[68] Haut-Rhin magazine n°34 fév/mar/avr 2011
[68] Haut-Rhin magazine n°34 fév/mar/avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de fév/mar/avr 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : coup de chapeau à nos bénévoles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Photo : Jean-Paul Ehrismann38 territoires Tous les chemins mènent à Compostelle « Marcher, c’est exister. Exister, c’est apprendre à se connaître. Se connaître, c’est vivre pleinement. « Jean Geiler de Kaysersberg Plusieurs itinéraires d’acheminement vers les voies historiques de Compostelle passent par l’Alsace. En avant, routes ! Pascal Herrscher Saint-Jacques, église Sainte-Croix de Kaysersberg Campus Stellae, le champ d’étoiles. On a longtemps cru que cette belle étymologie était à l’origine de Compostelle. Les recherches les plus récentes pencheraient davantage pour une autre explication, tout aussi poétique il est vrai. Compositum tellus, littéralement « la terre bien disposée ». Une forte radioactivité terrestre et un champ magnétique particulièrement intense, toutes particularités qui se retrouvent très curieusement également sur les sites des cathédrales de Chartres, de Salzbourg et de plusieurs églises romanes françaises, ont été mesurés sur le site de St-Jacques. Voilà pour quelques certitudes, car tout le reste est beaucoup plus incertain. Les témoignages sont maigres et il est difficile d’y distinguer ce qui relève du mythe ou de la réalité. De l’Apôtre Jacques, on sait qu’il fût un familier de Jésus et qu’il mourut décapité sur ordre d’Herode Agrippa. Aucune information ne nous est parvenue par contre sur son activité après la crucifixion. Ce n’est qu’au VII e siècle, soit plus d’un demi millénaire après la mort de l’Apôtre que l’on trouve la première mention d’une activité de Jacques comme prédicateur en Espagne. Et plus tard se répandra la tradition selon laquelle les disciples de Jacques auraient transporté le corps dans le nord ouest de l’Espagne pour lui donner une sépulture. C’est un berger, d’autres versions affirment qu’il était ermite, qui découvre le tombeau autour de l’an 800. Peu à peu le culte de St-Jacques se répand et le pèlerinage de Compostelle devient l’un des piliers de la culture chrétienne européenne.
Saint-Hippolyte, début de la partie haut-rhinoise du chemin Les hauts et les bas d’un chemin C’est une histoire pleine d’aléas et de rebondissements que celle du pèlerinage de Compostelle. D’ailleurs sa signification même n’a pas cessé d’évoluer au cours des siècles. A sa naissance au début du IX e siècle, sa réputation ne dépassait pas le cadre du petit royaume des Asturies. Moins de 2 siècles et demi plus tard, Compostelle rivalise avec Rome et Jérusalem, en témoignent les nombreuses églises romanes érigées en France et en Espagne et qui commémorent le passage des pèlerins. Eglise fortifiée Saint-Jacques de Hunawihr Multiples sont les motifs qui poussent les pèlerins de toute condition à se rendre sur le tombeau de St-Jacques. La première, incontestablement, est la « soif de Dieu » qui pour l’historien Georges Duby caractérise le XII e siècle. Mais très vite, la formidable notoriété de ce pèlerinage en fera un endroit à la mode que toute personne qui avait un rang et un nom se devait de fréquenter. D’autres pèlerins par contre s’y rendent moins volontiers de leur propre gré. Car le Moyen Age ne connaît pas les peines de prison et nombre de juges ont recours à l’obligation de pèlerinage comme sentence. Et c’est ainsi que « les chemins de St-Jacques qui avaient d’abord été menacés par les attaques de brigands, se remplissent peu à peu de criminels euxmêmes en pèlerinage ». A l’issue de la guerre de 100 ans dont les conséquences économiques, sociales et culturelles furent désastreuses, Compostelle connaît un nouvel essor. Mais la nature du pèlerinage progressivement se modifie, Saint Jacques de Compostelle Lisbonne Porto Séville participant dorénavant bien davantage à l’éducation de la noblesse, qu’à sa quête spirituelle. Réformes, divisions de l’Eglise, mais aussi foisonnement de pèlerinages locaux vont progressivement vider les chemins au long cours, et vers le milieu du XIX e siècle, le pèlerinage à St-Jacques à pratiquement disparu. La redécouverte des reliques en 1879 va favoriser son renouveau mais il sera de courte durée. Que Franco fasse de St-Jacques le patron de l’Espagne ternira pour plusieurs décennies l’image du pèlerinage à l’étranger et ce n’est qu’à la mort du Caudillo que Compostelle renaîtra. De nombreuses sources nous permettent d’affirmer qu’il existait dès l’An Mil, quatre voies principales qui cheminaient à travers ce qui n’était alors pas encore la France, vers St-Jacques de Compostelle. Ces 4 voies avaient comme point de départ Paris, Vézelay, Haut-Rhin magazine N°34 - Février 2011 « Le Moyen Age a inventé deux formes de mouvements collectifs : la croisade et le pèlerinage. La croisade était la réponse aux besoins d’action de la chevalerie. Le pèlerinage, au contraire, était une manière pacifique de canaliser le besoin de mobilité… Le pèlerinage de St-Jacques était un facteur de stabilité sociale. » Thorsten Droste Itinéraires historiques Madrid Plymouth Bordeaux Ostabat Roncevaux Belfort Nantes Londres Tours Limoges Cologne Bruxelles Amiens Francfort Luxembourg Reims Nuremberg Paris Toul Strasbourg Barcelone Vézelay Lyon Le Puy Toulouse Arles Oloron Narbonne Jaca Genève Bâle Berne Milan L'Europe de Compostelle Saint-Hippolyte Rodern Ribeauvillé Hunawihr Riquewihr Kaysersberg Ammerschwihr Katzenthal Niedermorschwihr Turckheim Colmar Sundhoffen Wolfgantzen Husseren-les-Châteaux Breisach Herrlisheim Abbaye de Marbach Neuf-Brisach Volgelsheim Couvent Saint Marc Hattstatt Notre-Dame de Schauenberg Gueberschwihr Notre-Dame du Hubel Le Val Du Pâtre Soultzmatt Fessenheim Oberrimsingen Guebwiller N.D. de Thierenbach Jungholtz Wattwiller Steinbach ThannUffholtz Vieux-ThannCernay Leimbach Roderen Guewenheim Bretten Bellemagny Les chemins haut-rhinois RN83 Staffelfelden A36 Strasbourg A35 Ensisheim Pulversheim Mulhouse Parcours principal Itinéraires de liaison venant d’Allemagne et des pays de l’Est Munchhouse A35 Roggenhouse 39 Rome Prague Vienne



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :