[68] Haut-Rhin magazine n°24 nov/déc 2008
[68] Haut-Rhin magazine n°24 nov/déc 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de nov/déc 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Haut-Rhin

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : interview du Président du Conseil général... Charles Buttner.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
30 rencontre haut-rhin Quand l’enluminure se met en lumière Il est des métiers un peu oubliés, exercés depuis des siècles et pour des siècles encore. Celui de calligraphe enlumineur est de ceux-là. Inscrit dans le présent, il lie passé et avenir. La modernité et l’évanescence n’ont aucune prise sur cet art ancestral de la persistance. Marie-Odile Kreidl-Haegy Frédéric Rebellato, l’enlumineur d’Aspach-le-Bas Avant tout, si vous vous souvenez de la musique du film « Le nom de la Rose », appuyez sur « on » dans un coin de votre mémoire. Ensuite, seulement, entrez… mais sur la pointe des pieds. Ne pas faire trembler le plancher pour ne pas risquer de faire trembler la main. La main qui tient la plume.La plume de l’enlumineur. Pour la même raison, il fait bon chaud dans ce minuscule atelier. Comme dans les scryptorium des monastères où,penchés sur leurs parchemins,s’appliquaient les moines copistes du Moyen Age qu’aucun frisson ne devait ébranler. L’apprentissage de la patience C’est avec un moine d’aujourd’hui que Frédéric Rebellato a appris son art. Durant cinq années, dessinant lettres et lettrines,puis les mettant en lumière - les « enluminant » -,il en a fait un métier. Un métier qui finit par l’emporter sur sa formation d’origine,voué au haut débit et au numérique. Où la patience a pris le pas sur la vitesse, où la matière a damné le pion à l’insaisissable. Matières à rêver Ses matières,parlons-en. Du parchemin,du vrai,de la peau pour l’éternité des mots.Du papier,du beau, de l’épais.De la malachite,du lapis-lazuli et autres pierres semi précieuses pour les encres, des pistils de crocus, des pétales Noix de galle Voyager… Frédéric Rebellato fabrique lui-même ses encres. Certaines lui donnent l’occasion de voyager. Du Kenya ou du Vietnam, il rapporte des terres hautement colorantes et des pierres semi précieuses. Dans le Sud de la France ou le Nord de l’Afrique, il traque la noix de galle, un parasite du chêne, matière première d’une encre très noire. « Il faut s’y rendre à la bonne période,trouver la forêt adéquate puis les arbres atteints de la maladie... ». Une vraie quête, partie intégrante de l’art de l’enluminure.
de géranium, des copeaux de bois de garance, des terres du Sud, d’Afrique ou d’Asie.De la colle de peau de lapin ou d’os, du miel.Du jus de clou de girofle.Tous les sens sont en éveil quand l’enlumineur s’attelle à sa tâche.Rien de magique dans ces potions mais la magie opère. La révélation de l’antiphonaire Sieur Frédéric Rebellato, fils d’une gente chineuse, a baigné dans les antiquités quand il était petit. C’est ainsi qu’il explique sa passion. Sa préférence s’est tôt portée sur les vieux papiers et la rencontre exceptionnelle avec un antiphonaire moyenâgeux fut une révélation. « C’était un manuscrit de très grande taille, que l’on m’a autorisé à manipuler lors du démontage d’une exposition.Sous mes yeux, se déployait le travail méticuleux d’un homme oublié depuis des siècles. A chaque ligne, la pureté ou les faiblesses d’un trait m’indiquaient son humeur du moment, ses stupeurs, ses tremblements. Je voyais sa main ». Des écrits qui restent Aujourd’hui, l’enlumineur calligraphe d’Aspach-le-Bas trace des lettres absolues et enluminées pour tous qui souhaitent transmettre un message défiant le temps. « Les recettes ancestrales de mes encres ont fait leurs preuves à travers les siècles,l’auteur passe,mais ses écrits,ainsi transcrits,restent ».Arbres généalogiques, diplômes,biographies,chartes,documents de première pierre, fresques … déclarations d’amour composent son travail quotidien. Mais ses lettres et enluminures embellissent aussi des étiquettes de vin, des pochettes de disques, des cartes de visite,des logos,des menus,des vœux ou encore des textiles. A vous d’imaginer, à lui d’enluminer. Transmettre… De l’école primaire à l’université, le calligraphe-enlumineur d’Aspach-le- Bas transmet son savoir. « Les enfants sont très fiers de parvenir en quelques heures à tracer une belle lettrine de leur propre main. En général, nous nous attelons au B qui permet toutes les déclinaisons festives : bonne fête, bon anniversaire, bonne année… ». L’augmentation du niveau de soin,de présentation et d’écriture des élèves est un effet secondaire inattendu mais constaté par les enseignants qui ont tenté l’expérience de la calligraphie avec leurs élèves. Pour eux, dès lors, c’est B… comme bonheur ! Haut-Rhin magazine N°24 - Novembre-Décembre 2008 haut-rhin 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :