[68] Haut-Rhin magazine n°38 fév/mar/avr 2012
[68] Haut-Rhin magazine n°38 fév/mar/avr 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de fév/mar/avr 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 6,1 Mo

  • Dans ce numéro : vers une nouvelle collectivité... 2012, un budget pour toutes les générations.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Archives municipales de Saint-Louis Photo Jean-Jacques Diemer. Archives municipales de Saint-Louis 38 territoires 27 juin 1970 - Arrivée de M. le Président de la République, Georges Pompidou, à l'occasion de l'inauguration du terminal passagers d’une capacité de 1 million de passagers par an. 28 avril 1979 - Le Concorde se pose sur l'aéroport tri-national à l'occasion de la commémoration du vol Mulhouse-Paris. La jetée en Y de l’EuroAirport Le « miracle de Blotzheim » Aujourd’hui encore, il convient de faire chapeau bas devant la rapidité de décision et d’exécution du nouvel aéroport. Dès mai 1945, alors que l’Europe est encore loin de se relever de ses ruines, Français et Suisses s’entendent pour construire ensemble un nouvel aérodrome. La France doit mettre à disposition les terrains, la Suisse, elle, construira les bâtiments et les pistes. Du point de vue topographique, le meilleur emplacement s’avère être un site à 4 kilomètres au nord de Bâle, sur le territoire de Blotzheim. En seulement deux mois une piste métallique de 1200 mètres de longueur, une tour de contrôle, des baraques en bois pour l’enregistrement et l’administration, et même un restaurant sont construits. L’aéroport provisoire est opérationnel avant même la signature de l’accord entre les deux pays et le premier appareil se pose sur la piste de Blotzheim le 2 mai, 4 jours avant l’inauguration de l’infrastructure. Une prouesse que l’histoire locale retiendra sous le nom de « Miracle de Blotzheim ». Ce n’est finalement que 3 ans plus tard, le 4 Juillet 1949 que sera signée la Convention Internationale. Un statut unique Seul aéroport binational au monde, bien que situé intégralement en territoire français, l’EuroAirport de Basel- Mulhouse-Freiburg est un établissement public de droit international. Son conseil d’administration est composé de 8 membres français, 8 membres suisses et 2 représentants allemands, à titre consultatif. Les modalités de fonctionnement de la plate-forme sont régies par la convention franco-suisse de 1949. La zone aéroportuaire est ainsi constituée de 3 secteurs douaniers : 1 secteur suisse, 1 secteur français et 1 secteur international commun. C’est la nationalité de la zone douanière qui détermine le droit des sociétés qui s’applique ainsi que le pays dans lequel les impôts sur les sociétés doivent être versés. Les impôts locaux par contre devraient être dus uniquement en France quel que soit le secteur d’installation des entreprises. Cette règle ne ressort pas explicitement de la convention de 1949, mais a été évoquée lors des travaux du groupe franco-suisse constitué à l’initiative du Conseil d’Administration de l’Aéroport, des Chambres de Commerce de Mulhouse et de Bâle afin d’anticiper les inévitables contentieux liés aux ambiguïtés du texte. Européen par nature Lors de sa création en 1946, et bien qu’étant un projet binational construit Sigolsheim en territoire français, l’aéroport de Bâle- Mulhouse est essentiellement destiné au trafic suisse et très secondairement au trafic régional français. Cette réalité va perdurer une vingtaine d’années. Aujourd’hui, et même si l’EuroAirport est une entité de nature complexe, perçue de manière très différente selon que l’on soit usager français, suisse ou allemand, l’aéroport a réussi sa mutation, tirant remarquablement profit de sa situation exceptionnelle au cœur de l’Europe et de trois régions économiquement fortes : l’Alsace, le nord-ouest de la Suisse et du Bade-Wurtemberg. Archives municipales de Saint-Louis
Lautenbach Depuis 1987, l’aéroport de Bâle- Mulhouse a pris le nom de l’EuroAirport Basel-Mulhouse-Freiburg. Une appellation à but commercial certes, mais qui reflète parfaitement l’évolution trinationale de la plate-forme au cœur de l’espace économique, culturel et politique européen. Porte d’entrée et fenêtre sur le monde, l’EuroAirport propose grâce à sa vingtaine de compagnies aériennes plus de 80 vols réguliers par jour ainsi qu’un grand nombre de correspondances intercontinentales transitant par les principales plateformes européennes. Sur la route De nuit tout particulièrement ou lorsque le temps est à la grisaille, l’ambiance y est digne d’un roman de John Le Carré, époque guerre froide. Une route rectiligne, grillagée de part et d’autre. Un non lieu. Inaugurée en 1952, la route douanière entre Bâle et l’EuroAirport avait été prévue dans l’article 7 de la convention de 1949. Isolée du territoire français, totalement déconnectée du reste du réseau routier et surveillée conjointement par les autorités des deux pays, cette route relie directement le secteur suisse de l’aéroport au territoire helvétique, évitant aux personnes en provenance ou à destination de la Confédération d’être soumises à un double contrôle douanier. 2011, année aéronautique Les prévisions les plus optimistes n’auraient osé envisager la possibilité de franchir le cap des 5 millions de passagers en 2011. Avec un bond de 900 000 passagers par rapport à 2010 et une croissance record de 22%, soit 4 fois supérieur à la moyenne mondiale, l’EuroAirport évolue du même coup dans la classification de l’Union européenne, passant de la catégorie d’aéroport régional à celle d’aéroport national. Une promotion qui a son importance car en franchissant le cap des 5 millions de voyageurs et en affichant un tel dynamisme, l’aéroport est en position très avantageuse pour attirer de nouvelles compagnies. Ces chiffres très flatteurs doivent malgré tout inciter à la prudence. Car les résultats de 2011 reposent en partie sur des acquis fragiles : un franc suisse très fort qui a incité la clientèle suisse à voyager davantage, des conditions météorologiques exceptionnelles qui ont entraîné très peu d’annulations de vols. Pour 2012, l’EuroAirport table sur une croissance modérée de 3%, soit 5,2 millions de passagers. Haut-Rhin magazine N°38- février 2012 Les étapes du succès 1946 Inauguration de l’aéroport provisoire 1949 Signature à Berne de la convention franco-suisse 1952 Inauguration de la route douanière entre Bâle et l’aéroport 1966 Construction des hangars avec ateliers de maintenance et bureaux 1970 Inauguration du terminal passager d’une capacité de 1 million de voyageurs par an 1978 Extension de la piste principale à 3 900 m 1984 Franchissement du seuil de 1 million de passagers 1992 Seuil des 2 millions de passagers 1996 Attribution de la distinction de meilleur aéroport régional européen 1998 Seuil des 3 millions de passagers 1999 Première pierre de la nouvelle jetée en Y 2004 Arrivée de EasyJet, aujourd’hui compagnie leader avec 46% de part de marché 2006 Seuil des 4 millions de passagers 2011 Seuil des 5 millions de passagers 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :