[68] Haut-Rhin magazine n°31 jun/jui/aoû 2010
[68] Haut-Rhin magazine n°31 jun/jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de jun/jui/aoû 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : 3 pays, 2 langues, 1 avenir commun.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
40 territoires Les bâtiments de style Napoléon III de la pisciculture impériale de la Petite Camargue L’épaisseur des sables et graviers accumulés par le Rhin dépasse par endroit 250m. Une manne quasi inépuisable pour les graviéristes, un nouvel or du Rhin ! Mais attention, ces alluvions sont le siège de notre nappe phréatique et toute gravière est une plaie ouverte dans nos réserves en eau potable. La Mittlere Rheinbrücke à Bâle. A l’emplacement exact où se trouvait le premier pont lancé sur le Rhin en 1225 qui résista à toutes les vicissitudes et ne fut remplacé qu’en 1903. Le retour du roi saumon Du parking du stade de l’Au à Saint- Louis-Neuweg, empruntez le chemin à travers la forêt humide. Tendez l’oreille, car dans ce milieu où toute intervention de l’homme est proscrite, pics, coucous, loriots et quantité d’autres espèces d’oiseaux abondent. Peu à peu, la forêt cède la place aux roseaux. Et subitement, vous vous retrouvez face aux magnifiques bâtiments de style empire de la pisciculture impériale de Huningue. Au 19 e siècle, la réputation de l’établissement de Huningue est immense. La pisciculture est considérée comme un modèle pour la reproduction artificielle de la truite, du saumon, de l’omble chevalier et même de l’esturgeon et du silure. Les bâtiments et les installations sont copiés dans toute l’Europe jusqu’aux Etats-Unis. Rénovés et restaurés, ils abritent aujourd’hui un élevage de saumon destiné au repeuplement du Rhin et de ses affluents. 500 000 œufs sont ainsi incubés chaque année en Petite Camargue. Avec la qualité retrouvée des eaux du Rhin et l’équipement des barrages de passes à poissons, le retour du roi saumon est pour bientôt. Un espace singulier au cœur de l’Europe Depuis la mort d’Auguste au tout début de l’ère chrétienne, le Rhin est frontière sur presque tout son cours. 6 siècles plus tard, c’est toujours le fleuve qui marque les limites de l’Europe christianisée. C’est Charlemagne pour la première fois qui englobe l’ensemble de l’espace rhénan dans son empire. Mais le partage de Verdun fera à nouveau du Rhin une frontière. Le Saint Empire romain germanique donnera un temps une apparente unité au bassin rhénan, mais son progressif morcellement y mettra fin. A partir du 17 e siècle, le fleuve redevient une ligne d’affrontements, revendiquée de part et d’autre comme « frontière naturelle ». Un argument géographique qui se heurte à celui de la communauté linguistique des deux rives du fleuve mais aussi au fait que le Rhin n’a jamais cessé d’être une colonne vertébrale, un axe, un lieu de croisements et d’influences. Un espace partagé ? L’idée d’un axe rhénan fédérateur ne doit pas s’appuyer sur une vision idéaliste ou une construction trop intellectuelle de cet espace. Le Rhin n’a jamais constitué le ciment d’une construction politique. L’espace rhénan est en fait tronçonné en sous-ensembles transversaux sans guère de liens entre eux. Les régions que traverse le fleuve -massif alpin, fossé rhénan, massif schisteux…- n’ont en effet aucune unité géographique, même si la richesse et le dynamisme économique sont leur point commun. De cette réalité, il découle un sentiment d’appartenance à un espace commun très inégalement partagé par les populations riveraines du fleuve. Quasi inexistante aux Pays Bas ou dans les régions alpines, la notion d'espace vécu rhénan est plus parlante en France et en Allemagne et constitue une franche réalité en Haute Alsace, Pays de Bade et région bâloise. Un atout majeur pour l’avenir de notre département qui de surcroît a pleinement participé à l’âge d’or de « la civilisation rhénane », période courte de notre histoire, mais à l’origine d’une tradition de libéralisme et de tolérance dont les traces sont toujours vivantes dans notre culture, notre économie et l’organisation de notre espace. Epilogue Voilà plus de 150 ans que le Rhin n’entremêle plus ses chenaux à travers le fossé rhénan, que ses grondements ne marquent plus les esprits et façonnent les paysages. Mais même corseté, bétonné, endigué, le Rhin reste notre histoire. Celle qui a contribué à faire de la région du Rhin Supérieur un formidable laboratoire où s’élaborent les organisations spatiales, économiques, financières, culturelles et sociales de demain. De nouveaux ensembles transnationaux qui ne cherchent ni à nier ni à effacer les découpages politiques de l’espace, mais qui raisonnent en termes de réseau, de partenariat, de symbiose et de synergie.
S Guld vom Rhi Qualla vo dr europäischa Kültür, dr Vàter Rhi verschteckt nìt nur Guld un dr Schàtz vo da Nibelunga ìn sim Flussbett, àber o s Gheimniss vo sinra unglàuibiga Àziehungskràft. Ìm sim Wàsser spiegelt sìch dr Humanismus vom Oberrhi, d‘Errìnnerunga àn a Europa, vol Hoffnung un Gwàlt. Dr « Nil vom Abendland », gsunga vo da greeschta Schrìftsteller un Dìchter, wìe Victor Hugo, Lamartine, Goethe un Heine, sowìe beriahmta Müsikànta, Schumann, Wagner, schtreemt ìm kollektiva Unbewusstsein d herrligschta Làndschàfta, un Gschtàlta wìe d Lorelei, dr Frankenstein… Guldwascher Ja s Guld vom Rhi ! Wàs fer uns a Erlabniss bedita dat, ìsch fereiniga vo unsera Àhna, d Guldwascher gnennt, s àltagliga gsì. Scho vor rund 2000 Johra han d Kelta ìm Rhi dàs Edelmetàl gfunda, un johrhunderta làng ìsch ihr Süecha un Straba furtgsetzt wora, mìt meh oder weniger Erfolg. Doch näies Guld entwickelt sich hìtzetàgs, dur dr Frìeda wo herrscht uf sina beida Ufer, ìn dam Gebiat vom Oberrhi, wo sìch a üràlta wìrtschàftliga un kültürella Zammahàng làngsàm àwer sìcher wìdder iwurzelt. Ma sajt nìtummasunscht : « Barga trenna, Flìss verbìnda ». Doch Brucka, Wìrtschàftswunder, Wohlschtànd alleikänna d Litt nìt vereina. Un do kummt nàtirlig s Thema Sproch ìn dr Vordergrund. Dr Oberrhi hährt so garnÀlemànnisch reda. D Blàuia Banana Danka doch ! Do sìnnmìr ìn dr Karnregion vo dr sognannta « Blàuia Banana », da krumma 200 km breita un dìcht bewohnta Streifa, wo vu Anglànd eber’s Rhigebiat bis ìn d Lombardei reicht. A Grossràuim, wo sogàr d US-Àmerikà, un d àsiatischa Megalopolis ebertrìfft. Un dr Rhi bildet d zentràla Entwìcklungsàcksa vo dara « Blàuia Banana » dur sina historischa Funktion àls wìchtiger Verkehr- un Hàndelwag vo Europa. Kritzfàhrt Da unbandiga un wilda Fluss, erscht sitterem 19. Johrhundert schìffàhrbàr dànk mehreri Schliassa, ìsch zwìscha Bàsel un Rotterdàm d làbandigschti Flussodra vom àlta Kontinent wora. ‘S hàt o vìel Miahj koschta, un àlli Hewel mian witterscht ìn Bewegung gsetzt wara, àss ar nìmmi àls dr Drackeimer vo Europa bezeichnet kàt wara. A Rhi-Kritzfàhrt vom Àlpavorlànd bis ìn d hollandischa Tulpafalder, ìsch aeimolig Erlabniss : säig’s waga da historischa Städta Bàsel, Strossburg, Speyer, Worms, dr romàntischa Mìttelrhi zwìscha Rüdesheim un Bonn, oder da tràuimhàfta Làndschàfta mìt ìhra zàhlricha Burga. Un wennìhr drno bi dr Loreleidura gehn, sìnga doch üs voller Kehla mit unsra Nochber üssemBàdischa un Nordschwiz, « ich weiss nicht was soll es bedeuten » so lüt, àss dr àziagenda Gsàng vo dara Wàssernixa unser gmeinsàm Schìcksààl nìt unterbracha kàt. Yves Bisch Haut-Rhin magazine n°31 - juin 2010 dialecte dr kollektiva Unbewusstsein : l‘inconscient collectif iwurzelt : enracine s Wìrtschàftswunder : le miracle économique unbandig : indomptable un àlli Hewel ìn Bewegung setza : mettre tout en œuvre üs voller Kehla : à gorge déployée 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :