüema gschankt. Dàs Hochfascht vo dr Fruchtbàrkeit ìsch dr Fàmìliagättin Juno gwìdmet gsì. Dr Ursprung vo dam Gebrüch ìsch hàlt nìt chrìschtlig, dr heilig Valentin ìsch erscht speeter igsteega, un ar salwer ìsch sìcher hìt nonìt uffem Làuifenda. Come back Ìn Anglànd ìsch da Brüch scho ands 14. Johrhundert bstätigt, ìsch mìt da anglischa Üswànderer ewer dr Àtlàntik gwàndelt, un nonem zweita Waltkriag zruck ku uf Europa ìm Gepàck vo da US- Soldàta, wo unsera Leitkültür domìt berichert han, wie mìt Coca Cola un Chewing gum. A Come-Back gràd wìe bim Sànti Klàuis, wo furt ìsch mìt da Hollander zu da Yankees un zruck ku àls Wiahnachtsmànn, oder s keltischa Samain Fascht wo bim Unkel Sam Halloween wora ìsch. Blüemagheimniss Àwer ìsch d Hàuiptsàch nìt àsses a Tàg gìt fer d Verliabta, un bsunders fer dia wo’s a betzi vergassa han, àss sìe verliabt sìnn ? Dr Valentintàg ohna Blüema, war wie Wiahnachta ohna Chrìschtkìndla, Silvaschter ohna Ràketa ìm Hìmmel, Oschtera ohna Eier ìm Naschtla. Àls Symbol vo dam Tàg gheert zu da rota Rosa o dr Cupido, dàs Biabla mìt Fatig, wo mìt sim Pfil ìn’s Harz trìfft, àwer o zwei Fàrwa : wiss fer d Unschuld, un rot fer d Lidaschàft, typisch elsassisch. Globàlisiarung Wìe àlles wo ebbis idrajt, hàt sìch da Brüchtum ìn dr gànza Walt verbreita, àllerdìngs mìt a pààr Eigaheita. Bi uns ìsch’s dreinzig Tàg ìm Johr wo meh Manner àss Fràuia Blüema kàuifa, doch ìn Jàpàn sìnn’s d Fràuia wo ìhra Manner un Kollega Schokolà schanka. Ìn da USA wara nìt nur Blüema un Praline gschankt, àwer o Reizwäsch un Sex Toys. Wätta mr àss dàs bi uns ìneiniga Jährla o dr Fàll wìrd sìì. „Yes we kann «, mìr känne’so, nur mìt a betzi Verspätung. Ìch hà di garnÌn Pàris, ànra Wànd vom square des Abbesses, kà ma a grossa Keramik endecka, wo drufsteht : ti amo (italianisch), I love you (anglisch), ich liebe dich (ditsch), wo ai ni (chinesisch), je t’aime (franzeesch), da garout a ran (bretonisch), t’aimi (occitànisch), j't'aquiers (ch’ti), seni seviyorum (türkisch), y hob ti (yeniche), ikh hob dikh lib (yiddish). Un ìn dr Mìttla vo dana 311 Sprocha un Mundàrta, erblìckt a Elsasser sofort : „ìch hà di garn «, un dia viar Wärtla màcha, àm Valentinstàg, meh Freid àss dr greescht Blüamasstrü, un as kummt beditend beliger. Haut-Rhin magazine N°38- février 2012 dialecte bschtätigt : attesté a Hochfascht vo dr Fruchtbàrkeit : une solennité de la fécondité uffem Làuifenda sìì : être au courant d Leitkültür : la culture de référence d Lidaschàft : la passion Eigaheita : des singularités d Globàlisiarung : la mondialisation Reizwäsch : de la lingerie sexy, affriolante 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :